Omicron : les services d’urgences débordés à Casablanca

6 janvier 2022 - 17h00 - Ecrit par : A.S

Le nouveau variant Omicron frappe de plein fouet la ville de Casablanca où les services d’urgence sont débordés. Toutefois, la situation au niveau des services de réanimation reste pour le moment maitrisable.

C’est l’une des villes les plus touchées au Maroc, avec le plus grand nombre de cas de contamination au Covid-19, rapporte Le Matin, précisant que les consultations aux urgences augmentent de façon quotidienne.

Interpellé, Dr Moulay Saïd Afif, membre du Comité scientifique et technique de la vaccination a indiqué que la situation était déjà envisagée compte-tenu de « la transmissibilité élevée du variant Omicron qui sera bientôt dominant dans notre pays », estimant que la situation demeure encore plus difficile à Casablanca qui figure en tête des villes qui enregistrent quotidiennement le nombre le plus élevé de cas de contaminations.

Selon une autre source contactée par le journal, la situation est toujours sous contrôle au CHU de Casablanca avec « une quinzaine de malades admis en réanimation, dont des enfants et des femmes enceintes ». En revanche, a-t-elle précisé, les services des urgences connaissent une forte croissance des demandes de consultations.

A lire : Maroc : ces villes où le variant Omicron flambe déjà

La même source a évoqué deux facteurs importants, à savoir : la montée en flèche des cas du Covid-19 dans notre pays, et ensuite, le changement constaté dans les symptômes du variant Omicron. « Les symptômes observés chez les patients du Covid actuellement sont quasi similaires à ceux de la grippe saisonnière et il est très difficile de faire la différence entre les deux », a-t-elle souligné.

Autre constat, le problème se pose essentiellement chez les sujets qui ne sont pas vaccinés et qui présentent des symptômes plus difficiles à gérer, a relevé la même source, selon laquelle ces personnes sont plus à risque de développer des formes graves de la maladie, et le cas échéant, d’être admises en réanimation. D’ailleurs, a-t-il noté, la quasi-totalité des patients admis en réanimation au CHU de Casablanca est soit non vaccinée, soit n’a pas reçu sa troisième dose.

Sur ce point, Dr Afif a mis l’accent sur l’importance de la vaccination contre la grippe saisonnière qui revient en force cette année à cause, notamment, du phénomène de la dette immunitaire. Ce phénomène, a-t-il expliqué, implique que faute à l’exposition aux virus de l’hiver, les individus sont devenus moins immunisés.

Tags : Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Casablanca

Aller plus loin

Covid-19 au Maroc : le pic de la vague Omicron atteint

Après une fin d’année 2021 angoissante, la situation épidémiologique au Maroc s’est améliorée début janvier. Les contaminations restent certes à des niveaux élevés, mais le rythme a...

Le Maroc sera-t-il contraint de fermer les mosquées ?

Face à l’évolution de la situation épidémiologique au Maroc, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a invité les délégations régionales à faire preuve de rigueur dans le...

Maroc : le gouvernement s’exprime sur la réouverture des frontières

Le gouvernement va décider de la réouverture des frontières et de l’allègement des restrictions, en tenant compte de la situation épidémiologique dans le pays et dans le monde, a...

Maroc : ces villes où le variant Omicron flambe déjà

Les villes de Rabat et Casablanca sont fortement touchées par le variant Omicron. La grande majorité des tests effectués dans ces villes sont positifs au nouveau variant. Les...

Nous vous recommandons

Le TGV marocain plus écologique

Depuis hier, samedi 1er janvier, le train à grande vitesse marocain,Al Boraq, passe progressivement à l’énergie verte. Il s’agit de substituer la consommation électrique du réseau ferré national par une énergie...

En fuite au Maroc avec ses enfants, un Français arrêté au Portugal

Le Service portugais des étrangers et des frontières (SEF) a localisé deux mineurs italiens enlevés en France l’année dernière par leur père. Ce dernier tentait de les ramener au Maroc après avoir refusé de les confier aux services sociaux...

La Marocaine Laila Rouass et Ronnie O’Sullivan se donnent une nouvelle chance

Séparés en février dernier, le mannequin et actrice britannique d’origine marocaine Laila Rouass, 50 ans et le sextuple champion du monde de snooker, Ronnie O’Sullivan, 46 ans, se remettent ensemble.

La Russie ne chercherait-elle pas à pousser le Maroc et l’Algérie à la guerre ?

L’historien et arabisant français Jean-Pierre Filiu estime qu’une « escalade de la crise ukrainienne pourrait désormais avoir des retombées en Méditerranée » et qu’après l’Ukraine une guerre pourrait avoir lieu en Méditerranée orientale, où la Russie a envoyé...

La Colombie dément toute reconnaissance de la marocanité du Sahara

La Colombie a apporté un démenti formel aux informations publiées par certains médias selon lesquelles elle a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara.

L’Algérie jubile et parle de « gifle assourdissante » et « d’humiliation » du Maroc

Amar Belani, envoyé spécial chargé du dossier du Sahara occidental et des pays du Maghreb, estime que la participation de Brahim Ghali, président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD)  » aux travaux du 6ᵉ sommet des chefs d’État et de...

Visas : le Maroc, victime collatérale des tensions France-Algérie ?

La décision de la France de réduire à 50 % l’octroi des visas pour les Marocains et les Algériens et de 30 % pour les Tunisiens s’explique par les tensions entre Paris et Alger.

Belgique : les Marocains parmi les rares travailleurs étrangers dans la santé

En Belgique, les Marocains figurent parmi les rares travailleurs étrangers dans le secteur des soins de santé. Dans le pays, moins d’un travailleur sur dix, n’est pas Belge.

Mohammed VI autorise le rapatriement de la dépouille d’Aminata, fille de Sékou Touré

Le roi Mohammed VI a affrété un aéronef pour rapatrier en Guinée la dépouille d’Aminata Touré, fille de l’ancien président, Sékou Touré. Le vol spécial sera effectué demain lundi, en dépit de la fermeture des frontières...

Choisir sa nationalité sportive : un choix déchirant pour les binationaux

Le changement de nationalité sportive est un déchirement pour tous les sportifs. À l’instar de nombreux joueurs marocains ayant la double nationalité, qui se sont retrouvés devant l’obligation de choisir un pays au détriment de l’autre, de nombreux joueurs...