Recherche

Maroc : confinés à domicile, les Marocains vont célébrer un Aïd el-fitr étrange cette année

© Copyright : DR

23 mai 2020 - 12h00 - Société

En raison de la propagation du covid-19, les Marocains s’apprêtent à vivre une célébration spéciale de l’Aïd Al Fitr. Entre la prière à la maison, les interdictions de visites, de réunions familiales et de festivités…, c’est décidément une année à oublier.

Les Marocains, de manière exceptionnelle, devront passer l’“Aïd confiné” à cause de la crise sanitaire. Selon le conseil supérieur des Oulémas, la prière sera accomplie à domicile. En ce qui concerne les traditionnels préparatifs tels l’achat des incontournables tenues de l’occasion, ils n’auront pas lieu, non seulement à cause du confinement, mais aussi en raison de la baisse du pouvoir d’achat des Marocains qui se contentent de prioriser les besoins primaires.

Contrairement à la traditionnelle ruée vers les magasins de prêt-à-porter lors de cette période, les boutiques seront également fermées suite à l’état d’urgence sanitaire décrété dans le pays. Par conséquent, les enfants ne pourront pas recevoir, cette année leurs habits neufs.

Tout en regrettant la situation, le sociologue Mohamed Gharbi, dans une interview à l’Observateur, invite les parents à accorder un maximum de temps à leurs enfants en cette période particulière et leur expliquer la spécificité de cette année. Quant à Rachida Houari, cadre chez une multinationale, l’Aïd restera Aïd. À l’en croire, les enfants vont se contenter de ce qu’ils ont déjà. Pour sa part, Karim Laaraj, cadre supérieur en arrêt temporaire de travail, qui perçoit désormais les 2 000 DH d’indemnités contre 18 000 avant le confinement, son pouvoir d’achat actuel ne pourrait même pas lui permettre d’acheter de nouvelles tenues pour ses trois enfants.

Mieux lotie que ses compatriotes, Mouna Debbagh veut recourir au commerce en ligne pour acheter les vêtements de l’Aïd à ses deux enfants âgés de 8 et 4 ans. "Ils porteront quand même leurs tenues à la maison et souhaiteront un bon Aïd à toute la famille en appel vidéo sur whatsapp".

L’Aïd, cette année, sera également célébrée sans visites familiales. Malika Ghazi est déçue par cette mesure. Elle avoue n’avoir pas vu ses parents depuis deux mois avec le confinement. “Je déprime déjà. C’est le premier Aïd que je vais passer loin de mes parents. Et cela me fait mal au cœur. Mais je me dis que je reporterai la fête pour plus tard dès qu’on sortira indemnes de cette terrible épreuve”.

Mots clés: Aïd Al fitr 2020 , Coronavirus au Maroc (Covid-19) , Religion , Islam

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact