Recherche

France : reprise de l’enquête sur la mort de Zineb Redouane

© Copyright : DR

3 décembre 2019 - 12h20 - Monde

Après le dépaysement de l’affaire à Lyon l’été dernier, l’enquête sur la mort de Zineb Redouane, 80 ans, reprend. L’octogénaire avait été blessé en plein visage par une grenade lacrymogène, le 1er décembre 2018 à Marseille, lors d’une manifestation des "gilets jaunes".

"La prochaine étape logique est le placement en garde à vue et la mise en examen des CRS qui disposaient de lance-grenades afin de les contraindre à dire la vérité et à dire quel est le CRS qui a tiré sur madame Redouane. Nous souhaitons des poursuites rapides contre les CRS fautifs."

C’est en ces termes que Me Yassine Bouzrou, avocat de la famille Redouane a réagi à la reprise de l’enquête sur Franceinfo. Pour lui, les enquêteurs doivent aller jusqu’au bout des investigations afin que les personnes impliquées dans la mort de Zineb Redouane soient poursuivies.

De même, il estime que "tout ce qui a été fait à Marseille jusqu’à maintenant, c’était simplement d’entraver l’enquête et de faire en sorte que le tireur ne soit pas identifié", pointant du doigt accusateur le procureur Xavier Tarabeux. Ce dernier a été d’ailleurs muté à Metz.

Alors que Zineb Redouane fermait la fenêtre de son appartement le 1er décembre 2018 pour éviter les fumées des grenades lacrymogènes lors d’une manifestation des "gilets jaunes" à Marseille, elle en reçoit une au visage. Admise à l’hôpital de la Timone puis à celui de la Conception, elle décède le lendemain au bloc opératoire, d’un arrêt cardiaque. A l’époque, le procureur Xavier Tarabeux avait affirmé "qu’à ce stade, on ne pouvait pas établir de lien de cause à effet entre la blessure et le décès". Une déclaration qui a provoqué l’ire de la famille de la victime.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact