Regroupement familial : la détresse d’une mère marocaine

1er novembre 2007 - 00h00 - Ecrit par : L.A

La nouvelle loi Hortefeux sur l’immigration, adoptée jeudi dernier par le Parlement, instaure des tests ADN et durcit les conditions économiques pour effectuer un regroupement familial. Il concerne entre 14 000 et 36 000 personnes en France selon le ministère du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité. Une des missions de l’Asti (Association de solidarité avec les travailleurs immigrés) est d’aider les familles dans leurs démarches administratives. Récit d’une mère marocaine qui ne parvient pas à faire venir ses deux filles en France.

Des problèmes de regroupement familial, Christine, bénévole qui assure les permanences juridiques de l’Asti, en voit tous les mercredis soirs. Un « cas », comme disent les membres de l’association, la préoccupe tout particulièrement. Avant de raconter elle préfère sortir le dossier, qui contient tous les documents administratifs, afin de ne pas se tromper.
Christine suit le parcours d’une mère marocaine qui voudrait faire venir ses deux filles en France. Elle commence : « Cette dame travaillait au Maroc pour un couple de personnes âgées françaises. Très malade, le couple décide de rentrer en France mais avec leur employée, habituée à s’occuper d’eux ». Elle accepte de quitter son pays à condition que ses deux filles puissent la rejoindre. Ses employeurs acquiescent. « L’accord sur la venue des filles est même stipulé dans le contrat de travail, un CDI, que le couple fait à son employée ; même si une telle précision n’a aucune valeur juridique », ajoute Christine. Les trois personnes arrivent en France début 2005. L’aide à domicile fait valoir son CDI et le logement que ses employeurs lui ont trouvé pour demander un titre de séjour. Elle l’obtient.

« C’est long »

Christine fait une pause : « Les ennuis commencent lorsqu’elle veut faire venir ses filles ». La mère se renseigne et apprend qu’il faut attendre 18 mois, après son arrivée en France, pour faire une demande de regroupement familial. Son logement doit également faire au moins 30 m2. Le délai dépassé, elle effectue la demande qui est refusée. L’argument avancé par la préfecture est le non respect de « l’unicité de la famille » puisque la demande de regroupement familial ne concerne pas le père des deux filles. « C’est vrai. Mais si la mère n’a pas demandé à ce que son mari vienne en France c’est parce qu’il ne s’occupe plus de ses filles », explique Christine. Elle montre, preuve à l’appui, les lettres des filles attestant du manque de soin et de nourriture dont elles sont victimes. En outre, c’est la mère des enfants qui paye le loyer de l’appartement au Maroc.

L’employée obtient de son mari qu’il renonce à la garde des filles. Elle fait ensuite appel du refus de sa demande de regroupement devant le tribunal administratif. « Et maintenant, on attend la décision du tribunal courant novembre. C’est long. Depuis deux ans cette dame attend que ses filles viennent vivre avec elle », souligne la bénévole. Elle se dit inquiète. Si le tribunal refuse ce regroupement familial, il faudra recommencer la procédure à zéro, refaire un dossier et prendre son mal en patience. Le problème : l’aînée aura alors dix-huit ans. Or la majorité rend impossible le regroupement familial. Alors Christine croise les doigts.

Temps Forts - Estelle Maussion

Tags : France - Nicolas Sarkozy - Lois - Régularisation - Visa

Nous vous recommandons

Des MRE spoliés en appellent au roi Mohammed VI

Se trouvant dans une situation d’« extrême vulnérabilité », un collectif de victimes de spoliations immobilières et de détournement d’héritages appelle le roi Mohammed VI au secours.

« Hamza mon bb » s’en prend au chanteur Douzi

Le compte Hamza mon bb a repris du service. Sur Instagram, il révèle des scandales sur le chanteur marocain de raï Abdelhafid Douzi, plus connu sous le mononyme Douzi.

Espagne : des policiers poursuivis pour trafic de haschich marocain

Trois agents de la Garde civile ont été arrêtés et poursuivis pour corruption et complicité avec un réseau de trafic de haschich du Maroc vers l’Espagne. Les mis en cause ont perçu 7 500 euros chacun pour ne pas intercepter un bateau transportant 750 kilos de...

CAN 2021 : voici l’hôtel des joueurs marocains (photos)

Depuis dimanche, la délégation marocaine est au Cameroun pour prendre part à la 33ᵉ édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Elle est logée à Yaoundé dans un hôtel prestigieux appelé le Mont Febe.

France : une élue mise en examen pour son implication présumée dans un trafic de drogue depuis le Maroc

Soupçonnée d’implication dans un trafic de drogue depuis le Maroc, la maire d’une commune de Seine-Maritime a été mise en examen pour complicité. En octobre dernier, elle avait été arrêtée et gardée en vue dans le cadre de cette affaire, avant d’être libérée,...

Coupe arabe des U20 : le Maroc et l’Algérie s’affrontent en quarts de finale

Le Maroc affronte l’Algérie en quarts de finale de la coupe arabe des nations des moins de 20 ans. Cette rencontre se tiendra le mardi 29 juin au stade du Caire.

Rabat : une caméra cachée envoie deux personnes en prison

Le quartier de l’océan à Rabat est au cœur d’une affaire de sextape, d’exploitation et de mendicité. La victime est une femme âgée de 85 ans, exploitée par sa femme de ménage et l’amant de cette dernière.

Orvault : étrange découverte dans un semi-remorque marocain

À Orvault, les policiers de police secours ont fait une découverte pour le moins étrange dans un semi-remorque immatriculé au Maroc. Six personnes dont quatre Marocains ont été interpelés.

Voici le profil des Marocains qui s’endettent le plus

Bank Al-Maghrib a analysé le profil des Marocains qui recourent le plus aux crédits à la consommation et à l’habitat, sur la base des critères de l’âge, du revenu, de la catégorie socio-professionnelle et du lieu de...

Le Maroc parmi les six meilleurs marchés internationaux de l’immobilier

Le Maroc figure parmi les six meilleurs marchés internationaux pour l’investissement immobilier en 2022. C’est ce qui ressort du classement d’une plateforme spécialisée.