Maroc : le français fait de moins en moins rêver

14 mai 2024 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

La production littéraire en langue française, langue étrangère la plus parlée au Maroc, a connu un recul très important, selon un récent rapport de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines.

D’après ce document publié à l’occasion de la 29ᵉ édition du Salon International de l’Édition et du Livre à Rabat, la production en langue française au Maroc représente à peine 16,31 % du total des publications marocaines entre 2022 et 2023. Pendant ce temps, la production littéraire en langue arabe a atteint 79,1 % du total au cours de la période.

Dans le domaine des sciences humaines et sociales, les publications en arabe représentent 78,29 % du total des publications, contre 17,72 % pour les productions en français, 2,58 % pour celles en anglais et 1,51 % pour celles en amazighe. Le rapport précise toutefois que plus de 81 % de la production amazighe entre 2022 et 2023 est littéraire (53 ouvrages en deux ans).

À lire : Maroc : un élu local se rebelle contre le français

Selon la Fondation, la baisse de la production en français au Maroc s’explique par l’enseignement en arabe des sciences humaines et sociales dans les universités marocaines depuis les années 1970, ce qui a conduit à l’avènement de plusieurs générations de chercheurs et d’auteurs arabophones.

Les publications en papier représentent 92 % du total, tandis que les versions numériques, en français et anglais pour la plupart, tournent autour de 67 % et sont éditées par les institutions publiques et des centres de recherche. La production numérique en arabe, quant à elle, fait à peine le tiers de la production totale. Il s’agit pour l’essentiel des traductions des productions en français et anglais.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Livres - France - Amazigh

Aller plus loin

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe...

Le Maroc délaisse le français pour l’anglais

Au Maroc, la langue anglaise prend de plus en plus de l’importance au détriment du français. Le royaume prend des mesures pour promouvoir l’usage de l’anglais dans les écoles.

Déclin du français au Maroc : un reflet des tensions avec la France ?

L’amitié entre la France et le Maroc connait des remous depuis plusieurs mois maintenant. La raison officieuse serait la réticence de la France à reconnaître la souveraineté...

Maroc : un élu local se rebelle contre le français

Le conseiller communal du parti de l’Union Constitutionnelle (opposition) à Martil, Mohamed Achkour, a annoncé son refus d’approuver un projet de convention de partenariat...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Le Groupe Barid Al-Maghrib promeut la langue amazighe

Le Groupe Barid Al-Maghrib entend intégrer la langue amazighe dans ses services. Dans ce sens, il a signé une convention de partenariat avec l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM).

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Nicole Kidman dans l’adaptation du livre « Chanson douce » de Leïla Slimani

Un thriller basé sur le roman de l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani, intitulé La nounou parfaite (chanson douce, titre original) devrait être produit par l’actrice et réalisatrice australo-américaine Nicole Kidman. HBO développera La nounou...

Des erreurs sur les panneaux d’autoroutes marocaines

Le député Kamal Ait Mik, membre du groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des conseillers, a relevé des erreurs dans l’écriture des mots amazighs sur les panneaux de signalisation routière.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.