Maroc : le secteur local du vin en crise ?

23 mars 2019 - 11h30 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Le Maroc compte, d’ici le 1er janvier 2022, supprimer les droits de douane imposés sur les importations de vins européens, les faisant passer de 14,7% à 0%. Et cela ne plait pas aux opérateurs locaux de la filière.

Ce démantèlement tarifaire prévu aurait pour conséquence, selon La Vie Eco, d’inonder le marché local de vins importés alors la consommation nationale de vins importés n’est actuellement que de 8% relativement à la consommation globale au Maroc.

Cette décision de faire sauter les droits de douane imposés aux vins importés est rattachée à l’accord entre l’UE et le Maroc qui concerne les mesures de libéralisation réciproques en matière de produits agricoles transformés, de poissons et de produits de la pêche, toujours selon la même source.

Le résultat en sera l’inondation du marché local par des vins très compétitifs étrangers. Ce qui ne peut certes pas déplaire aux consommateurs. Un industriel cité par La Vie Eco a affirmé : « Il est impossible pour le Maroc de concurrencer des pays comme l’Espagne, qui produit à elle seule pas moins de 40 millions d’hectolitres dont la moitié est écoulée à l’export. Et ce, pour plusieurs raisons objectives, mais aussi à cause de certaines pratiques anticoncurrentielles ».

En outre, certains opérateurs locaux vont plus loin et accusent indirectement l’Etat d’être derrière leur incapacité de concurrencer les vins étrangers. Ils affirment que les vins européens sont subventionnés à toutes les étapes et qu’au Maroc ce n’est pas le cas, à part en ce qui concerne les subventions allant aux projets d’irrigation.

Un opérateur propose : « Soit nous bénéficions des mêmes niveaux de soutien et, dans ce cas, nous serions favorables à zéro droit de douane dès aujourd’hui, ou bien il faut songer à activer une des trois mesures de défense commerciale. Le risque avéré de l’augmentation significative des importations dans les années à venir aura pour effet de faire disparaître l’amont agricole, et à terme l’amont industriel ».

En résumé, soit avoir les mêmes armes que les concurrents, soit leur donner un handicap, chose d’ailleurs quasi-impossible vu que les accords avec l’UE sont déjà signés. On peut donc supposer qu’il n’y a qu’une solution revendiquée par les opérateurs : Des subventions...

Par contre... Avec le PJD au gouvernement ?

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Impôts - Alcool

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Maroc : le gouvernement et les syndicats divisés sur la hausse des salaires

Fin de la lune de miel entre le gouvernement et les centrales syndicales. Si la première phase des négociations s’est déroulée dans une ambiance détendue, des discordes sont apparues au cours du deuxième round sur certaines questions essentielles comme...

Le MRE a-t-il le droit de vendre sa voiture au Maroc ?

Le Marocain résidant à l’étranger (MRE) a tout à fait le droit de vendre son véhicule lors de ses vacances au Maroc. Nous parlons, ici, de la période de l’admission temporaire de 6 mois, autorisée par les services de la Douane. Deux situations se...

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.