Harcèlement et chantages sexuels : Transparency Maroc condamne

7 janvier 2022 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Après le CNDH, c’est au tour de Transparency Maroc de réagir face à la montée des dénonciations de harcèlement et chantage sexuels, venant de plusieurs étudiantes inscrites dans des écoles et universités marocaines. Dans un communiqué, l’institution a déclaré qu’elle suit avec intérêt toutes les informations sur les scandales sexuels ayant éclaboussé certains enseignants.

Tout en condamnant avec force « ces actes odieux qui portent atteinte à la dignité et conduisent à de graves préjudices sur la sécurité mentale et physique des étudiantes », Transparency Maroc explique que l’extorsion sexuelle est un détournement de pouvoir à des fins privées. « Elle constitue, de ce fait, l’une des formes de corruption les plus insupportables. Au-delà de l’espace universitaire, ces pratiques se retrouvent, dans nombre d’autres secteurs où le genre constitue une monnaie d’échange ».

À lire  : Casablanca : des professeures victimes de harcèlement sexuel

Transparency Maroc « salue l’engagement rapide des poursuites judiciaires et les décisions administratives prises par le département de l’Enseignement supérieur, certaines universités et grandes écoles pour contrer et prévenir ces agissements ». Pour donner plus de poids aux actions menées par la justice, elle demande d’introduire, dans le projet du Code pénal, « l’extorsion sexuelle comme forme de corruption et d’abus de pouvoir ». Elle exhorte les pouvoirs publics à donner aux administrations et établissements des secteurs public et privé plus de moyens capables de les aider à faire face à ce phénomène.

À lire : Tanger : un professeur suspendu pour harcèlement sexuel

Transparency Maroc appelle les pouvoirs publics à mener des études qui pourraient expliquer les causes et proposer les mesures pour les prévenir. Tout en manifestant son indignation devant ces actes, l’association estime que les combattre ne doit pas servir de prétexte à une violation des droits des mis en cause.

À lire  : Sexe contre bonnes notes à l’ENCG Oujda : les sanctions tombent

Partant de ses convictions, l’association considère cependant que l’extrême gravité des actes ne doit nullement constituer un prétexte pour passer outre « les principes fondamentaux garantissant le procès équitable dont ceux de la présomption d’innocence et du secret de l’instruction ».

Sujets associés : Harcèlement sexuel - Transparency Maroc

Aller plus loin

Harcèlement sexuel : la réaction de l’Université Abdelmalek Essaadi

L’Université Abdelmalek Essaadi n’a pas enregistré 70 plaintes pour harcèlement sexuel contre ses professeurs, affirme la direction, dénonçant ces rumeurs qui visent à ternir...

ENCG Oujda : l’enseignant accusé de harcèlement sexuel suspendu

Le professeur accusé de harcèlement et chantage sexuel par plusieurs étudiantes de l’ENCG Oujda a été finalement suspendu.

Tanger : un professeur suspendu pour harcèlement sexuel

La direction de l’école supérieure roi Fahd de traduction basée à Tanger a suspendu un professeur après qu’une étudiante a déposé plainte pour harcèlement sexuel contre lui.

Casablanca : des professeures victimes de harcèlement sexuel

Les professeures de l’École supérieure de technologie (EST) de Casablanca se disent victimes de harcèlement sexuel et de violences verbales de la part d’un de leurs collègues....

Ces articles devraient vous intéresser :