Le rail marocain au cœur d’une rivalité internationale

20 novembre 2023 - 13h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Les géants mondiaux du ferroviaire vont se livrer une rude concurrence pour le mégacontrat de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a lancé un appel à concurrence pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse.

Tous les grands constructeurs internationaux de matériel roulant, notamment européens et chinois sont à l’offensive pour le lucratif marché de l’ONCF. L’appel à concurrence pour l’acquisition de 168 trains (150 trains pour les services inter-villes, Trains Navettes Rapides et Métropolitains, ainsi que 18 Trains à Grande Vitesse pour les extensions des lignes Grandes Vitesse) aiguise les appétits. Certains constructeurs présentent des avantages que d’autres. C’est le cas du français Alstom, de l’allemand Siemens Mobility, des espagnols CAF et Talgo, de l’italien Ansaldo Breda (devenu Hitachi Rail Italy), du chinois CRRC ou encore du coréen Hyundai. Ces entreprises figuraient déjà parmi la dizaine d’industriels présélectionnés lors d’un Appel à Manifestation d’Intérêt international (AMI) autour de cette acquisition, lancé en novembre 2022 par l’ONCF au Maroc, ce qui fait d’elles des concurrents de taille. « Talgo cherche à mettre en évidence le potentiel important de deux de ses principaux produits : le train à grande vitesse (TGV) AVRIL et le train léger de banlieue et régional EMU, qui peut atteindre 160 kilomètres à l’heure, mais qui n’a pas encore été commercialisé », explique La Información.

À lire :TGV Casablanca-Agadir : la France évincée par l’Allemagne ?

L’acquisition des 168 nouveaux trains nécessite un investissement de 16 milliards de dirhams (MMDH). Selon l’office, ce projet structurant qui s’inscrit en droite ligne avec la vision du roi Mohammed VI, vise le renforcement du rail national en tant que choix privilégié pour une mobilité durable et inclusive. L’appel à concurrence s’articule autour de trois composantes : l’achat des trains, dont le planning de livraison s’étalera sur 4 ans entre 2027 et 2030 ; le partenariat pour la maintenance (mise en place par l’ONCF et le constructeur retenu d’une structure commune, qui sera chargée d’assurer, pour le compte de l’ONCF, les prestations de maintenance courante et industrielle des trains) et le développement industriel. Sur ce dernier volet, le constructeur retenu devra porter un projet de développement industriel, à travers la construction d’une unité industrielle de fabrication et le développement d’un écosystème ferroviaire, composé de fournisseurs et de sous-traitants, avec une ambition à l’export, identique à ce qui a été réalisé dans les industries automobiles et aéronautiques.

À lire :Investissement massif dans le rail marocain

Ce renforcement de la flotte permettra d’accompagner la forte croissance du trafic voyageurs, de remplacer une partie de la flotte matériel roulant arrivée en fin de vie, mais aussi d’assurer les liaisons sur la future extension de ligne à grande vitesse vers Marrakech, ainsi que le service de proximité, type RER dans les régions de Casablanca et Rabat. L’ONCF offrira par ailleurs une véritable opportunité de lancement d’un écosystème industriel ferroviaire marocain, qui aura des impacts innombrables sur les plans économique et social, en matière de création d’emplois, de renforcement du tissu industriel national, avec un taux d’intégration local qui permettra à terme de faire du Maroc une plateforme très compétitive au niveau continental et mondial.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Office national des chemins de fer (ONCF) - Transport ferroviaire - Acquisition

Aller plus loin

Mégacontrat de l’ONCF : gros concurrent pour Alstom

Hyundai Rotem, constructeur coréen de matériel roulant ferroviaire, se lance dans la concurrence pour le mégacontrat de l’Office national des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a...

Investissement massif dans le rail marocain

L’Office national des chemins de fer (ONCF) veut renforcer le rail national. Il vient de lancer un appel à concurrence pour acquérir de nouveaux et différents trains.

TGV Casablanca-Agadir : la France évincée par l’Allemagne ?

L’Allemagne vient d’annoncer officiellement son intérêt pour la construction de la Ligne grande vitesse (LGV) reliant Casablanca à Agadir. Un grand concurrent pour la France et...

Le TGV marocain au cœur d’une rivalité entre la France et l’Espagne

Les projets ferroviaires, dont l’extension des lignes de train à grande vitesse (LGV) entre Kénitra, Marrakech et Agadir qu’entreprend le Maroc dans le cadre des préparatifs de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc veut 800 km de lignes TGV

Le Maroc a l’ambition d’étendre son réseau ferroviaire LGV (Ligne à grande vitesse) à 800 km. La concrétisation de ce souhait nécessitera la bagatelle de 100 milliards de dirhams.

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Maroc : 1300 km de nouvelles lignes TGV

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Adeljalil, a présenté mardi à la Chambre des conseillers, le point des actions menées par l’Office national des chemins de fer (ONCF) en vue de renforcer et de moderniser le transport ferroviaire...

Maroc : le TGV reliera les aéroports de Casablanca et Rabat

Mohamed Rabie Khlie, Directeur Général de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF), a levé le voile sur de nouveaux projets, notamment ceux devant relier les aéroports de Rabat et Casablanca avec des trains à grande vitesse (TGV).

Le rail marocain au cœur d’une rivalité internationale

Les géants mondiaux du ferroviaire vont se livrer une rude concurrence pour le mégacontrat de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a lancé un appel à concurrence pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse.

Le succès ne se dément pas pour le TGV marocain

Inauguré en 2018, Al Boraq, le Train à grande vitesse marocain, souffle sa quatrième bougie ce mardi 15 novembre. Avec 10 millions de passagers transportés depuis sa mise en service, la grande vitesse affiche un succès remarquable.

Le grand chantier du TGV Kénitra-Marrakech démarre

Le projet de Ligne à grande vitesse reliant Kenitra à Marrakech est entré dans sa phase active. L’Office national des chemins de fer (ONCF) vient de confier à six entreprises les travaux de déblaiement et de préparation du tracé de la ligne, pour un...

L’ONCF dévoile ses nouvelles ambitions

L’Office national des chemins de fer (ONCF) ambitionne de mettre en place un écosystème industriel ferroviaire autour d’une unité de production de rames automotrices. Dans ce sens, il a lancé un appel à manifestation d’intérêt à destination des...

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

L’ONCF retrouve le sourire

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a connu une très belle période d’été avec quelque 10,5 millions de voyageurs transportés. Un record d’affluence, se réjouit l’Office.