Espagne : la famille d’un Marocain décédé de la rage réclame justice

19 avril 2021 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les proches d’un Marocain décédé 13 décembre 2019 de la rage ont déposé une réclamation de dommages-intérêts auprès d’Osakidetza (Pays basque espagnol), estimant qu’il aurait pu être sauvé s’il n’y avait pas eu « un retard dans le diagnostic et le traitement ». Le centre de santé a rejeté leur requête.

Le Marocain A.E.M.H., âgé de 56 ans, est mort quatre mois après avoir été mordu par un chat lors de ses vacances à Tanger. Le service de santé basque a rejeté la demande de ses proches qui réclament une indemnisation pour retard dans le traitement, assurant que le patient avait bénéficié des « soins adéquats » et qu’il n’avait pas reçu de traitement antirabique au Maroc parce qu’il avait « disparu » après la première consultation.

Ses proches soutiennent que les médecins « n’ont pas correctement évalué ses symptômes et sa situation clinique, ce qui a retardé le diagnostic et le traitement ». « C’était une morsure d’un chat au Maroc, un pays où la rage est endémique. Osakidetza aurait dû appliquer le protocole pour ces cas, mais ils ne l’ont pas fait », déclare un porte-parole de la famille, soulignant que les médecins n’ont pas procédé à l’analyse spécifique qui aurait permis de connaître l’infection virale à temps et d’adopter en urgence les mesures de protection appropriées.

« De plus, s’ils soupçonnaient déjà qu’il y avait une possibilité qu’il ait été infecté par la rage, il était un danger pour la santé publique, il y avait un risque qu’il infecte d’autres personnes, ils auraient dû faire tout leur possible pour le localiser, même appeler l’Ertzaintza et avertir le tribunal », ajoute le porte-parole de la famille.

Pour le service de santé basque, dès lors que « la morsure de chat a été évaluée à l’hôpital de Tanger comme un incident sans risque de rage », ses agents n’ont pas « insisté pour localiser le patient ». Et d’ajouter : « Les médecins au Maroc n’ont pas évalué les données de la morsure et cela aurait dû être fait. Mais cela n’a eu aucune conséquence sur le pronostic, vu que la maladie est mortelle ».

« Il y a eu un retard dans le diagnostic qui a empêché de le soigner à temps et son environnement a été mis en danger en raison du risque de contagion », soulignent les proches qui assurent qu’ils vont continuer leur lutte pour prouver que le Marocain a été victime « d’une erreur médicale ».

Au Pays basque, une Marocaine est décédée en 2014 dans un hôpital de Madrid d’une infection virale à la rage. Elle avait été mordue au pied par un chien enragé lors d’un voyage dans son pays d’origine.

Sujets associés : Espagne - Santé - Décès

Aller plus loin

Espagne : condamnés pour avoir introduit des chiens ayant attrapé la rage au Maroc

Le tribunal pénal de Tolède a condamné à dix mois de prison un couple pour avoir introduit en Espagne depuis le Maroc en 2013 un chien atteint de la rage qui a mordu plusieurs...

La France met en garde contre les cas de rage en provenance du Maroc

Le ministère français de l’Agriculture a lancé une campagne de sensibilisation à l’intention des voyageurs sur les précautions à prendre pour éviter l’introduction d’animaux...

Au Maroc, la rage tue encore

La rage tue encore au Maroc. Malgré toutes les mesures prises pour éliminer le risque rabique, cette infection mortelle continue de sévir, se désolent les spécialistes qui...

Maroc : l’abattage des chiens est désormais interdit

Le Ministère de l’Intérieur marocain vient d’interdire l’usage d’armes à feu et des puissants barbituriques dans l’abattage des chiens errants.

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de l’acteur et réalisateur marocain Mohamed Atifi

Le monde du cinéma marocain est en deuil. L’acteur et réalisateur Mohamed Atifi est décédé jeudi soir des suites d’une longue maladie.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Décès de l’ancienne ministre Soumia Benkhaldoun

L’ex-ministre déléguée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Soumia Benkhaldoun, est décédée des suites d’un cancer. Elle était âgée de 60 ans,

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Hassan II : Gilles Perrault, auteur de « Notre ami le roi » est décédé

L’écrivain et militant Gilles Perrault, connu notamment pour son ouvrage « Notre ami le roi », sur le roi Hassan II, est décédé à l’âge de 92 ans d’un arrêt cardiaque, selon des informations communiquées par sa famille.