Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

21 novembre 2022 - 19h30 - Maroc - Ecrit par : A.P

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre de régulariser leur situation.

La direction générale des impôts (DGI) multiplie les contrôles et les redressements. C’est dans cette optique qu’elle a adressé récemment plusieurs notifications à des influenceurs et des créateurs de contenu digital pour leur demander de déclarer leurs revenus et s’acquitter de leurs impôts, indiquent des sources proches du dossier à La Vie Eco. La DGI a pris du temps pour passer à l’acte parce qu’elle voulait « savoir quelle serait la meilleure façon d’aborder cette problématique d’évasion fiscale », confie une source qui précise qu’aujourd’hui, la DGI semble disposer « d’un plan d’action basé sur des approches et des méthodes avérées ».

À lire : Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

La pression budgétaire et la crise économique amènent les autorités à réfléchir à comment élargir l’assiette fiscale, surtout quand on sait que le digital génère des revenus énormes. « Le manque à gagner pour le Fisc est effectivement important. Beaucoup de créateurs de contenu sur internet gagnent énormément d’argent et ne déclarent pas leurs revenus. C’est injuste. Maintenant, face au vide juridique de ce secteur, la Direction des impôts recourt à ce qu’on appelle la situation d’ensemble pour évaluer les revenus des influenceurs », explique le fiscaliste Mohamed Rahj. Le fisc utilise cette méthode pour vérifier si les revenus des influenceurs sont compatibles avec leur train de vie.

À lire : Les influenceurs marocains dans le viseur du fisc

En analysant les publications des influenceurs sur les réseaux sociaux, les inspecteurs du fisc ont une idée plus ou moins proche de la valeur des biens matériels de ces derniers (voitures, résidences principale et secondaire, montres, bijoux, vacances et séjours au Maroc et à l’étranger, etc.) et ont ainsi la possibilité de vérifier les revenus déclarés. La réalité est que très peu font cette déclaration et ne déclarent pas tous leurs biens. Pour pallier cette situation, la DGI a attribué des identifiants fiscaux à ces créateurs de contenu, ce qui lui permet de payer les impôts à la place des influenceurs qui ne s’acquittent pas de leurs obligations fiscales, sur la base d’estimations auxquelles s’ajoutent des pénalités et amendes.

À lire : Maroc : le fisc aux trousses des influenceurs

« Je ne suis pas contre ces contrôles fiscaux, mais je pense qu’il faut aussi s’activer dans la pédagogie. Il faut sensibiliser les créateurs de contenus et créer un statut spécial pour eux, tout en leur accordant un délai de grâce pour se conformer à la législation », renchérit Mohamed Rahj. Le fisc s’intéresse par ailleurs à l’évasion fiscale des influenceurs très réputés qui détiennent des comptes offshore dans des paradis fiscaux. La DGI ne compte pas lésiner sur les moyens pour traquer ces fraudeurs du digital.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Impôts

Aller plus loin

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Les influenceurs marocains dans le viseur du fisc

La direction générale des impôts somme les propriétaires de chaînes (youtubeurs et influenceurs, instagrammeurs, tiktokeurs et autres) de déclarer les revenus générés par leur...

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer...

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

Ces articles devraient vous intéresser :

Traque aux fraudeurs : les influenceurs marocains dans le collimateur du fisc

La direction générale des impôts (DGI) vient d’adresser une mise en demeure aux influenceurs possédant des biens ou recevant de l’argent de l’étranger, les invitant à les déclarer et à payer l’impôt correspondant.

Maroc : vers une réduction de la TVA sur certains produits

Une réduction de la TVA sur certains produits de base est actuellement à l’étude par le gouvernement. Objectif : tenter de faire baisser la facture des ménages.

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Les MRE et la détaxe, ce qu’en dit la Douane

De très nombreux Marocains résidant à l’Etranger effectuent des achats quand ils sont en vacances au Maroc. Ces achats peuvent-ils faire l’objet d’une détaxe, c’est-à-dire donner lieu au remboursement, à ces acheteurs, de la Taxe sur la Valeur ajoutée...

Les influenceurs marocains vont payer l’impôt sur le revenu

Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, a donné des éclaircissements sur la taxation des revenus perçus par les influenceurs.

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.