Le Maroc veut « étouffer » Melilla et Sebta

27 juin 2021 - 09h40 - Ecrit par : A.P

Le président de Melilla, Eduardo de Castro, a critiqué la stratégie du Maroc d’étouffer Ceuta et Melilla, avec la construction de grands ports au nord du pays et l’arrêt de l’approvisionnement de Melilla en marchandises de contrebande.

Dans un entretien accordé à EFE, De Castro affirme que la feuille de route du Maroc est de « nous noyer pour grandir ». « C’est bien qu’ils veuillent grandir, mais pas à nos dépens », déclare-t-il, rappelant la construction d’un « super port » près de Tanger et le renforcement de celui de Nador, proche de Melilla, dont la capacité a été multipliée par vingt en quelques années, sans oublier les investissements massifs dans les infrastructures avec le financement de la chine, de l’Allemagne, de l’Angleterre ou de la France.

« Non seulement le Maroc a interdit les marchandises de Melilla sur son marché, mais il refuse aussi les exportations de marchandises provenant d’Europe par les entreprises de Melilla. Ils ferment partout », critique le président de la ville autonome qui souligne que le Maroc avait fermé ses frontières avec Melilla, bien avant l’entrée en vigueur de l’état d’urgence en Espagne, ce qui a eu un effet « dévastateur » sur l’économie locale essentiellement basée sur les échanges commerciaux.

À lire : L’Espagne et le Maroc toujours divisés sur Ceuta et Melilla

Face à ce blocus du Maroc, De Castro propose d’élaborer, de commun accord avec Sebta, des stratégies pour « ne pas dépendre » du royaume. « L’arrangement de Ceuta et Melilla passe inexorablement par les institutions européennes, et pas seulement par l’Espagne. Je soutiens depuis longtemps que la solution passe par Bruxelles », indique De Castro qui explique que la ville autonome a été fondée il y a 523 ans, avant même l’Espagne et le Maroc.

Melilla « n’a jamais été une colonie ou une néocolonie… C’est une autre chose qu’il y ait des liens historiques, commerciaux, de voisinage et familiaux, qui doivent continuer à exister et qui doivent être renforcés. Nous sommes voisins, nous allons nous aider, mais dans la réciprocité », affirme-t-il. Le Maroc « se sent fort et se permet de menacer l’Espagne et l’Allemagne », développe De Castro qui déplore le fait que le royaume ait laissé entrer des migrants mineurs à Ceuta en mai, en réaction à l’accueil de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño.

Le président de Melilla remercie par ailleurs le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, qui a assuré que la souveraineté de Ceuta et Melilla, comme tout autre territoire espagnol, sera défendue autant que nécessaire.

Tags : Espagne - Ceuta (Sebta) - Melilla

Aller plus loin

Comment Ceuta cherche à contrer le blocus du Maroc

Le plan stratégique de relance de Ceuta pour contrer le blocus économique imposé par le Maroc, proposé par le président de la ville, Juan Vivas, sera soumis à l’approbation de la...

L’Espagne renforce sa présence militaire dans les eaux de Melilla

L’Espagne a commencé à renforcer sa présence militaire dans ses eaux territoriales proches du Maroc, depuis l’installation d’une ferme piscicole marocaine dans les îles Chafarines....

Ceuta et Melilla ne sont pas menacées par le Maroc

La ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a déclaré mercredi que la souveraineté espagnole de Ceuta et Melilla « n’est pas menacée et ne le sera pas...

Ceuta veut se développer sans le Maroc

Le développement économique de Ceuta préoccupe le journal El Español-Invertia qui organise, du mardi 28 au mercredi 29 septembre, un Forum économique en vue d’analyser le potentiel...

Nous vous recommandons

Relations hors mariage au Maroc : appel à l’abrogation de l’article 490

Les membres du collectif 490 sont montés à nouveau au créneau pour réclamer « l’abrogation pure et simple » de l’article 490 qui participe « significativement au sentiment d’oppression ressenti par les jeunes...

Bayern Munich : Noussair Mazraoui dit non à la bière

L’international marocain Noussair Mazraoui, tout juste arrivé au Bayern Munich, figure sur la photo d’équipe en tenue bavaroise sans tenir un verre rempli de bière. De quoi enflammer la toile.

Le véhicule trop chargé d’un MRE surprend les gendarmes français

En Occitanie, les gendarmes de l’Hérault ont intercepté sur l’autoroute A9 une voiture avec un impressionnant chargement en surcharge en partance pour le Maroc. L’automobiliste, un Marocain résidant à l’étranger, a été...

Casablanca aura un nouveau stade de 100 000 places

Casablanca envisage de construire un stade d’une capacité d’accueil de 100 000 places pour renforcer le complexe Mohammed V qui ne dispose que de 44 000. Nabila Rmili l’a annoncé jeudi, à sa sortie d’une réunion du Conseil de la...

Automobile : le Maroc veut détrôner l’Inde et la Chine

Le Maroc veut détrôner l’Inde et la Chine pour se hisser au premier rang mondial en matière de compétitivité automobile. Une ambition que Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique a réitérée lors de la...

La prochaine récolte d’olive au Maroc menacée

La prochaine récolte d’olives au Maroc est très menacée en raison de la grave sécheresse qui frappe le royaume.

Marrakech se meurt sans l’évènementiel

Marrakech continue d’affronter une crise sans précédent. Privée d’évènements internationaux à cause des restrictions sanitaires, la ville étouffe. Après une saison estivale catastrophique et l’hiver qui s’annonce à grands pas, les professionnels inquiets,...

A Marrakech, le secteur de l’immobilier commence à se réveiller

Touché de plein fouet par la pandémie du Covid-19, le secteur de l’immobilier à Marrakech reprend lentement avec la relance économique et l’ouverture des frontières marocaines.

Casablanca : un juge corrompu devant la justice

À Casablanca, l’affaire des juges épinglés dans le cadre d’une enquête menée sur l’implication prétendue de magistrats dans une tentative d’ingérence dans un dossier judiciaire en cours, n’a pas fini de livrer ses secrets. Un juge qui occupait le poste de...

MRE : les frais de transfert d’argent dénoncés par Bank al-Maghrib

Les frais transferts d’argent de la part des Marocains résidant à l’étranger, sont très élevés. Consciente de ces abus, Bank al-Maghrib appelle à y mettre fin.