Casablanca : des professeures victimes de harcèlement sexuel

4 janvier 2022 - 17h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les professeures de l’École supérieure de technologie (EST) de Casablanca se disent victimes de harcèlement sexuel et de violences verbales de la part d’un de leurs collègues. Ce dernier est actuellement poursuivi en justice et devra comparaître le 25 janvier 2022.

Un nouveau cas de harcèlement sexuel au Maroc. Cette fois, c’est l’École supérieure de technologie (EST) de Casablanca qui est au cœur d’un scandale sexuel. L’ancien président du département des techniques de gestion et d’autres responsables de l’école seraient impliqués dans cette affaire. Plusieurs plaintes avaient été déposées au bureau de la présidente et de l’ex-présidente de l’université Hassan II de Casablanca, Awatef Hayar, actuelle ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille et du directeur de l’école, sans suite. Ce dernier a dissimulé 100 plaintes tentant ainsi d’étouffer l’affaire.

À lire : Tanger : un professeur suspendu pour harcèlement sexuel

Selon les témoignages recueillis par Al Oâmk Al Maghribi, bon nombre de professeures ont été victimes de chantage, de harcèlement sexuel et de violences verbales assortis de menace d’expulsion pour celles qui refusaient de se soumettre aux désirs du professeur mis en cause. Celui-ci est par ailleurs accusé d’avoir tenté de violer une professeure dans sa propre chambre d’hôtel à l’occasion d’une conférence scientifique en Tunisie.

À lire : Maroc : une école d’Oudja au cœur d’un scandale sexuel

L’affaire a éclaté après la démission de la présidence du département des techniques de gestion. Le professeur harceleur est actuellement poursuivi en justice et devra comparaître le 25 janvier 2022.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Education - Harcèlement sexuel

Aller plus loin

Maroc : un professeur condamné à 2 ans de prison pour harcèlement sexuel

Le professeur d’université impliqué dans l’affaire de chantage sexuel visant des étudiantes en échange de bonnes notes à l’Université de Hassan 1ᵉʳ de Settat, a été condamné,...

Maroc : une école d’Oudja au cœur d’un scandale sexuel

Après la Faculté des sciences juridiques et politiques de Settat, c’est au tour de l’École nationale de commerce et de gestion d’Oujda (ENCGO) d’être secouée par une affaire...

Harcèlement et chantages sexuels : Transparency Maroc condamne

Après le CNDH, c’est au tour de Transparency Maroc de réagir face à la montée des dénonciations de harcèlement et chantage sexuels, venant de plusieurs étudiantes inscrites dans...

Sexe contre bonnes notes : le ministre de l’enseignement supérieur prend ses responsabilités

Après l’éclatement d’une nouvelle affaire de « sexe contre bonnes notes », le ministre de l’Enseignement supérieur, Abdellatif Miraoui, a pris plusieurs dispositions. Une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

L’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur, une priorité pour le Maroc

Le Maroc accorde une place de choix à l’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur. Une réforme est en cours.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.