Maroc : urgence d’en finir avec le phénomène de faux gardiens de voitures

7 mai 2022 - 15h20 - Ecrit par : S.A

À Fès comme partout ailleurs au Maroc, les comportements de certains gardiens de voitures exaspèrent bon nombre d’internautes qui demandent la suppression de leur activité. De leur côté, les experts appellent, eux, à l’instauration d’une réglementation avec des textes clairs et stricts.

Non-respect des autorisations, comportements déplacés avec les clients, tarifs exagérés, agressions, mafia de location des espaces, assassinat dernièrement d’un jeune homme à Fès par un gardien de voitures… Les comportements de certains gardiens de voitures laissent à désirer. Bon nombre d’internautes en ont ras-le-bol et appellent à nouveau à la suppression définitive du phénomène des « gilets jaunes » à travers des campagnes lancées sur Facebook et Twitter comme « Boycott-moul-gilet », ou « Noud Arri AlaKtafek » (autrement dit ironiquement : « Retrousse tes manches et va trouver un emploi ».

À lire : À Salé, les gardiens de parking font la loi

Les spécialistes n’épousent pas l’idée de suppression définitive du phénomène des « gilets jaunes ». Selon eux, un contrôle rigoureux de ce secteur, qui fonctionne dans l’anarchie absolue, s’avère nécessaire. « La gestion des espaces de stationnement et des parkings est régie par la Loi organique 113-14 relative aux communes, dont l’article 83 évoque clairement les prérogatives communales en la matière », explique à Le Matin Jalal Hakimi, avocat au barreau de Casablanca. En vertu de cet article, « la commune crée et gère les services et équipements publics nécessaires à l’offre des services de proximité dans les domaines du transport public, y compris l’assainissement liquide et solide et les stationnements des véhicules », ajoute-t-il.

À lire : Au Maroc, la colère gronde contre les gardiens de voitures

Selon les spécialistes, il faut se pencher sur la prolifération des faux gardiens de voitures. « Si des personnes travaillent légalement avec des autorisations ou des contrats de gestion déléguée, conclus par les Communes ou les Conseils municipaux avec des sociétés, d’autres ne sont pas agréées », confirme Saïd El Mouhtadi, coordinateur général des associations professionnelles de gardiennage de voitures à Casablanca. En lieu et place d’une éventuelle suppression définitive des « gilets jaunes », il estime que le combat devrait être mené contre ceux qui ne sont pas autorisés à exercer ce métier et qui ne cessent de gêner les citoyens au quotidien.

À lire : Maroc : les gardiens de voitures, ces mal-aimés

Pour résoudre ce problème épineux, les spécialistes proposent l’instauration d’une réglementation avec des textes clairs et stricts. Aussi, appellent-ils les autorités locales à s’inspirer des expériences de pays ayant précédé le Maroc dans la gestion de ce type de problèmes comme l’Égypte.

Tags : Menaces - Lois - Fès

Aller plus loin

À Salé, les gardiens de parking font la loi

À Salé, les gardiens de voitures ne reculent pas devant la vague de contestation généralisée contre leurs pratiques abusives. Ils ont rusé avec la mairie en proposant des tickets de...

Maroc : les gardiens de voitures, ces mal-aimés

Les gardiens de voitures au Maroc font encore parler d’eux. De nombreux citoyens reprochent, particulièrement à ceux qui opèrent dans les grandes villes, de faire leur loi à...

Au Maroc, les gardiens de voitures continuent de dicter leur loi

À Casablanca comme dans d’autres villes marocaines, les gardiens de voitures continuent d’avoir comportements déplacés, voire agressifs, envers les...

Marrakech : colère des gardiens de parkings après l’harmonisation des prix (vidéo)

La récente décision du conseil municipal de Marrakech ne fait pas l’unanimité dans le rang des gardiens de parkings. Non contents de cette décision, ils estiment que la nouvelle...

Nous vous recommandons

L’Espagne ne veut pas « faussement mettre fin à la crise » avec le Maroc

La crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc, ouverte depuis avril avec l’accueil de Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño, n’est pas près de connaître son épilogue. Pour le moment, aucune rencontre n’est prévue entre le...

Maroc : les maux qui minent la gestion des copropriétés

La situation des immeubles en copropriété dans la plupart des villes marocaines serait préoccupante. Les communes ont souvent des difficultés avec des locataires débiteurs insolvables et irresponsables qui mettent à mal le...

Des hôteliers marocains appellent à la légalisation des relations hors mariage

L’interdiction des relations sexuelles extraconjugales imposée aux musulmans affecte le marché intérieur hôtelier déjà très affaibli par la crise sanitaire.

Une nouvelle route entre Bouskoura et l’aéroport de Casablanca

L’aménagement de la voie de Taddart, reliant la ville verte de Bouskoura à l’Aéroport Mohammed V prévu dans le cadre du renforcement des infrastructures de transport dans la région de Casablanca, va bientôt démarrer. Une convention de partenariat a été...

L’Espagne refuse d’extrader un homme accusé d’enlèvement au Maroc

La Chambre pénale de la Haute cour nationale espagnole a rejeté la demande du Maroc d’extrader un de ses ressortissants résidant à Ceuta, et faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international pour un crime d’enlèvement à Fnideq. Pour l’Espagne, l’individu...

Le Canada oublie les enfants de MRE bloqués au Maroc

Alors que la rentrée scolaire a commencé au Canada, des cours à distance n’ont pas été programmés pour les enfants des MRE bloqués au Maroc depuis la suspension des vols entre les deux pays pour une durée d’un mois. Des élèves expriment une crainte de...

Trois entreprises espagnoles présélectionnées pour la construction de l’usine de dessalement de Casablanca

Les sociétés espagnoles Acciona, Abengoa et Lantania font partie des trois groupes qui ont été présélectionnés pour la construction d’une grande usine de dessalement dans la région de Casablanca au...

Karim Harrat, baron de la drogue à Marseille arrêté au Maroc

Un présumé trafiquant de drogue du nom de Karim Harrat, 33 ans, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen, a été interpellé au Maroc. Il est soupçonné d’être impliqué dans une affaire de règlement de comptes en réseaux de trafic de drogue, survenu en aout...

Sahara : Pedro Sanchez admet « des erreurs »

Occupé à prendre part au Conseil européen sur la crise énergétique qui s’est achevé vendredi à Bruxelles, Pedro Sanchez n’a pas eu le temps de gérer les tensions au sein de la coalition gouvernementale après la décision du gouvernement de soutenir le plan...

Le Maroc commande des moteurs d’avions de chasse aux États-Unis

Le Maroc a commandé des moteurs d’avion de chasse auprès de l’entreprise américaine Raytheon spécialisée dans les systèmes de défense. De quoi renforcer davantage son armement.