Qui est Mohamed Bellahrach, l’espion marocain au cœur du scandale de corruption au parlement européen ?

3 mai 2023 - 14h30 - France - Ecrit par : P. A

Mohamed Bellahrach, 59 ans et originaire de Nador, est l’espion marocain qui serait au cœur du scandale de corruption au parlement européen dont est accusé le Maroc. À la Direction générale des études et de la documentation (DGED), le service de renseignement marocain, il est connu sous le nom de code M118.

Mohamed Bellahrach, identifié comme Bellarache, Belahrech ou Belareh, est, selon le journal belge Le Soir, l’« officier traitant » d’un diplomate marocain surnommé « Le Géant », qui était en contact avec l’ancien député européen Pier Antonio Panzeri alias « le Cerveau », interpelé en décembre dans le cadre d’une enquête sur le scandale de corruption qui ébranle le parlement européen. Le socialiste est inculpé pour des faits d’« appartenance à une organisation criminelle », de « blanchiment d’argent » et de « corruption », relate le JDD. Le Maroc, lui, est accusé de corruption et d’ingérence dans les affaires européennes. Des accusations qu’il rejette.

À lire : Nouvelles révélations sur le Maroc dans le scandale de corruption au parlement européen

Mohamed Bellahrach, le « James Bond de Nador », était en France début 2016, année où le pays était secoué par une série d’attaques terroristes. Il aurait réussi à livrer au royaume près de 200 fiches S (pour « atteinte à la sûreté de l’État ») sur des Marocains liés à la mouvance islamiste, grâce au capitaine de police, Charles D., en poste à l’aéroport d’Orly (Val-de-Marne), et l’entremise de Driss A., un Franco-marocain, patron d’une société de sécurité privée, chargé de la surveillance des passagers et des bagages dans cet aéroport. En échange, le policier aurait bénéficié de trois séjours au Maroc, tous frais payés, et d’un versement de quelques milliers d’euros.

À lire : Corruption au Parlement européen : des responsables marocains visés par des mandats d’arrêt

Charles D. a été  placé en détention provisoire pendant huit mois puis radié de la police. La juge en charge de l’instruction de l’affaire à Créteil, veut connaitre la véritable identité de l’espion marocain. M118 n’est pas inconnu des services français. Il est fiché  S et surveillé en tant qu’« agent étranger ». En tant que « concubin de Française », Nathalie Évelyne B, il est détenteur d’une carte de résident délivrée par la préfecture du Bas-Rhin le 21 décembre 2010 et valable dix ans. Recherché pour des faits de « corruption » et de « recel de bien provenant de la violation du secret professionnel », un mandat d’arrêt est émis à son encontre le 13 février 2018.

À lire : Corruption au Parlement européen : le Maroc soupçonné d’avoir versé des millions en pots-de-vin

Des enquêteurs de l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) se portent à son domicile alsacien pour l’arrêter, mais ils y trouvent plutôt un certain Fouad D., qui leur confie que « Mohamed Bellahrach est un ami » de vieille date et qu’il est « un agent du ministère de l’Intérieur marocain ». Fouad D. était le gérant d’une SCI qui avait en charge le suivi de la construction de la Grande mosquée de Strasbourg, financée en partie par le Maroc. Une information qui aura échappé aux enquêteurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Union européenne - Espionnage

Aller plus loin

Corruption au Parlement européen : le Maroc soupçonné d’avoir versé des millions en pots-de-vin

Le scandale de corruption qui ébranle le Parlement européen n’a pas fini de livrer ses secrets. Des révélations ont été faites sur les sommes d’argent qui auraient été versées...

Nouvelles révélations sur le Maroc dans le scandale de corruption au parlement européen

Le scandale de corruption surnommé « Qatargate » qui a ébranlé le parlement européen peu avant les vacances de Noël, livre peu à peu ses secrets. Le nom de l’ancienne...

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à...

Corruption au Parlement européen : des responsables marocains visés par des mandats d’arrêt

Des ennuis en perspective pour des responsables marocains cités dans le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen. Ils sont visés par des mandats d’arrêt délivrés...

Ces articles devraient vous intéresser :

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Accord de pêche Maroc - UE : inquiétude en Andalousie

Alors que l’accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc, essentiel pour la province andalouse de Cadix, approche de son terme le 17 juillet, l’angoisse grandit au sein des équipages de pêche andalous. Ces derniers, qui dépendent des eaux...

Le Maroc déterminé à renouveler l’accord de pêche avec l’UE

Réagissant au sujet de l’accord de pêche avec l’Union européenne qui expire le 17 juillet, le ministre marocain de l’Agriculture et de la pêche, Mohamed Sadiki, a assuré mercredi que le Maroc « est prêt à tout scénario » et utilisera « une autre règle...

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...