Maroc : Les gardiens de voitures, une mendicité déguisée ?

23 mars 2024 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les Marocains ont du mal à faire la différence « entre les personnes réellement dans le besoin et celles qui font de la mendicité un métier, voire une activité criminelle ». C’est ce que révèle une enquête réalisée par le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Au Maroc, la mendicité résiste au temps. Les Marocains ayant participé au sondage citoyen en ligne lancé par le CESE via sa plateforme numérique “ouchariko” sur le phénomène affirment que le phénomène « ne se limite pas aux mendiants qui tendent la main, mais s’étend également aux personnes qui portent des gilets, dont le nombre dépasse celui des voitures garées ». 72,27 % des sondés considèrent le gardiennage de voitures comme une mendicité déguisée. Seulement 29,81 % des participants estiment que les personnes qui vendent des produits à bas prix ou fournissent des services simples tels que la vente de mouchoirs en papier et de désodorisants pour voitures, etc., pratiquent, elles aussi, une forme de mendicité.

À lire :Maroc : vers une criminalisation de la mendicité ?

Selon plus de 88 % des participants à la consultation, « la mendicité est une activité lucrative qui attire de nombreuses personnes ». Un grand nombre d’entre eux évoquent toutefois « la difficulté de distinguer entre les personnes réellement dans le besoin et celles qui font de la mendicité un métier, voire une activité criminelle ».

À lire :Casablanca : Fin du racket des gardiens de voitures à la corniche

Quid des causes de la mendicité ? La moitié des participants au sondage justifient la pratique par le manque du système de vie sociale et des politiques sociales publiques. Selon un tiers des sondés, ce phénomène s’explique également par la faiblesse des liens de cohésion sociale tels que la désintégration familiale et la diminution de la solidarité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Enquête - Criminalité - Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) - Mendicité

Aller plus loin

Casablanca : Fin du racket des gardiens de voitures à la corniche

À Casablanca, l’interdiction des gardiens de voitures et des vendeurs ambulants a porté ses fruits. La vie a changé à la corniche et au Mausolée Sidi Abderrahmane.

Appel à lutter contre la mendicité au Maroc

Le niveau de pauvreté et de vulnérabilité n’a pas baissé au Maroc. En 2022, il est revenu à celui enregistré en 2014, selon une note du Haut-Commissariat au Plan (HCP) publiée...

Maroc : vers une criminalisation de la mendicité ?

Alors que la mendicité prend de l’ampleur dans les rues et les espaces publics au Maroc, surtout pendant le mois de ramadan, le Conseil Économique, Social et Environnemental...

Marrakech : ras-le-bol des gardiens de parking

Excédés, les propriétaires d’hôtels, de restaurants et de magasins à Marrakech s’associent à la campagne de lutte contre les gardiens de voitures.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des caméras de surveillance pour lutter contre la mendicité

Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé l’installation de caméras de surveillance dans les principales villes du royaume en vue de lutter contre la mendicité.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Transferts des MRE : plus de 109 milliards de dirhams en 2022

Les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) vers le Maroc ont connu une progression annuelle moyenne de 6 % au cours des dernières années, atteignant un record de plus de 109 milliards de dirhams en 2022 contre 93,6 milliards en...

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Appel à lutter contre la mendicité au Maroc

Le niveau de pauvreté et de vulnérabilité n’a pas baissé au Maroc. En 2022, il est revenu à celui enregistré en 2014, selon une note du Haut-Commissariat au Plan (HCP) publiée en octobre dernier. Une situation qui contribue à la hausse de la mendicité...

Marrakech veut en finir avec la mendicité et les SDF

La ville de Marrakech mène une lutte implacable contre la mendicité professionnelle et le sans-abrisme, qui porte déjà ses fruits. À la manœuvre, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la brigade touristique.

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.