Maroc : la situation des transporteurs sénégalais coincés en plein désert à la frontière mauritanienne

27 mai 2020 - 00h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

En tout, 105 transporteurs sénégalais se trouvent coincés à Dakhla en plein désert au sud du Sahara en raison de la fermeture des frontières par les autorités mauritaniennes.

Ces transporteurs ont l’habitude de commercer avec le Maroc en transitant par la capitale mauritanienne, Nouakchott. Bloqués en plein désert au Sahara, il leur est impossible de rallier le Sénégal par voie terrestre. Mor Sall Drame, porte-parole d’un groupe de 16 transporteurs sénégalais, présente la situation.

"Nous sommes vraiment fatigués. Le gouvernement sénégalais ne fait rien pour nous. Je suis venu le 3 mars à Casablanca. J’y suis resté quelques jours. Le temps de vendre mes marchandises et d’en prendre d’autres pour le Sénégal. J’ai quitté Casablanca le 15 mars", raconte-t-il.

"Quand nous nous sommes rendus à la frontière, le 19 mars, les frontières étaient déjà fermées. Certains Sénégalais étaient même bloqués dans le no man’s land entre le Maroc et la Mauritanie. Nous avons dû manifester pour que les autorités sénégalaises interviennent et fassent escorter nos frères jusqu’au Sénégal", explique le transporteur sénégalais.

"Mais nous qui sommes restés bloqués du côté du Maroc, nous n’avons pas eu cette chance. Nous étions obligés de revenir sur Dakhla. Nous avons appelé l’ambassade du Sénégal et le consulat pour qu’ils nous aident, mais sans succès", poursuit-il, précisant qu’ils sont une soixantaine à y être bloqués. "Le gouvernement nous a abandonnés. Nous voulons rentrer chez nous. Nous n’avons plus d’argent. Nos marchandises pourrissent sous le soleil", se lamente-t-il.

"Aussitôt informés, nous avons procédé via le consul général à Casablanca à un recensement pour leur porter secours et assistance. Depuis le 22 mars, certains ont été pris en charge assez rapidement par le Maroc et d’autres par le consulat général du Sénégal à Casablanca", déclare à Observateurs de France 24, Moïse Sarr, secrétaire d’État chargé des Sénégalais de l’extérieur auprès du ministère des Affaires Étrangères.

"Mieux, nous leur avons aussi donné la possibilité d’être rapatriés par avion, comme cela a été fait le 21 mars pour des Sénégalais à Casablanca et comme cela est en train d’être fait depuis le 12 mai pour ceux qui sont en France. Mais ils ont décliné l’offre en disant qu’ils ont des voitures et des marchandises. Et qu’ils préfèrent prendre la route. Ce qui n’est pour l’instant pas possible parce que, pour venir au Sénégal, il faut traverser la Mauritanie qui est un pays souverain qui a décidé de fermer ses frontières", ajoute-t-il.

"Cependant, ils ont été pris en charge en attendant qu’un accord soit trouvé avec les autorités mauritaniennes", rassure Moïse Sarr.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Sénégal - Mauritanie - Dakhla - Sahara Marocain - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Air Sénégal relance la liaison Dakar-Casablanca

La compagnie aérienne Air Sénégal a relancé, mardi 16 février, Dakar-Barcelone via Casablanca, deux destinations entre-temps suspendues en raison de la crise sanitaire liée au...

Bloqués au Maroc, des Sénégalais crient leur détresse

Ils sont environ une centaine de Sénégalais actuellement bloqués au Maroc, plus précisément à Dakhla, à cause de la fermeture des frontières. Ils appellent les autorités...

La Mauritanie confrontée à une pénurie de fruits et légumes importés du Maroc

Face à la pénurie des prix des fruits et légumes importés du Maroc, le gouvernement mauritanien a affrété des bateaux pour approvisionner les marchés. Les prix de ces produits...

Ces articles devraient vous intéresser :

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Maroc : colère des gérants de salles de fêtes

Après l’impact de la pandémie de Covid-19 sur leurs activités, les propriétaires et gérants de salles de fêtes disent faire face aujourd’hui à une concurrence déloyale insupportable de certains individus proposant des salles informelles et des villas...

Le Maroc prépare les aéroports de demain

Le Maroc prévoit de se doter d’un nouveau Schéma directeur aéroportuaire national à l’horizon 2045, le dernier élaboré en 2013 étant devenu obsolète.

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Élections en Espagne : la droite remettra-t-elle en cause la marocanité du Sahara ?

Au lendemain de la débâcle électorale de son parti, Pedro Sanchez, le président du gouvernement espagnol, vient d’annoncer la tenue d’élections anticipées pour le 23 juillet. Ces élections pourraient voir l’arrivée du Parti populaire (PP) et la remise...

Explosions à Smara : le Polisario impliqué ?

Quatre explosions ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Es-Semara, au Sahara. Le bilan fait état d’un mort et de trois blessés. Le Polisario s’est félicité de ses attaques.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

La marque Lacoste présente ses excuses au Maroc

L’affaire des polos Lacostearborant une carte tronquée du Maroc, excluant ses provinces du sud, connaît un nouvel épisode. Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a confirmé que les responsables de la célèbre marque française de...

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.