Le Maroc veut « étouffer » Melilla et Sebta

27 juin 2021 - 09h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le président de Melilla, Eduardo de Castro, a critiqué la stratégie du Maroc d’étouffer Ceuta et Melilla, avec la construction de grands ports au nord du pays et l’arrêt de l’approvisionnement de Melilla en marchandises de contrebande.

Dans un entretien accordé à EFE, De Castro affirme que la feuille de route du Maroc est de « nous noyer pour grandir ». « C’est bien qu’ils veuillent grandir, mais pas à nos dépens », déclare-t-il, rappelant la construction d’un « super port » près de Tanger et le renforcement de celui de Nador, proche de Melilla, dont la capacité a été multipliée par vingt en quelques années, sans oublier les investissements massifs dans les infrastructures avec le financement de la chine, de l’Allemagne, de l’Angleterre ou de la France.

« Non seulement le Maroc a interdit les marchandises de Melilla sur son marché, mais il refuse aussi les exportations de marchandises provenant d’Europe par les entreprises de Melilla. Ils ferment partout », critique le président de la ville autonome qui souligne que le Maroc avait fermé ses frontières avec Melilla, bien avant l’entrée en vigueur de l’état d’urgence en Espagne, ce qui a eu un effet « dévastateur » sur l’économie locale essentiellement basée sur les échanges commerciaux.

À lire : L’Espagne et le Maroc toujours divisés sur Ceuta et Melilla

Face à ce blocus du Maroc, De Castro propose d’élaborer, de commun accord avec Sebta, des stratégies pour « ne pas dépendre » du royaume. « L’arrangement de Ceuta et Melilla passe inexorablement par les institutions européennes, et pas seulement par l’Espagne. Je soutiens depuis longtemps que la solution passe par Bruxelles », indique De Castro qui explique que la ville autonome a été fondée il y a 523 ans, avant même l’Espagne et le Maroc.

Melilla « n’a jamais été une colonie ou une néocolonie… C’est une autre chose qu’il y ait des liens historiques, commerciaux, de voisinage et familiaux, qui doivent continuer à exister et qui doivent être renforcés. Nous sommes voisins, nous allons nous aider, mais dans la réciprocité », affirme-t-il. Le Maroc « se sent fort et se permet de menacer l’Espagne et l’Allemagne », développe De Castro qui déplore le fait que le royaume ait laissé entrer des migrants mineurs à Ceuta en mai, en réaction à l’accueil de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño.

Le président de Melilla remercie par ailleurs le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, qui a assuré que la souveraineté de Ceuta et Melilla, comme tout autre territoire espagnol, sera défendue autant que nécessaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Ceuta (Sebta) - Melilla

Aller plus loin

Le Maroc cherche à « étouffer » Ceuta

Le Maroc s’apprête à lancer d’ici avril 2022 la zone commerciale située à Tétouan, non loin de Ceuta, et développée par Tanger Med Zones, filiale du groupe Tanger Med.

L’Espagne demande l’aide de l’Otan pour protéger Ceuta et Melilla

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, rencontre demain lundi, Joe Biden, en marge du sommet de l’OTAN. La crise migratoire avec le Maroc sera sans doute au cœur...

« L’annexion » de Sebta et Melilla par le Maroc fait toujours jaser

Le sénateur Carles Mulet (Compromís) a adressé une série de questions écrites au gouvernement de Pedro Sánchez, après la publication du rapport indiquant que le royaume...

L’Espagne et le Maroc toujours divisés sur Ceuta et Melilla

En réponse aux questions de certains sénateurs des partis PP et Vox, le gouvernement espagnol a déclaré que le Maroc est un « partenaire stratégique » avec lequel il peut avoir...

Ces articles devraient vous intéresser :