Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

19 octobre 2022 - 23h20 - Economie - Ecrit par : A.T

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

Pour traquer les youtubeurs, instagrameurs, tiktokeurs et autres influenceurs qui génèrent beaucoup d’argent, mais qui ne le déclare pas, la direction du fisc a mis en place un dispositif de suivi de train de vie des contribuables et sa comparaison avec les revenus déclarés, rapporte Assabah, précisant que cet instrument lui permet d’identifier les sous-déclarations.

Dans cette lutte, la DGI bénéficie de la collaboration de plusieurs institutions, notamment la Conservation foncière, qui lui fournit les informations sur les contribuables ciblés sur les réseaux sociaux.

A lire : Samir, de migrant à influenceur sur les réseaux sociaux

Dans une démarche méthodologique, la direction a récemment invité les propriétaires de chaînes sur les réseaux sociaux à déposer leurs déclarations en matière d’impôts sur le revenu et de taxes sur la valeur ajoutée, indique le journal. Des équipes seraient également à l’œuvre pour estimer les revenus et les déclarations effectuées par certains influenceurs.

D’après les chiffres, les revenus de certains d’entre eux dépassent 100 000 dirhams par mois, ce qui équivaut à un revenu annuel de l’ordre de 1,2 million de dirhams. Cependant, la moitié des influenceurs ne déclarent pas de revenu. Quant à ceux qui le font, leur déclaration est nulle.

Sujets associés : Youtube - Direction générale des impôts (DGI) - TikTok

Aller plus loin

Les influenceurs marocains vont payer l’impôt sur le revenu

Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, a donné des éclaircissements sur la taxation des revenus perçus par les influenceurs.

Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre...

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance,...

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Airbnb échappe au fisc marocain

Airbnb, la plateforme communautaire permettant de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes), des investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers, échappe au fisc marocain.

Traque aux fraudeurs : les influenceurs marocains dans le collimateur du fisc

La direction générale des impôts (DGI) vient d’adresser une mise en demeure aux influenceurs possédant des biens ou recevant de l’argent de l’étranger, les invitant à les déclarer et à payer l’impôt correspondant.

Les employés marocains de TikTok en colère

Les modérateurs de contenu marocains ne sont pas contents de TikTok. Ils dénoncent la détresse psychologique et les bas salaires.

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Maroc : du nouveau pour la vignette automobile

Les Marocains peuvent déjà commencer à payer la Taxe Spéciale annuelle sur les Véhicules (TSAV). Quid des nouveautés liées au paiement de cette taxe ?

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

Maroc : fort engouement pour le statut d’auto-entrepreneur

Le nombre d’auto-entrepreneurs continue d’augmenter au royaume. Fin 2021, ils étaient 373 663, soit quatre fois plus qu’il y 4 ans, d’après les chiffres la Direction Générale des Impôts (DGI).

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : combien a rapporté la vignette auto ?

En 2021, les recettes provenant de la vignette automobile ont atteint 3,7 milliards de dirhams, en progression de 8 % par rapport à un an auparavant, selon la direction générale des impôts.