« Escobar du désert » transféré dans une autre prison

18 février 2024 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR) a décidé d’opérer le transfert du trafiquant de drogue international malien Haj Ahmed Ben Ibrahim surnommé « l’Escobar du désert », initialement détenu à la prison d’El Jadida avant d’être transféré à la prison locale d’Ain Sebaâ 1.

Nouveau transfert de Haj Ahmed Ben Ibrahim. Le trafiquant de drogue malien a été transféré de la prison Ain Sebaâ 1 (Oukacha) de Casablanca vers la prison locale Salé 2. Ce transfert intervient quelques jours après que la famille du détenu a affirmé qu’il avait été « victime de deux tentatives d’assassinat ». Des allégations démenties par la Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR). « Le prisonnier en question n’a jamais été victime de tentative de meurtre ou d’agression de la part de quiconque, et toutes les allégations à cet égard sont sans fondement », affirme la DGAPR dans un communiqué.

À lire :L’« Escobar du désert » victime d’une tentative de meurtre ?

Le Malien Haj Ahmed Ben Ibrahim « n’a jamais déposé de plainte auprès de l’administration de l’établissement concernant une quelconque tentative de meurtre ou agression prétendue, sachant qu’il bénéficie de tous les droits qui lui sont légalement accordés, à l’instar des autres détenus de l’établissement », ajoute la même source. La DGAPR assure par ailleurs qu’elle « prend toutes les mesures de sécurité préventives nécessaires pour préserver la sécurité des prisonniers, dans le cadre de ses missions relatives à la sécurité ».

À lire :"Escobar du désert" : nouvelles révélations sur Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Incarcéré à la prison d’El Jadida depuis 2019, Haj Ahmed Ben Ibrahim a été récemment transféré à la prison locale d’Ain Sebaâ. Cet homme dont la mère est d’origine marocaine a entraîné dans sa chute 25 individus dont Said Naciri, président du Wydad de Casablanca, parlementaire du Parti authenticité et modernité (PAM), et par ailleurs président du Conseil préfectoral de Casablanca, le président de la région de l’Oriental, Abdenbi Bioui, membre du bureau politique du PAM et Belkacem Mir, ancien député du PAM à la première chambre. Accusés de trafic international de drogue, blanchiment de capitaux, spoliation de bien immobilier, mainmise sur des véhicules volés, faux et usage de faux, etc, ils ont été placés en détention provisoire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mali - Prison de Salé - Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR)

Aller plus loin

"Escobar du désert" : nouvelles révélations sur Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Nouveau rebondissement dans l’affaire « Escobar du désert », du surnom du trafiquant de drogue malien Mohamed Benbrahim arrêté et placé en détention au Maroc. Ce dernier aurait...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un...

Un ministre marocain cité dans l’affaire "Escobar du désert"

Un membre du gouvernement d’Aziz Akhannouch serait impliqué dans l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El...

Maroc : ce que révèle l’affaire « Escobar du désert »

L’affaire « Escobar du désert », qui a conduit à l’arrestation du président de la région de l’Oriental, Abdenbi Bioui, et de Saïd Naciri, président du Wydad Casablanca, relance...

Ces articles devraient vous intéresser :