Le Maroc pourrait payer 23 MMD à des investisseurs étrangers

27 juillet 2022 - 07h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le Maroc encourt des sanctions financières de l’ordre de 23 milliards de dirhams pour n’avoir pas respecté ses engagements envers de nombreux investisseurs étrangers depuis une dizaine d’années.

Depuis dix ans, la mauvaise gouvernance des gouvernements successifs marocains a valu au Maroc une dizaine d’affaires de contentieux avec des investisseurs étrangers dont cinq sont soumises à l’arbitrage du Centre international de règlement des différends relatifs à l’investissement (CIRDI). Le royaume risque des sanctions financières de l’ordre de 23 milliards de dirhams, fait savoir Maroc Hebdo.

Le géant américain Carlyle réclame 3,9 milliards de dirhams dans le cadre d’un litige avec le Maroc qui dure depuis quatre ans. L’affaire est soumise à l’arbitrage du Centre international de règlement des différends relatifs à l’investissement (CIRDI) de la Banque mondiale. L’entreprise américaine accuse le Maroc d’avoir « cédé », « saisi » et « collecté » son pétrole brut et ses produits pétroliers raffinés stockés dans les citernes de la société de raffinage du pétrole SAMIR, mise en liquidation judiciaire en mars 2016. Selon Carlyle, le Maroc n’a pas respecté ses obligations « en vertu du traité de libre-échange conclu entre le Maroc et les États-Unis en 2006 ».

A lire : Une société espagnole réclame 407 millions d’euros au Maroc

Une autre requête contre le Maroc a été déposée auprès de l’institution le 27 juin dernier, par la société espagnole Comercializadora Mediterranéa de Viviendas (rebaptisée Marina d’or-Loger). En 2004, la société a participé à la construction de deux grands complexes immobiliers au Maroc, dont la ville nouvelle de Tamesna, et devait récupérer son investissement grâce à la vente des complexes immobiliers construits. Mais « l’inaction du gouvernement marocain pour la fourniture d’équipements et d’infrastructures » a « conduit à ce que cette nouvelle ville idyllique soit actuellement réduite à quelques bâtiments isolés », a dénoncé le cabinet d’avocats B. Cremades & Asociados, qui assure la défense de la société.

La société espagnole avait aussi conclu un contrat avec le gouvernement marocain pour la construction du complexe immobilier La Perle de Tanger dans la ville du même nom. Mais des difficultés administratives ont entravé la bonne exécution du projet. La société espagnole réclame la somme de 407 millions d’euros (plus de 4 milliards de dirhams) à titre de dommages-intérêts des préjudices subis.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Investissement - États-Unis

Aller plus loin

Une société espagnole réclame 407 millions d’euros au Maroc

La société immobilière espagnole, Marina d’Or, qui a construit les célèbres complexes touristiques et résidentiels dans les années 90, réclame 407 millions d’euros au Maroc dans...

Un agriculteur espagnol gagne en justice contre le roi Mohammed VI

La Cour de justice de l’Union européenne vient de donner raison à l’agriculteur de Murcie qui a été attaqué en justice par la famille royale marocaine pour avoir cultivé sans...

Le Maroc risque de payer 400 millions d’euros à une société espagnole

Le tribunal arbitral constitué pour connaître du différend entre la société immobilière espagnole Marina d’Or et le Maroc, et relatif à des investissements immobiliers de plus...

Une société espagnole condamnée au Maroc à payer 18 millions d’euros

L’entreprise espagnole de BTP, Urbas, a été condamnée au Maroc à payer une dette de 17,8 millions d’euros, dans le cadre d’une procédure de rachat du groupe énergétique Abengoa.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 3,7 milliards de dirhams de subventions au secteur agricole

Le gouvernement maintient son soutien au secteur agricole. Cette année, 3,7 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un investissement global de 7,4 milliards de dirhams.

Maroc : les autoroutes en projet

Le programme d’investissement de la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) devrait atteindre plus de 8 milliards de dirhams pour les trois prochaines années, révèle le rapport sur les entreprises et établissements publics (EEP), annexé au...

Maroc : voici les priorités du fonds Mohammed VI pour l’investissement

Pour réussir sa mission, le directeur général du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, Mohamed Benchaâboun, a défini ses priorités et son mode de fonctionnement, qui ont été dévoilés lors de son premier Conseil d’administration.

Tournages de films au Maroc : chiffre d’affaires record pour le CCM en 2022

Très sollicité pour les tournages étrangers, le Maroc devrait renouer avec les bénéfices cette année. De nombreuses productions annulées en raison de la crise sanitaire et des mesures restrictives, sont de retour, selon le centre cinématographique...

Maroc : de nouveaux projets pour renforcer le « Made in Morocco »

Le Maroc poursuit sa marche vers la souveraineté industrielle. Mardi dernier, le gouvernement a procédé au lancement du 4ᵉ lot d’opportunités d’investissements, initiées dans le cadre de la banque à projets. Au total, 275 nouveaux projets ont été...

Maroc : investissements publics records en 2024

L’investissement public au Maroc devrait s’élever à 335 milliards de dirhams (MMDH) l’année prochaine, d’après la note de présentation du Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un effort qui contribuera à améliorer les conditions de vie des populations.

L’huile de table Afia rachetée par le Marocain Nourredine Zine

« Savola Morocco SA », fabricant de la marque d’huile de table Afia et filiale du groupe saoudien éponyme, fait désormais partie du portefeuille du marocain Zine Capital Invest SA. Par cette acquisition soumise à l’obtention de l’autorisation du...

Le Maroc, un des pays les plus attractifs pour les investisseurs

Dans le dernier rapport publié par l’Institut royal des études stratégiques (IRES), le Maroc est considéré comme l’un des pays les plus attractifs pour faire des affaires.

Cannabis : des entreprises étrangères attendent leur autorisation au Maroc

Suite à l’adoption du projet de loi sur l’usage légal du cannabis, plusieurs investisseurs étrangers manifestent leur intérêt pour investir dans ce domaine au Maroc. Plus d’une dizaine d’entre eux attendent leurs autorisations, selon le député...

Bientôt l’ouverture par Israël d’une mission commerciale au Maroc

L’évolution des relations commerciales entre Rabat et Tel Aviv et l’engouement des investisseurs incitent Israël à ouvrir prochainement une mission commerciale au Maroc.