Les Marocains ne font pas confiance au Parlement

6 décembre 2019 - 19h30 - Maroc - Ecrit par : K.B

A l’initiative de la Fondation Heinrich Boll et de la Caisse nationale pour la démocratie, une étude sur l’indice de confiance et la qualité des institutions a été conduite par l’Institut Royal des Études Stratégiques.

Le rapport, diffusé annuellement par l’Institut, vise à "mettre en place un terrain de discussion autour du thème de la confiance dans les institutions au Maroc, et à apporter aux décideurs des propositions et conseils à même d’améliorer les règles de base susceptibles de renforcer le climat de confiance".

Le rapport a mis en exergue la faible relation de confiance entre les Marocains et le Parlement, sachant que plus de 63% ne se fient pas à cette institution politique. Pire encore, l’étude a révélé que 50% des Marocains ignorent le rôle du Parlement.

En réponse à la question sur le nom du Président de l’hémicycle, 10% des sondés ont donné une réponse correcte, tandis que seuls 25% ont réussi à nommer un député parlementaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : institut royal des études stratégiques - Parlement marocain

Aller plus loin

Maroc : la confiance des ménages se dégrade

Les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), montrent, globalement, que la confiance des ménages...

Les Marocains font plus confiance à la police qu’au gouvernement

Au Maroc, les citoyens font plus confiance à l’institution militaire et aux institutions sécuritaires qu’au gouvernement. C’est ce que révèle une enquête réalisée par le...

Maroc : un parlement désespérément vide (photo)

Jeudi dernier, l’école buissonnière semble avoir été privilégiée par la plupart des députés marocains. Ils étaient 395 à être attendus, ils ne sont que 17 à être venus. Et cela...

Maroc : les parlementaires et les ministres seraient les plus corrompus

Le fléau de la corruption s’est installé, surtout, au niveau des parlementaires et des ministres. Cette information, publiée dans le rapport de l’Institut "Afrobaromètre"...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Autoroutes du Maroc : retards et dysfonctionnements inquiètent

Le retard observé dans la réalisation de certains projets d’autoroutes inquiète le parlement marocain qui a interpellé le premier responsable de la Société nationale des autoroutes pour avoir des explications sur cette situation.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.