Le cri de détresse d’une Marocaine atteinte de cancer (vidéo)

20 décembre 2019 - 09h30 - Maroc - Ecrit par : K.B

Trois mois après s’être fait diagnostiquer un cancer, une mère de trois enfants lance un cri de détresse à l’attention des Marocains. La dernière carte qu’elle joue, après avoir perdu espoir dans les établissements hospitaliers publics.

A l’instar des malades du cancer dans de nombreuses villes du royaume, Malika Bouthich a été abandonnée par les hôpitaux publics, après avoir frappé à toutes les portes à la recherche d’une prise en charge médicale.

Pourtant, Malika, âgée de 58 ans, habite à Skhirat, à proximité des deux centres hospitaliers les plus importants du pays. Qu’en est-il alors des habitants des régions enclavées ?, s’interroge le site Akhbarona.

Dans son désespoir, et face au dilettantisme du corps médical et paramédical, Malika et sa famille ont lancé un ultime appel de détresse aux personnes de bonne volonté pour solliciter leur contribution à la prise en charge médicale.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Skhirat - Vidéos

Aller plus loin

CHU Ibn Rochd : les malades du cancer ne trouvent pas de mammographe

Depuis huit mois, l’appareil de mammographie du CHU Ibn Rochd est en panne, rendant impossible toute intervention même urgente. Les centres privés restent la seule alternative...

Cette Marocaine accueille gratuitement des malades du cancer chez elle (vidéo)

Khadija El Qorti est une femme marocaine dont la générosité se manifeste par son assistance aux femmes atteintes du cancer.

CHU de Fès : un malade abandonné sur un brancard pendant 4 jours

Le Ministère de la Santé a finalement mis fin à la souffrance d’un patient ayant des problèmes cardiaques, abandonné pendant 4 jours sur un brancard, aux urgences du Centre...

Maroc : le cri de détresse des malades du cancer

Dépités et désespérés, bon nombre de Marocains atteints de cancer font un plaidoyer en faveur de l’accès aux services de soins de santé gratuits. Dans ce sens, ils viennent de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.