Abdessamad Haydour condamné à 3 ans de prison pour insulte au Roi

14 février 2012 - 11h04 - Maroc - Ecrit par : J.L

Le tribunal de première instance de Taza a condamné lundi, Abdessamad Haydour à trois ans de prison, pour insultes à la personne du Roi Mohammed VI sur un site internet.

Abdessamad Haydour est accusé d’avoir diffusé une vidéo insultante envers le Roi Mohammed VI et largement relayée sur internet pendant les émeutes de Taza. Le jeune homme, 24 ans à peine, a reconnu les faits qui lui sont reprochés devant le parquet.

Un avocat dépêché par l’Association Marocaine des Droits l’Homme (AMDH), pour défendre le jeune prévenu, n’a pas assisté à l’audience. La Cour n’aurait pas non plus désigné un avocat commis d’office pour défendre l’accusé conformément à la législation marocaine.

La semaine dernière déjà, Walid Bahmane , un étudiant de 18 ans, a comparu une première fois jeudi devant le tribunal de Rabat pour outrage à la sacralité de la personne du Roi. Lui aussi est accusé d’avoir publié sur internet une vidéo dans laquelle des insultes sont proférées à l’encontre du Roi Mohammed VI. Son jugement est prévu jeudi 16 février.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Rabat - Procès - Liberté d’expression - Taza - Prison - Internet - Facebook - Walid Bahmane - Abdessamad Haydour

Ces articles devraient vous intéresser :

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Achraf Hakimi fait des promesses aux Marocains

À quelques heures du départ de la sélection nationale du Qatar, l’international marocain Achraf Hakimi s’est adressé aux supporters marocains dont le soutien a été déterminant tout au long de la compétition.

Les travaux du câble sous-marin « Medusa » traversant le Maroc, bientôt lancés

La construction de « Medusa », le câble sous-marin devant relier l’Afrique du Nord au sud de l’Europe en passant par le Maroc, va bientôt démarrer. Il vise à favoriser la connectivité dans la région.

Maroc : fin des frais pour le paiement des factures sur internet

Les opérateurs économiques qui continuaient à prélever les frais de service à leurs clients lors des règlements des factures par voie électronique, ont mis fin à cette pratique, a annoncé mardi le Conseil de la concurrence.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...

Le Maroc accélère sur la 5G en vue de la coupe du monde 2030

Le ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration aura à charge la gestion des télécommunications lors de la coupe du monde 2030. Ainsi en a décidé le Comité marocain d’organisation du tournoi.

Maroc : les sorciers font leur révolution

Au Maroc, les marabouts et les sorciers allient tradition et modernité. Facebook, Instagram et d’autres réseaux sociaux sont devenus leur nouvel espace de travail où ils offrent leurs services.

Darija sur Wikipédia : un concours qui divise

La page Facebook Wikimedia Maroc a lancé un concours préconisant l’utilisation du dialecte marocain (darija) en lieu et place de l’arabe littéraire qui soulève de vives polémiques.