L’affaire "Escobar du Désert" atteint également l’Algérie

18 janvier 2024 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

De nouvelles révélations ont été faites sur l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El Jadida depuis 2019, puis transféré à la prison d’Oukacha.

Abdenbi Bioui, président de la Région de l’Oriental, et par ailleurs membre du bureau politique du PAM incarcéré dans le cadre de l’affaire « Escobar du désert », aurait coordonné avec un ancien parlementaire algérien le transfert d’argent issu du trafic de drogue en utilisant des jet-skis pour se rendre en Algérie depuis Saïdia, révèle le site Al3Omk. Pour mener à bien cette entreprise, il sollicitait les services d’un ami « F.Y., dont la mission est de transporter de l’argent, probablement issu du trafic de drogue, de la plage de Saïdia aux côtes algériennes en jet-ski, pour le remettre aux agents d’un ancien parlementaire algérien nommé Ibrahim B..

À lire : « L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

L’ancien élu avait pour mission de transférer les revenus du trafic de drogue en France au profit d’Abdenbi Bioui, surnommé « l’Oujdi » par ses propres moyens. À son tour, Bioui transférait une partie de cet argent aux Pays-Bas par l’intermédiaire d’une tierce partie. Il sollicitait également les services d’autres personnes à Oujda, Beni Drar et Casablanca pour le transfert d’argent issu du trafic de drogue.

À lire :Maroc : ce que révèle l’affaire « Escobar du désert »

Ce réseau serait resté actif de 2006 à 2013, avant et après la construction de murs de sécurité entre le Maroc et l’Algérie, pour endiguer la contrebande de tous les produits entre les deux pays. Au total, 265 tonnes ont été trafiquées durant ces deux périodes, pour une valeur de 140 000 à 160 000 euros par tonne, selon les itinéraires et les distances parcourues, est-il précisé.

À lire :« Escobar du Désert » : des réponses peu convaincantes des accusés

Lors de son audition, Abdenabi Bioui a répété n’avoir pas de lien avec les faits qui lui sont reprochés, ni le trafiquant de drogue dénommé le Malien. Belkassem Mir, ancien député du Parti authenticité et modernité (PAM) à la première chambre, serait, lui aussi, impliqué dans cette affaire. Il a été accusé d’avoir falsifié un contrat pour une villa de luxe à Oujda, en plus d’avoir participé au trafic de drogue. Un troisième élu PAMiste cité dans cette affaire : Said Naciri, président du Wydad de Casablanca, parlementaire du PAM, et par ailleurs président du Conseil préfectoral de Casablanca. Il lui est reproché d’avoir reçu de fortes sommes d’argent sur son compte bancaire. Après l’annonce de leur comparution, ces trois membres du PAM ont été suspendus par le bureau politique du parti du tracteur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mali - Prison d’Oukacha - Escobar du désert

Aller plus loin

Maroc : un baron de la drogue livre le nom d’un parlementaire

Le chef d’une organisation criminelle spécialisée dans le trafic de haschich a mis en cause un parlementaire élu des Provinces du Sud lors d’un interrogatoire par des policiers.

« Escobar du désert » : Saïd Naciri balance le nom d’une chanteuse

Arrêté pour son implication présumée dans l’affaire « Escobar du désert », Saïd Naciri, président du Wydad Athletic et député du Parti authenticité et modernité (PAM), a cité le...

« Escobar du Désert » : des réponses peu convaincantes des accusés

Les mis en cause dans l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El Jadida depuis 2019 et transféré il y a quelques...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Raafat en fuite ? elle répond

La chanteuse marocaine Latifa Raafat a mis fin à la polémique sur sa fuite présumée du Maroc en raison de son implication dans l’affaire « Escobar du désert » dans laquelle son ex-mari, Ahmed Benbrahim, est le principal accusé.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...