Le Maroc pourrait payer 23 MMD à des investisseurs étrangers

27 juillet 2022 - 07h40 - Ecrit par : A.P

Le Maroc encourt des sanctions financières de l’ordre de 23 milliards de dirhams pour n’avoir pas respecté ses engagements envers de nombreux investisseurs étrangers depuis une dizaine d’années.

Depuis dix ans, la mauvaise gouvernance des gouvernements successifs marocains a valu au Maroc une dizaine d’affaires de contentieux avec des investisseurs étrangers dont cinq sont soumises à l’arbitrage du Centre international de règlement des différends relatifs à l’investissement (CIRDI). Le royaume risque des sanctions financières de l’ordre de 23 milliards de dirhams, fait savoir Maroc Hebdo.

Le géant américain Carlyle réclame 3,9 milliards de dirhams dans le cadre d’un litige avec le Maroc qui dure depuis quatre ans. L’affaire est soumise à l’arbitrage du Centre international de règlement des différends relatifs à l’investissement (CIRDI) de la Banque mondiale. L’entreprise américaine accuse le Maroc d’avoir « cédé », « saisi » et « collecté » son pétrole brut et ses produits pétroliers raffinés stockés dans les citernes de la société de raffinage du pétrole SAMIR, mise en liquidation judiciaire en mars 2016. Selon Carlyle, le Maroc n’a pas respecté ses obligations « en vertu du traité de libre-échange conclu entre le Maroc et les États-Unis en 2006 ».

A lire : Une société espagnole réclame 407 millions d’euros au Maroc

Une autre requête contre le Maroc a été déposée auprès de l’institution le 27 juin dernier, par la société espagnole Comercializadora Mediterranéa de Viviendas (rebaptisée Marina d’or-Loger). En 2004, la société a participé à la construction de deux grands complexes immobiliers au Maroc, dont la ville nouvelle de Tamesna, et devait récupérer son investissement grâce à la vente des complexes immobiliers construits. Mais « l’inaction du gouvernement marocain pour la fourniture d’équipements et d’infrastructures » a « conduit à ce que cette nouvelle ville idyllique soit actuellement réduite à quelques bâtiments isolés », a dénoncé le cabinet d’avocats B. Cremades & Asociados, qui assure la défense de la société.

La société espagnole avait aussi conclu un contrat avec le gouvernement marocain pour la construction du complexe immobilier La Perle de Tanger dans la ville du même nom. Mais des difficultés administratives ont entravé la bonne exécution du projet. La société espagnole réclame la somme de 407 millions d’euros (plus de 4 milliards de dirhams) à titre de dommages-intérêts des préjudices subis.

Tags : Investissement - États-Unis - Espagne

Aller plus loin

Un agriculteur espagnol gagne en justice contre le roi Mohammed VI

La Cour de justice de l’Union européenne vient de donner raison à l’agriculteur de Murcie qui a été attaqué en justice par la famille royale marocaine pour avoir cultivé sans...

Une société espagnole réclame 407 millions d’euros au Maroc

La société immobilière espagnole, Marina d’Or, qui a construit les célèbres complexes touristiques et résidentiels dans les années 90, réclame 407 millions d’euros au Maroc dans le...

Nous vous recommandons

La visite de l’ambassadeur d’Allemagne à Melilla irrite le Maroc

L’ambassadeur d’Allemagne en Espagne a effectué, jeudi, une visite dans la ville de Melilla. Un déplacement entrant dans le cadre, dit-on, de la coopération sécuritaire, mais mal aperçu par plusieurs observateurs notamment,...

Transport de marchandises : DSV ouvre une ligne entre l’Espagne et le Maroc

La filiale espagnole de la multinationale danoise DSV vient de lancer une nouvelle ligne de transport de marchandises par voie terrestre entre l’Espagne et le Maroc. Elle vise à faciliter les opérations d’importation et d’exportation des marchandises...

Maroc : un « macabre dictionnaire » pour démystifier les tests de la virginité

« Le macabre dictionnaire des tests de virginité » est la dernière publication du Mouvement alternatif des libertés individuelles (MALI) pour dénoncer et condamner les risques de la sacralité, de la virginité féminine et toutes les pratiques cruelles qui...

Tanger Med : objectif zéro papier dès le 15 février prochain

À compter du 15 février prochain, le passage portuaire deviendra entièrement digitalisé et obligatoire au port Tanger Med.

« Pedro Sánchez plie devant le Maroc et cède le Sahara »

Le gouvernement espagnol a changé sa position sur le Sahara, son ancienne colonie, soutenant désormais le plan d’autonomie proposé par le Maroc. Une décision historique dans la politique étrangère de l’Espagne. Pour le journal El Mundo, Pedro sanchez...

L’aéroport Montpellier va relier le Maroc cet été

L’aéroport Montpellier-Méditerranée desservira cet été 35 destinations dont quatre au Maroc, proposées par une douzaine de compagnies aériennes dont Royal Air Maroc, Air Arabia et Air France.

Maroc : nouvelle flambée des prix des carburants

Au Maroc, les prix des différents carburants à la pompe ont flambé vendredi 4 février 2022. Cette tendance à la hausse devrait se poursuivre dans les prochaines semaines à cause de la flambée des cours du Brent sur le marché...

Plus d’obligation de masques pour les Marocains en route vers l’Europe

À compter de lundi prochain, les Marocains en déplacement dans les pays européens ne seront plus obligés de mettre le masque dans les aéroports et à bord des avions. L’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (AESA) a annoncé un assouplissement des...

Les aéroports marocains interdits aux non voyageurs

Les autorités aéroportuaires ont pris de nouvelles mesures sécuritaires pour freiner la propagation du Covid-19. Seuls les voyageurs peuvent accéder aux terminaux.

Mauvais joueurs, les Espagnols accusent le ... Maroc

Les boxeurs espagnols ont connu un parcours assez bref aux Jeux Olympiques (JO) de Tokyo. Ils ont été éliminés en quarts de finale. Les analystes pointent du doigt les arbitres, notamment ceux d’origine...