Maroc : ce que révèle l’affaire « Escobar du désert »

12 janvier 2024 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’affaire « Escobar du désert », qui a conduit à l’arrestation du président de la région de l’Oriental, Abdenbi Bioui, et de Saïd Naciri, président du Wydad Casablanca, relance le débat sur la nécessité d’adopter une loi sur l’enrichissement illicite.

« L’État marocain n’a jamais adopté de loi sur l’enrichissement illicite, mais il y avait un article dans le dernier projet de révision du Code pénal qui le stipulait. Malheureusement, le projet a été retiré par le ministre de la Justice », explique Omar El Cherkaoui, professeur de droit constitutionnel à l’Université Hassan II, dans une déclaration à Al Ayyam 24.

À lire : Un ministre marocain cité dans l’affaire "Escobar du désert"

Et de poursuivre : « Cet article ne peut pas combattre de manière exhaustive la corruption et l’enrichissement sans cause, mais le processus d’assainissement de la vie politique entrepris par l’État en vue de la nettoyer de toutes formes de corruption est une opportunité pour mettre en place une loi indépendante sur l’enrichissement illicite ».

À lire : « Escobar du désert » : 20 personnes en détention au Maroc, dont des parlementaires

Le professeur de droit constitutionnel estime que la vague d’arrestations de politiciens cités dans des affaires liées aux crimes financiers est un terreau favorable « pour préparer un projet de loi et le mettre en œuvre dès que possible ». El Cherkaoui est conscient qu’une telle réforme « rencontrera des résistances ». C’est pourquoi il invite le gouvernement à faire preuve « d’audace et de sérieux » pour conduire à terme cette réforme.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Lois

Aller plus loin

« Escobar du désert » : Latifa Raafat menace

La chanteuse marocaine Latifa Raafat menace de poursuivre les activistes de réseaux sociaux qui l’accusent d’être impliquée dans l’affaire « Escobar du désert », du nom du...

L’« Escobar du désert » victime d’une tentative de meurtre ?

La Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR) a opposé un démenti formel aux informations selon lesquelles le trafiquant de drogue...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un...

Un ministre marocain cité dans l’affaire "Escobar du désert"

Un membre du gouvernement d’Aziz Akhannouch serait impliqué dans l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.