Maroc : les traiteurs comptent sur l’été pour renflouer leurs caisses

8 juin 2021 - 08h20 - Economie - Ecrit par : J.D

Les traiteurs sont autorisés à reprendre leurs activités après 15 mois de suspension. Cette nouvelle saison qui donne aux promoteurs l’espoir de rattraper les pertes enregistrées, pourrait s’avérer délicate en raison des coûts élevés des services dans ce secteur fortement affaibli par la crise sanitaire.

L’annonce de la reprise intervenue le 31 mai, vient comme une sorte de délivrance, de soulagement et d’espoir pour un avenir meilleur chez les promoteurs du secteur.

«  On avait perdu tout espoir. On ne s’attendait pas du tout à cette annonce puisque pendant des mois, le gouvernement n’a jamais répondu à nos appels au secours  », se réjouit M.I, chef d’une entreprise de traiteur à Casablanca cité par Hespress, soulignant qu’il faut croiser les doigts afin que la mesure soit maintenue. Car, «  nous espérons aussi récupérer un peu de ce que nous avons perdu  », lance ce promoteur casablancais.

Les traiteurs et les « wedding planners » ou encore les professionnels d’agences d’événementiel ont vécu une période difficile qui a même poussé plusieurs d’entre eux à fermer boutique, ne supportant plus les effets dévastateurs de la pandémie. «  Maintenant, il faudra s’adapter aux nouvelles mesures Covid-19 et ce que cela implique qu’il faudra également faire appel aux salariés, qui, vu la situation, avaient décroché  », explique M.I.

Du côté des clients, notamment les jeunes couples, le moment est venu de célébrer leur union en présence de leurs familles et amis. Les amoureux des évènements culturels pourront désormais reprendre les vieilles habitudes.

L’autre élément à considérer dans le contexte actuel de la reprise des célébrations et les évènements au Maroc est le coût des prestations. Ces tarifs pourtant jugés exorbitants sur les réseaux sociaux avant la crise ne pourront pas baisser et ont été revus à la hausse.

Ceci, parce que les promoteurs des traiteurs suite à la pandémie, ces derniers ont dû les augmenter encore plus pour récupérer ce qui a été perdu, payer les charges accumulées et s’adapter aux changements. En effet, les traiteurs sont tenus par la mise en place du protocole sanitaire exigé par les autorités compétentes lors de toute cérémonie ou fête. S’ajoute à cela, la capacité de remplissage des salles de fête qui a été limitée à 50 % soit 100 personnes présentes en même temps.

Toutefois, ce promoteur salue la décision de reprise prise par le gouvernement et souligne que les tarifs sont susceptibles d’être revus à la hausse surtout que la reprise coïncide avec la saison estivale qui est connue pour être « LA SAISON » des traiteurs.

Sujets associés : Chiffre d’affaires - Ministère du Tourisme - Ministère de la Culture - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : touchés par la crise, les traiteurs reçoivent des indemnités

Les travailleurs de plusieurs sous-secteurs d’activités dont notamment l’événementiel, les traiteurs ainsi que les espaces de distraction et des jeux impactés par la pandémie du...

Maroc : le secteur de l’événementiel, encore très fragile, sort la tête de l’eau

Malgré les facilités qui leur ont été accordées pour les soulager des effets de la pandémie du coronavirus, les professionnels marocains du secteur de l’Événementiel ont encore...

Maroc : l’appel de détresse des acteurs de l’événementiel

Face à l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19, le Groupement professionnel des prestataires de l’événementiel au Maroc appelle le gouvernement à accorder aux acteurs...

Les traiteurs marocains réclament l’allègement des restrictions

Longtemps touchés par la crise sanitaire, les professionnels du traiteur ont réclamé la reprise des manifestations et l’augmentation de la capacité des places durant les fêtes.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

La fête de l’Aïd Al-Adha fait craindre le pire

À quelques jours de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le Maroc enregistre de plus en plus de décès liés au Covid-19. Les Marocains craignent que la situation épidémiologique ne s’aggrave avec la célébration dimanche, la fête du sacrifice.

Le journal en anglais à la télévision marocaine

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour l’anglais. Il entend diffuser des informations dans cette langue qui est la plus parlée dans le monde, avec un total de plus de 1,4 milliard de locuteurs, afin d’attirer davantage les touristes anglophones.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...

Les Etats-Unis, premiers importateurs de l’artisanat marocain

Après des périodes difficiles dues au Covid-19, la relance du secteur de l’artisanat se confirme. Durant les sept premiers mois de l’année en cours, les exportations des produits artisanaux marocains ont connu une augmentation de 21 %.

Tanger Med Port Authority : nette progression du chiffre d’affaires à fin septembre

À fin septembre dernier, Tanger Med Port Authority (TMPA) affichait un chiffre d’affaires brut de plus de 2,35 milliards de dirhams, en hausse de 11% par rapport à la même période de l’année dernière.

Le Maroc parie sur le tourisme interne

Les autorités marocaines affirment avoir mené plusieurs actions pour promouvoir et renforcer le tourisme interne en 2023.

Les MRE mécontents de la cherté des locations de voiture

L’inflation au Maroc touche même les locations de voiture. Cet été, les tarifs se sont envolés, provoquant la colère des citoyens et MRE. Plusieurs raisons expliquent cette situation selon les professionnels.