Un ministre marocain cité dans l’affaire "Escobar du désert"

30 décembre 2023 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Un membre du gouvernement d’Aziz Akhannouch serait impliqué dans l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El Jadida depuis 2019 et transféré il y a quelques jours à la prison d’Oukacha. Plusieurs têtes sont déjà tombées.

Le nom d’un ministre, autrefois candidat à la présidence de la région de Casablanca-Settat, est cité dans cette affaire. Il pourrait être convoqué pour une éventuelle audition sur sa relation avec des personnes poursuivies dans le cadre de l’affaire d’«  Escobar du Désert ». Il revient au parquet de Casablanca de prendre une décision dans ce sens, ce qui ouvrira la voie à une procédure d’enquête.

À lire : "Escobar du désert" : Latifa Raâfat fait des révélations sur son ex-mari

Un ministre peut-il être convoqué s’il est accusé, pendant l’exercice de ses fonctions, d’un acte passible de sanctions pénales ? Interrogé par Hespress, Mohamed Chamsi, avocat au barreau de Casablanca, répond par l’affirmative. Pour étayer ses propres, il cite l’article 264 du Code pénal, lequel dispose que la procédure est engagée à l’égard d’un membre du gouvernement, où la chambre criminelle de la Cour de cassation, le cas échéant, ordonne, sur la base des réquisitions du procureur général de la même cour, d’enquêter sur l’affaire impliquant un ou plusieurs membres de son corps. Et, l’enquête est menée conformément aux modalités liées à l’enquête préliminaire.

À lire :Maroc : un baron de la drogue livre le nom d’un parlementaire

Que dit la loi lorsqu’un membre du gouvernement est accusé d’avoir commis un acte passible de sanctions pénales ? Mohamed Chamsi explique que l’article 265 du Code de procédure pénale dispose que la chambre criminelle de la Cour de cassation ordonne, sur la base des réquisitions du procureur général de la même cour, d’enquêter sur l’affaire impliquant un ou plusieurs membres de son corps et que l’enquête est menée conformément aux règles juridiques énoncées dans les chapitres et articles régissant l’enquête préliminaire dans le Code de procédure pénale.

À lire : « Escobar du Désert » : des réponses peu convaincantes des accusés

« Après la fin de l’enquête, le juge ou les juges d’instruction émettent soit une ordonnance de non-lieu, soit renvoient l’affaire à la chambre criminelle de la Cour de cassation. La chambre criminelle mentionnée dans l’affaire se prononce, et la décision rendue par cette chambre est susceptible d’appel dans les 8 jours. C’est un appel que la chambre de la Cour de cassation examine réunie, à l’exception de la chambre criminelle qui a statué sur l’affaire », poursuit l’homme de droit. Il précisera par ailleurs qu’aucune réclamation en matière civile n’est recevable devant la Cour de cassation.

À lire : « L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Au total, 25 individus comparaissent dans le cadre de cette affaire devant le procureur général. Parmi eux, des hommes d’affaires, une créatrice de mode, des chefs d’entreprise, des commerçants, un notaire, ainsi que des cadres de la fonction publique et de haut responsables sécuritaires. Ils doivent répondre aux accusations de trafic international de drogue, blanchiment de capitaux, spoliation de bien immobilier, mainmise sur des véhicules volés, faux et usage de faux, etc. Suivant la réquisition du procureur général, le juge d’instruction les a tous placés en détention provisoire. Les auditions pourraient se poursuivre jusqu’au 25 janvier 2024.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Aziz Akhannouch - Gouvernement marocain - Prison d’Oukacha

Aller plus loin

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un...

« Escobar du désert » : Saïd Naciri balance le nom d’une chanteuse

Arrêté pour son implication présumée dans l’affaire « Escobar du désert », Saïd Naciri, président du Wydad Athletic et député du Parti authenticité et modernité (PAM), a cité le...

"Escobar du désert" : Latifa Raâfat fait des révélations sur son ex-mari

Suite à l’éclatement de l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El Jadida depuis 2019 et transféré il y a...

Affaire non résolue : il y a 20 ans l’horrible meurtre d’une femme enceinte à Casablanca

En 2003, le corps d’une femme enceinte avait été découvert à son domicile à Hay Salmiya, son fœtus lui ayant été arraché de son ventre. 20 ans après, l’affaire connaît un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le Maroc contraint de s’adapter aux nouvelles exigences des touristes

Le gouvernement marocain s’active à renforcer les capacités des acteurs du secteur du tourisme pour suivre les tendances et les évolutions mondiales et s’adapter aux nouvelles exigences des touristes.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.

Royal Air Maroc : 200 avions prévus d’ici 2037

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch et le Président-directeur général de la Royal Air Maroc (RAM), Hamid Addou, ont procédé mardi à Rabat, à la signature du contrat-programme 2023-2037. Objectif, améliorer l’attractivité de la destination Maroc et...

Maroc : une «  reconstruction rapide  » avec «  tous les moyens  »

Le chef du gouvernement marocain Aziz Akhannouch a déclaré que le royaume « utilisera tous ses moyens » dans la phase de « reconstruction rapide » des dégâts causés par le violent et meurtrier séisme qui a frappé la province d’Al Haouz dans la nuit du...

Entre droits des MRE et échange de renseignements fiscaux : le dilemme du gouvernement marocain

Le gouvernement d’Akhannouch revient sur les deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Par la voix de son porte-parole, Mustapha Baïtas, il rassure une fois de plus les MRE.

Aïd al-Fitr au Maroc : jour de congé supplémentaire

Le gouvernement marocain a pris une mesure exceptionnelle en décidant d’accorder un jour de congé supplémentaire aux fonctionnaires de l’État à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Fitr, qui devrait avoir lieu au Maroc le samedi 22 avril prochain.

Eau et électricité : une bonne nouvelle pour les ménages marocains

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch renonce à son projet visant à augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l’eau et l’électricité. Ce projet avait soulevé de vives polémiques et inquiété les Marocains.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire sera-t-il à nouveau prorogé ?

Au menu du prochain Conseil de gouvernement qui se tiendra jeudi sous la présidence du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, plusieurs sujets seront abordés dont l’examen du projet de décret relatif à la prorogation de la durée de l’état d’urgence...