Maroc : prison ferme pour adultère via WhatsApp

17 mai 2024 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, l’adultère est un délit interdit et sanctionné par une peine d’emprisonnement d’un mois à un an conformément aux articles 490 et 491 du Code pénal. Poursuivie devant le tribunal de première instance de la ville de Mohammedia, une Marocaine en a fait les frais.

Tout est parti d’une plainte déposée par un homme contre son épouse avec qui il a un enfant. Le mari a découvert que sa femme le trompait avec son ex-petit ami. Ce dernier visitait souvent la maison de sa grand-mère, voisine de la femme. Après avoir obtenu son numéro de téléphone, elle a commencé à communiquer avec lui via l’application WhatsApp. Elle échangeait des messages textuels et des vidéos compromettantes avec lui.

À lire :Maroc : Prison ferme pour adultère, une enseignante et son amant condamnés

Lors de son audition, l’épouse a avoué les faits devant la police judiciaire. Mais elle a tenté de les nier devant le tribunal alors que les circonstances et les preuves de l’affaire confirmaient son implication dans l’adultère. Considérant que l’aveu de la prévenue lors de l’enquête préliminaire devant la police judiciaire constituait une reconnaissance en matière pénale conformément aux dispositions de l’article 290 du Code de procédure pénale, qui est un moyen de preuve autonome soumis à l’appréciation discrétionnaire des juges du fond et ne nécessite pas d’autres moyens de preuve pour le corroborer et s’appuyant sur l’article 491 du Code pénal qui punit l’adultère, le tribunal de première instance de la ville de Mohammedia a condamné la femme mariée à deux mois de prison ferme et à une obligation d’indemnisation de son mari à hauteur de 5000 dirhams.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mohammedia - Droits et Justice - Code pénal marocain - Prison - WhatsApp

Aller plus loin

Maroc : un imam en prison pour adultère avec une femme mariée

Un « fkih » a été pris en flagrant délit d’adultère avec une femme mariée dans la province d’Al Haouz. Si cette dernière a été libérée, le religieux est, quant à lui, écroué, en...

Suicide à Tanger : un homme accablé par l’adultère de sa femme

Un trentenaire a été retrouvé pendu à son domicile vendredi à Tanger. Le drame s’est produit dans la chambre familiale, où le corps sans vie du jeune homme a été découvert, un...

Un ancien ministre marocain en prison pour « adultère »

L’ancien ministre Mohamed Ziane poursuivi pour de multiples chefs d’accusation, dont « injure contre un corps constitué » et « adultère » a vu sa condamnation à 3 ans de prison...

Une Marocaine en prison pour adultère (avec 4 hommes)

Le procès d’une femme mariée et de ses amants s’ouvrira au tribunal de première instance de Youssoufia le 5 décembre. Ils sont tous poursuivis en état d’arrestation pour «...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.