Le Maroc expulse une Espagnole du Sahara

21 février 2023 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : P. A

Les autorités marocaines ont expulsé Núria Bota, Espagnole originaire de Tarragone, qui s’était rendue à Dakhla dans le Sahara marocain pour y passer quelques jours.

L’institutrice et militante pro-sahraouie depuis douze ans, affirme avoir été surveillée par la police marocaine dès son arrivée à Dakhla dans le cadre d’un voyage personnel. Núria Bota a effectué plus de quinze visites dans les camps de réfugiés à Tindouf en Algérie, mais c’est bien la première fois qu’elle se rendait au Sahara marocain. Elle a fait le voyage en compagnie d’un ami.

« Nous voulions parler aux Sahraouis des territoires occupés, mais sans aucun objectif journalistique ou quoi que ce soit. Juste pour connaître leur statut », explique-t-elle à Diari de Tarragona. Après avoir visité la Mauritanie, elle est arrivée au Sahara où elle devait passer quelques jours à Dakhla avant de se rendre à Laâyoune. « A notre deuxième jour à Dakhla, nous avons déjà senti qu’on était surveillés. Cinq à sept personnes nous ont observés, suivis, pris en photo à distance et ont même dormi dans une voiture devant l’hôtel où nous logions », raconte Bota.

À lire : Le Maroc expulse un journaliste espagnol

La jeune femme a contacté par téléphone un de ses amis sahraouis pour lui demander si cette surveillance était normale envers les touristes. « Ce niveau de surveillance est inhabituel », lui a répondu l’ami, précisant que sans doute les autorités marocaines connaissent déjà son identité et son engagement pour la cause sahraouie. Bota et son compagnon ont été finalement arrêtés alors qu’ils se rendaient à Laâyoune. « Ils nous ont dit qu’ils nous expulsaient du pays et qu’ils allaient nous emmener à l’aéroport en voiture », confie-t-elle, ajoutant qu’elle et son ami ont été traités comme s’ils étaient des terroristes.

« Déjà à l’aéroport, ils nous ont fouillés, ils nous ont forcés à ouvrir nos valises, comme si nous mettions en danger tout l’avion… Si c’est ce que nous vivons, je ne peux même pas imaginer la répression que doivent subir les Sahraouis de la part du gouvernement marocain », indique Bota qui est l’une des promotrices du projet éducatif « Una Finestra al Món ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Expulsion - Tarragone - Sahara Marocain

Aller plus loin

Le Maroc expulse du Sahara un chercheur de l’Université de Barcelone

Les autorités marocaines ont expulsé du Sahara Roberto Cantoni, chercheur de l’Université de Barcelone qui s’était rendu à Laâyoune pour effectuer des recherches sur les...

Le Maroc expulse deux journalistes français

Le Maroc a expulsé mercredi deux journalistes français du magazine Marianne, qui menaient des investigations sur le roi Mohammed VI et les « violations de droits de l’homme »...

Le Maroc expulse le Sahraoui Mohammed Salem Busaraia

Le Maroc a expulsé de Laâyoune Mohammed Salem Busaraia, 72 ans, membre historique du collectif sahraoui de Lanzarote et doyen de la presse sahraouie. Le « Docteur » avait...

Le Maroc expulse deux avocates espagnoles du Sahara

Les autorités marocaines ont expulsé du Sahara Lola Travieso et Inés Miranda, deux avocates espagnoles qui se sont rendues à Laâyoune depuis les îles Canaries pour une mission...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

« La marocanité du Sahara est irréfutable »

La souveraineté du Maroc sur le Sahara est irréfutable si l’on s’en tient aux documents royaux historiques, a affirmé jeudi Bahija Simou, la directrice des Archives royales, lors d’une conférence organisée par l’Association Ribat Al Fath pour le...

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

La marque Lacoste présente ses excuses au Maroc

L’affaire des polos Lacostearborant une carte tronquée du Maroc, excluant ses provinces du sud, connaît un nouvel épisode. Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a confirmé que les responsables de la célèbre marque française de...

Sahara : un drone marocain abattu par le Polisario ?

Des images montrant un drone prétendument marocain abattu par le Polisario dans le Sahara circulent sur les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il en réalité ?

Ancien Gilet jaune, Abdel Zahiri menacé d’expulsion au Maroc

Abdel Zahiri, un Marocain de 44 ans, a récemment reçu une obligation de quitter le territoire français de la part de la préfecture de Vaucluse. Fiché S, il avait auparavant été incarcéré pour son implication dans le mouvement des Gilets jaunes.