Espagne : la société civile réclame toujours justice après la mort de Marouane

15 avril 2021 - 15h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le tribunal provincial de Valence a classé sans suite l’affaire relative au suicide de Marouane Abouobaida, un jeune Marocain de 23 ans, dans une cellule d’isolement du centre de rétention des migrants de Zapadores le 15 juillet 2019. Les acteurs de la campagne CIE No de València, à défaut d’obtenir une condamnation au pénal, tentent une action pour une sanction administrative du Centre.

Le 15 juillet 2019, trois policiers du Centre de rétention des migrants de Zapadores (CIE) à Valence, traînent Marouane Abouobaida, un jeune marocain de 23 ans, hospitalisé depuis plusieurs jours, dans une cellule d’isolement où il s’est suicidé une heure et demie plus tard.

Il y a deux semaines, le tribunal provincial de Valence a décidé de classer l’affaire. Une campagne de dénonciation de cette décision, dénommée « CIE No de València », a été lancée pour demander la condamnation du Centre pour la mort du Marocain. Mais pour le juge, il n’y aura pas de sanction pénale pour ce crime, d’autant que la commission de fautes par les agents n’a pas été clairement établie.

Les images de caméras de vidéosurveillance du Centre montrent comment Marouane a été mis en cellule d’isolement mais ne révèle rien de blâmable aux agents. Pour certaines organisations de défense des droits de l’homme, ces centres sont des prisons racistes où souffrent et meurent parfois des personnes qui n’ont commis aucun crime à part d’être sans-papiers.

Le 14 juillet, un jour avant son décès, plusieurs détenus ont attaqué Marouane en lui causant des fractures au visage. Quelques jours plus tôt, il avait déjà été victime de deux autres agressions. L’hôpital a exigé un repos sanitaire et une surveillance régulière. Malgré ces protocoles anti-suicide, les agents sont venus plusieurs fois sur la porte de la cellule de Marouane, ont jeté un œil à travers le judas, sans prendre la peine d’entrer pour s’assurer qu’il allait bien. Son corps sans vie a été retrouvé 40 minutes après son suicide, et moins d’une heure et demie après sa mise en isolement.

Dans l’ordonnance de rejet de l’affaire, la Cour provinciale indique qu’il peut y avoir eu « des soins de santé incomplets » et « un comportement répréhensible de la part d’un policier », demandant « à évaluer tout ce qui aurait pu être fait et n’a pas été fait » dans cette situation. Pour le juge, il n’y a pas de coupable clair lorsque quelqu’un décide de se suicider, mais si Marouane n’avait pas été admis au CIE ou s’il n’avait pas été isolé après plusieurs attaques subies, il serait peut-être encore en vie.

Le corps de Marouane a été transféré au Maroc où il a été enterré dans un cimetière près de Casablanca.

Sujets associés : Espagne - Casablanca - Valence - Homicide - Suicide

Aller plus loin

Un Français accusé d’homicide arrêté au Maroc

La police judiciaire de Casablanca a arrêté un ressortissant français jeudi, en exécution d’un mandat d’arrêt international émis à son encontre par les autorités judiciaires...

La famille de Khalid, retrouvé mort au Pays Basque, réclame justice

La famille de Khalid Mouamou, retrouvé mort dans un centre à Guipúzco (Pays Basque), entend engager des poursuites judiciaires si l’autopsie du corps révèle que le jeune...

France : une Marocaine accusée d’homicide sur ses deux filles reste en prison

La demande de remise en liberté de la Marocaine résidant en France, Naïma B., 53 ans, mise en examen pour homicide sur ses deux filles de 11 et 13 ans, disparues depuis décembre...

Casablanca : arrestation d’une mère et sa fille pour homicide et incendie volontaire

Les éléments de la brigade criminelle de la police judiciaire et la brigade judiciaire de Ben M’Sik à Casablanca ont interpellé, à Tifelt, une femme et sa fille âgées...

Ces articles devraient vous intéresser :

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Maroc : le terrible bilan des suicides

Les cas de suicide augmentent au Maroc. Plus d’un millier de Marocains se sont donné la mort l’année dernière, selon l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) qui alerte sur un phénomène inquiétant.

Espagne : des policiers sauvent un jeune Marocain de 23 ans de sa tentative de suicide

Trois policiers ont évité une tragédie à Lugo, dans le nord-ouest de l’Espagne. Grâce à leur intervention rapide, ils ont sauvé un jeune homme de 23 ans d’origine marocaine qui menaçait de sauter d’un immeuble en construction. Plusieurs riverains...

Horreur en Espagne : une Marocaine tente d’assassiner ses trois enfants

Deux enfants d’origine marocaine, victimes d’une tentative de meurtre de la part de leur propre mère, se trouvent dans un état grave mais stable en soins intensifs à l’hôpital universitaire de Navarre, dans le nord de l’Espagne. Leur sœur, moins...

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.