La crise migratoire de Sebta brouille les relations entre la France et le Maroc

31 mai 2021 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

La France, qui a toujours défendu les intérêts du Maroc contre l’Espagne, aurait changé d’avis. En cause, la crise migratoire provoquée par le Maroc qui a laissé des milliers de migrants entrer à Sebta il y a deux semaines, en riposte à l’attitude de l’Espagne qui avait accueilli, quelques jours plus tôt, le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, pour raison « humanitaire ».

Dans la crise migratoire actuelle, la France soutient l’Espagne et l’Europe contre le Maroc. « Nous soutenons l’Espagne », a déclaré lundi sur BFMTV, Clément Beaune, le secrétaire d’État à l’Europe. « Pour une fois, la France ne prend pas parti pour le Maroc », fait observer le journaliste Jean-Pierre Tuquoi, auteur de plusieurs ouvrages sur le Maroc et le Maghreb, ajoutant qu’il s’agit là d’un « changement incroyable, quand on pense à toutes les années où la France a toujours défendu le Maroc contre l’UE, contre l’Algérie, devant le monde entier », rapporte le journal El Pais.

« Je pense que la France ne pouvait pas faire autrement, c’est le minimum », indique pour sa part Khadija Mohsen-Finan, professeur à l’université Paris 1 et spécialiste du Maroc et du Maghreb, qui affirme que « cette crise ne changera peut-être pas les choses, mais elle a levé le voile. On a vu que le Maroc est capable d’aller très loin : jeter ses enfants à la mer, exploiter sa jeunesse qui est désespérée ».

Mais la France fait la part des choses. Elle distingue bien la crise migratoire née du manque de contrôle aux frontières du côté du Maroc, de la crise diplomatique provoquée par l’accueil par l’Espagne de Brahim Ghali dans un hôpital de Logroño. Si elle dénonce l’attitude du Maroc dans le premier cas et exprime sa solidarité à l’Espagne, dans le second cas en revanche, la France accuse l’Espagne. « La question de l’accueil d’une personnalité du Polisario concerne la relation hispano-marocaine », souligne Christian Cambon, président de la commission des Affaires étrangères et de la défense du Sénat français, et du groupe d’amitié France-Maroc, qui explique qu’« en matière de flux migratoires, il y a une responsabilité européenne qui nous concerne tous. Nous ne sommes pas plus en faveur de l’Espagne que du Maroc, ni moins de l’Espagne que du Maroc. Ce sont deux pays amis, alliés, qui doivent sans aucun doute travailler ensemble ».

Pour Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, l’Espagne et le Maroc ont « une relation assez compliquée » qui doit être « rétablie de la meilleure façon possible ». Selon lui, le Maroc est un « partenaire essentiel de la France » dans la lutte contre le terrorisme et « crucial » de l’UE en matière de contrôle des flux migratoires. Mohsen-Finan reste aussi « sceptique » par rapport à la position de la France envers le Maroc, car développe-t-elle, « la France a besoin d’un allié au Maghreb ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - France - Espagne - Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Brahim Ghali

Aller plus loin

Maroc : voici les grands faits marquants de 2021

L’actualité marocaine a été principalement marquée en 2021 par la crise diplomatique avec l’Espagne et l’épisode migratoire de Ceuta, l’organisation des élections législatives,...

Maroc-Espagne : la France veut jouer les médiateurs

La diplomatie française s’active pour une reprise du dialogue entre le Maroc et l’Espagne. Jean-Yves Le Drian l’a fait savoir ce dimanche, lors d’une émission télévisée.

Le Maroc renforce les mesures aux frontières avec Ceuta

Pour empêcher à l’avenir toute tentative d’entrée massive de migrants à Ceuta, le Maroc a pris des mesures drastiques au niveau de ses frontières.

Ceuta : la précarité est la cause principale de la crise migratoire, selon Transparency

La précarité dans le nord du Maroc serait la cause principale des départs irréguliers et massifs de plusieurs jeunes marocains dont des mineurs vers Ceuta, a indiqué...

Ces articles devraient vous intéresser :

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.