Un député marocain en prison pour crimes financiers

16 septembre 2023 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca chargée des crimes financiers a rendu son verdict dans l’affaire de dilapidation et de détournement de fonds publics dans laquelle sont impliqués le vice-président de la Chambre des Conseillers et dirigeant du Mouvement populaire (MP), Mehdi Atmoun et neuf autres personnes.

Poursuivi en état de liberté provisoire devant la chambre criminelle près la cour d’appel de Casablanca chargée des crimes financiers pour « détournement et dilapidation de deniers publics », Mehdi Atmoun a écopé jeudi d’une peine de trois ans de réclusion criminelle et d’une amende de 30 000 dirhams, rapporte le quotidien arabophone Al Akhbar. Les neuf autres accusés, dont des techniciens de la commune, des entrepreneurs et des fonctionnaires, jugés pour les mêmes motifs ont été, eux aussi, condamnés à différentes peines de prison. Deux accusés ont écopé de deux ans de prison ferme et d’une amende de 20 000 dirhams, tandis que trois autres ont été condamnés à un an de prison ferme, assortie d’une amende de 10 000 dirhams. La Chambre a infligé six mois de prison ferme et une amende de 500 dirhams à deux autres mis en cause. Quant au dernier accusé, il a été condamné par contumace à un an de prison ferme.

À lire :Un député marocain jugé pour des crimes financiers

Les faits qui leur sont reprochés datent de 2009. La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) venait de mener une enquête sur la base d’un rapport de la Cour régionale des comptes sur gestion de la commune urbaine de Khouribga (2003-2009). Cette enquête avait révélé de graves violations. À l’époque, Mehdi Atmoun était président de la commune. Il avait remporté plusieurs appels d’offre d’un montant de 536 730 dirhams via une société dont il était le directeur. Le rapport a également mis en évidence un marché d’une enveloppe budgétaire de 898 650,00 dirhams, portant sur des équipements électriques. L’entreprise avait été payée pour des « travaux qui n’ont été réalisés que sur papier ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Khouribga - Mouvement Populaire - Parlement marocain

Aller plus loin

Maroc : un député en prison pour escroquerie

Le député du parti de l’Istiqlal, Saleh Oughbal, vient d’être condamné par contumace par le tribunal de première instance de Sidi Slimane à une peine de cinq ans de prison ferme...

Scandale à Fès : Député, élus et fonctionnaires impliqués dans une énorme fraude

À Fès, un député, des élus et des fonctionnaires se retrouvent dans le collimateur de la justice, pour fraude dans une vente aux enchères de voitures saisies à la fourrière...

Détournement de 150 millions de dirhams à Agadir : la justice rend son verdict

Pas de situation atténuante pour « la dame de fer » du Souss, principale mise en cause dans une affaire de détournement et d’abus de confiance. Elle a écopé d’une lourde peine...

Corruption au Maroc : 8 ans de prison pour le député Rachid El Fayek

Ça se complique encore pour le député Rachid El Fayek, qui vient de voir sa peine aggravée par la Cour d’appel de Fès dans le cadre de l’affaire de corruption et falsification...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : les discours radicaux dans les mosquées inquiètent

La députée du parti Fédération de la Gauche démocratique, Fatima Tamni, a interpelé le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, au sujet de l’exploitation des tribunes des mosquées pour diffuser des discours radicaux contre les...

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Autoroutes du Maroc : retards et dysfonctionnements inquiètent

Le retard observé dans la réalisation de certains projets d’autoroutes inquiète le parlement marocain qui a interpellé le premier responsable de la Société nationale des autoroutes pour avoir des explications sur cette situation.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.