Suspension des vols : des MRE expriment leur désarroi (vidéo)

27 novembre 2021 - 21h40 - Ecrit par : A.T

La décision du Maroc de suspendre ses vols en provenance et à destination de la France a rendu furieux des MRE, qui déplorent le timing et le manque de communication autour de la mesure. Quelques témoignages.

Depuis quelques jours les nouvelles sur le front du Covid-19 ne sont pas bonnes en France. Le pays enregistre une montée vertigineuse des cas de contaminations. Le nombre de nouveaux cas quotidiens a atteint mercredi 32 591 cas, soit le chiffre le plus élevé de ces sept derniers mois.

Face à cette nouvelle donne, le Maroc a décidé de se fermer pour protéger, dit-il, ses acquis en matière de gestion de la pandémie de la Covid-19, en annulant les vols et les liaisons maritimes de France.

Confrontés à ces décisions, plusieurs MRE, interrogés par africanews, ont exprimé leur profond désarroi. Pour Ahmed Benyachi, consultant dans le secteur médico-social en France, « il faut qu’ils prennent l’ensemble des mesures pour permettre aux Marocains et aux touristes étrangers de prendre leurs dispositions et c’est une décision unilatérale sans respect et de nous-même les Marocains résidents à l’étranger et des touristes étrangers, donc je tiens franchement à exprimer ma colère en direction du gouvernement marocain qui a pris une décision sans prendre en compte les réalités de nous autres. »

A lire : Aéroport de Marrakech : 120 vols à gérer avant dimanche, entre le Maroc et la France

Selon Rachid Landrichin, médecin marocain, suspendre les liaisons aériennes avec la France pouvait attendre. « Moi si j’étais à la place des décideurs, j’aurais pris des mesures restrictives au départ assez draconiennes, c’est-à-dire des tests, au lieu de 72 heures, j’exigerais des tests de 24 heures, j’exigerais un passe vaccinal en bonne et due forme avec une troisième dose, par exemple des mesures restrictives deux ou trois jours avant en préparation à une suspension de vols », a-t-il proposé.

Quant à Michelle, elle ne cache pas son dépit, car elle doit revoir ses plans. « Malheureusement, j’ai tout annulé pour repartir à cause du fait que le gouvernement marocain n’avertit pas bien à l’avance. Il devrait au moins donner 4 ou 5 jours, voire une semaine pour que les gens se préparen. Au pire, bloquer les vols qui arrivent de France parce que c’est dangereux, mais les gens qui partent d’ici, tant que la France les accepte, je ne vois pas où est le rapport. »

Tags : France - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Transport aérien - Vidéos

Aller plus loin

Covid-19 : le Maroc crée une liste C des pays interdits

Le Maroc vient d’actualiser son protocole sanitaire pour les voyages internationaux en établissant une liste C de pays dont les voyageurs sont interdits d’accès au territoire...

Suspension des vols avec la France : les agences de voyages débordées (Vidéo)

Suite à la suspension des vols en provenance et à destination de la France par les autorités marocaines, les agences de voyages ont été prises d’assaut par des voyageurs qui...

Air France renforce son programme de vols avec le Maroc

Air France a décidé de renforcer son programme de vols pour « faciliter le retour de ses clients » avant la fermeture des frontières aériennes...

Air Arabia et Royal Air Maroc assurent le rapatriement entre le Maroc et l’Europe

Afin de permettre aux voyageurs bloqués au Maroc, suite à la suspension des liaisons aériennes en provenance et à destination du royaume, Air Arabia a programmé une cinquantaine...

Nous vous recommandons

Pour venir au Maroc, le pass vaccinal n’est pas obligatoire pour les enfants

Le gouvernement a décidé d’exempter de pass vaccinal les enfants de 6 à 18 ans venus de l’étranger. Toutefois, un test PCR sera exigé pour entrer sur le territoire national.

Nouvel accord commercial pour Royal Air Maroc

Italia Trasporto Aereo (ITA Airways) a annoncé avoir conclu un accord commercial de partage de code avec Royal Air Maroc.

Le Maroc va réceptionner des hélicoptères « AH-64 Apache »

Un premier lot des 24 hélicoptères « AH-64 Apache » que le Maroc avait commandé auprès du constructeur américain Boeing, lui sera bientôt livré.

Les chauffeurs de taxi d’Agadir se mettent à l’anglais

Désormais, les conducteurs de taxi d’Agadir doivent apprendre certaines langues étrangères. C’est le fruit d’une convention signée entre les Universités, le Conseil du tourisme et l’association des conducteurs de taxis de la capitale du...

Maroc-Espagne : les narcotrafiquants recourent aux plongeurs

Les trafiquants de drogue rivalisent de stratégie pour continuer à mener leurs activités, malgré la fermeture des frontières entre le Maroc et l’Espagne. Après les drones, leur nouvelle trouvaille est de transporter la drogue avec l’aide des...

Vers la fin du gazoduc Maghreb-Europe ?

La tension qui prévaut entre le Maroc et l’Algérie pourrait provoquer la fin de la concession du gazoduc Maghreb-Europe (GME) reliant le pays voisin à l’Espagne. Si le royaume a donné sa position sur son renouvellement, Alger tarde à le faire. Sa position...

Suspension du programme de forage de SDX Energy au Maroc

La société britannique « SDX Energy », basée à Londres et spécialisée dans l’exploration pétrolière et gazière, a décidé de suspendre son programme au Maroc où elle a terminé ses trois premiers puits. Une suspension qui devrait courir jusqu’en septembre ou...

« L’effrayante » expérience d’une drag queen irlandaise au Maroc

La drag queen nord-irlandaise de Belfast, Blu Hydrangea (Joshua Cargill à l’état civil), raconte son « effrayante expérience » au Maroc, où son groupe musical The Frock Destroyers s’était rendu dans le cadre d’une...

Vacances au Maroc : le gouvernement « doit » alléger les conditions d’entrée

Alors que le gouvernement marocain est réticent à lever les restrictions de voyage liées au Covid-19 dans un pays où la situation épidémiologique est rassurante, des voix s’élèvent pour faire pression sur lui. L’allégement de la double obligation de présenter...

Espagne : un Marocain victime de la drogue « cannibale »

La police nationale espagnole a arrêté le 1ᵉʳ janvier à Murcie, un jeune homme d’origine marocaine qui, sous l’effet de la drogue appelée « cannibale », s’est infligé plusieurs blessures sur le corps.