Maroc : nouvelles mesures fiscales pour les auto-entrepreneurs

6 janvier 2019 - 16h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

La Direction générale des impôts (DGI) vient de rappeler, dans un communiqué, les dispositions de la loi de Finances 2019 prévoyant deux nouvelles mesures fiscales en faveur des auto-entrepreneurs.

Ainsi, il est prévu une réduction des taux de l’impôt sur le revenu (IR) applicables au chiffre d’affaires encaissé par l’auto-entrepreneur. Celui-ci est soumis à l’impôt sur le revenu selon l’un des nouveaux taux libératoires, soit 0,5% au lieu de 1% pour les activités commerciales, industrielles et artisanales et 1% au lieu de 2% pour les prestataires de services.

Le deuxième avantage fiscal concerne la révision à la baisse du minimum du montant des sanctions applicables en cas de défaut ou de retard dans le dépôt de la déclaration du chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur. Depuis le 1er janvier, le minimum à émettre au titre des sanctions a été réduit de 500 à 100 dirhams « pour la majoration applicable en cas de défaut ou de retard dans le dépôt de la déclaration du chiffre d’affaires ». C’est également le cas pour « l’amende applicable en cas de déclaration incomplète ou insuffisante, lorsque les éléments manquants ou discordants n’ont pas d’incidence sur la base de l’impôt ou sur son recouvrement ».

Depuis sa mise en place en 2015, ce nouveau statut a déjà séduit plus de 80.000 personnes, déclarait Saâdeddine El Othmani en octobre dernier. Pour le Chef du gouvernement, ce nouveau régime « constitue un mécanisme efficace pour favoriser l’intégration économique des jeunes et leur accès au marché de l’emploi, et encourager chez eux l’esprit d’initiative et d’entrepreneuriat. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Impôts - Direction générale des impôts (DGI)

Aller plus loin

117 835 Marocains sont des auto-entrepreneurs

Les adhésions au statut de l’entrepreneur se multiplient. Le ministre de l’Insertion professionnelle parle de 117 835 adhésions enregistrées à fin novembre 2019.

Ces articles devraient vous intéresser :

Impôts : des procédures simplifiées pour les MRE

La simplification des procédures administratives pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) a permis à ces derniers de se mettre à jour vis-à-vis de l’administration fiscale, a déclaré Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Maroc : du changement pour l’impôt sur les revenus locatifs

Au Maroc, l’imposition des revenus locatifs a connu des modifications majeures depuis 2023. Des changements qui ont un impact significatif sur les contribuables concernés.

Les MRE bénéficient d’une exonération fiscale pour l’achat de logements sociaux

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier d’une exonération fiscale lorsqu’ils achètent un logement social, à condition de remplir les critères énoncés dans le Code général des impôts, a affirmé Nadia Fettah, ministre de l’Économie...

Maroc : l’alcool rapporte gros aux recettes de l’Etat

Selon le projet de Loi de finances 2023, le trésor public prévoit d’enregistrer des revenus venant des diverses taxes en vigueur sur la cigarette et l’alcool, de l’ordre de 14,4 milliards de dirhams.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

Suite à un contrôle fiscal, Maroc Telecom va payer 600 MDH

Maroc Telecom et le fisc sont parvenus à un protocole d’accord pour le règlement d’un montant de 600 millions de dirhams, suite à un contrôle fiscal effectué en juin 2022.

Maroc : du nouveau pour dotation pour voyage d’affaires

Au Maroc, la dotation pour voyage d’affaires passe de 60 à 100 000 dirhams, selon la version actualisée de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC) qui est entrée en vigueur le 2 janvier 2024.