Le Maroc marginalise l’Espagne en Amérique du Sud

29 août 2023 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le Maroc a intégré depuis 2015, en qualité d’observateur permanent, le Parlement centraméricain (PARLACEN) qui regroupe le Guatemala, Salvador, le Honduras, le Nicaragua, la République dominicaine et le Panama. Le royaume gagne ainsi en influence dans cette région d’Amérique centrale, contrairement à l’Espagne.

Le Maroc a rejoint le Parlement centraméricain le 16 juin 2015, après la signature à Rabat de l’accord d’adhésion par les présidents de la Chambre des représentants et de la Chambre des conseillers. Le 27 février dernier, Hayat Laaraych, nouvel observateur permanent du Maroc auprès de ce parlement, a prêté serment. Elle remplace à ce poste Ahmed Lakhrif, fait savoir El Debate.

Lors d’un tête-à-tête avec Lakhrif, le président du PARLACEN, Amado Cerrud Acevedo, a mis en avant la place du Maroc et sa position géostratégique, qui en font « une porte d’entrée vers les pays de la région pour une plus grande coopération et un rapprochement avec les pays africains et arabes ». Acevedo a en outre souligné « l’importance de profiter des expériences du Maroc, notamment dans le domaine des énergies renouvelables et en matière de politique migratoire ».

À lire : Le Maroc a une bonne réputation à l’international

Abordant la question du Sahara, le président du parlement centraméricain a indiqué que son institution « soutient toutes les solutions et initiatives pacifiques favorisant la coexistence ». Lakhrif, l’ancien représentant du Maroc au PARLACEN, pour sa part, a rappelé l’option stratégique du roi Mohammed VI d’accorder une priorité au renforcement de la coopération sud-sud et principalement à la « consolidation des liens avec les parlements latino-américains ».

Pendant ce temps, l’Espagne, qui est plus liée à cette région par la langue que le Maroc, n’a pas demandé à rejoindre cet organisme d’intégration régionale d’Amérique centrale. Le Maroc, qui ne cesse de revendiquer Ceuta et Melilla, a sans doute besoin d’alliés dans ces pays où la gauche a des rancœurs contre l’Espagne à cause de son « passé colonial ». L’Espagne devra donc revoir en urgence sa politique étrangère en Amérique centrale. À noter que la Chine, le Mexique, le Venezuela et Porto Rico sont aussi observateurs permanents au PARLACEN.

Sujets associés : Espagne - Diplomatie - Panama - République dominicaine

Aller plus loin

Renforcement des relations entre le Maroc et la région bruxelloise

Pour célébrer la bonne santé des relations entre la Région bruxelloise et le Maroc, une mission conduite par le ministre-président Rudi Vervoort (PS) et le secrétaire d’État...

Missiles TOW : un pas de plus pour le Maroc vers le leadership régional

Le Maroc aurait conclu un accord avec les États-Unis pour l’achat de missiles TOW, considérés comme les plus puissants des Forces armées américaines.

Le Maroc a une bonne réputation à l’international

Le Maroc jouit d’une bonne réputation parmi les pays du G7+la Russie, selon le rapport relatif à la « réputation du Maroc dans le monde » publié sur le site de l’Institut Royal...

Le Maroc augmente son budget militaire pour atteindre une suprématie régionale

Le Maroc a augmenté son budget militaire d’environ 32 % au cours des cinq dernières années, passant de 3,70 milliards de dollars en 2018 à 5 milliards de dollars en 2022. C’est...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Première célébration de la fête d’indépendance d’Israël au Maroc

Le bureau de liaison d’Israël au Maroc a organisé le 5 juillet dernier à Rabat, une cérémonie marquant la célébration de la 74ᵉ fête de l’indépendance de l’État hébreu. Une première depuis des années.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.