Maroc : un élu RNI en garde à vue pour violences sur des policiers

19 juillet 2022 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Lors d’un contrôle routier au niveau de l’Avenue Hassan II au centre de la ville d’Agadir, un élu qui était au volant s’en est pris verbalement puis physiquement à deux policiers. Il a été arrêté puis placé en garde à vue.

Les faits se sont déroulés samedi 16 juillet au niveau de l’Avenue Hassan II au centre de la ville d’Agadir. Lors d’un contrôle routier, le coordonnateur provincial du Rassemblement national des indépendants (RNI) et troisième vice-président du conseil de la région de Souss-Massa refuse de respecter la sommation de s’arrêter pour assurer la fluidité de la circulation, insulte puis violente deux agents de police, rapporte le quotidien Assabah. Il a blessé l’un d’entre eux. Les fonctionnaires de police l’arrêtent puis le placent en garde à vue. Sur ordre du parquet compétent, cette garde à vue sera prolongée après 48h. L’enquête est toujours en cours.

À lire : Des policiers agressés à Tanger

Les associations de défense des droits humains n’ont pas manqué de réagir à cette affaire de violences contre deux agents de police pendant l’exercice de leur fonction. Elles ont exprimé leur stupéfaction et leur indignation, et appelé par la même occasion le parquet compétent « à agir en vue de faire respecter la loi, protéger les agents de la police et réaffirmer leur autorité ». « Le bureau provincial de l’observatoire marocain des droits de l’Homme à Agadir a dénoncé cet acte criminel commis par un élu, en violant la loi, considérant que ce comportement agressif souille l’image des institutions élues et politiques », indique l’organisation dans un communiqué.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agadir - Garde à vue - Arrestation

Aller plus loin

Maroc : les agressions touchent aussi les policiers et les gendarmes

Au Maroc, les agressions verbales et physiques touchent également les personnes chargées d’appliquer la loi. 3.549 affaires judiciaires y afférant ont été recensées en 2018.

Un élu du PAM accusé d’avoir arnaqué des candidats à l’immigration

Un élu du Parti authenticité et modernité (PAM) à Casablanca est visé par une plainte pour escroquerie et émission de chèques sans provision. Des candidats à l’immigration vers...

Fès : un parlementaire USFP devant la justice pour spoliation

Accusé par ses frères et une sœur d’avoir falsifié des écrits officiels, avec la complicité d’un notaire, pour s’emparer de l’héritage familial, un parlementaire élu à Al...

Des policiers agressés à Tanger

Les éléments de la police judiciaire de Béni Makada, à Tanger, ont arrêté très tôt ce mardi, un homme âgé de 30 ans, pour son implication dans une affaire de menace à la...

Ces articles devraient vous intéresser :