"Escobar du désert" : nouvelles révélations sur Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

17 janvier 2024 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Nouveau rebondissement dans l’affaire « Escobar du désert », du surnom du trafiquant de drogue malien Mohamed Benbrahim arrêté et placé en détention au Maroc. Ce dernier aurait sollicité l’aide de Saïd Naciri et d’Abdenbi Bioui pour créer une entreprise de vente de voitures et camions chinois au Maroc.

Le narcotrafiquant aurait importé au Maroc des voitures et camions chinois destinés à la vente et aurait sollicité l’aide de Saïd Naciri et d’Abdenbi Bioui pour obtenir toutes les autorisations nécessaires afin de lancer son activité. Pour ce service, il aurait offert à Naciri 6 voitures chinoises neuves de marque GONOW que ce dernier a garées dans une villa à California. Mais n’ayant pas réussi à obtenir ces certificats pour le trafiquant, il aurait demandé à son chauffeur de déplacer les véhicules vers le parking du complexe sportif Benjelloun appartenant au Wydad Casablanca dont il est le président. Lors de son audition, Naciri a nié avoir déplacé les voitures, malgré les témoignages des employés du complexe, indiquent des sources proches du dossier.

À lire : « Escobar du désert » : Saïd Naciri balance le nom d’une chanteuse

Quant aux camions chinois, Bioui en aurait acheté trois unités auprès de Benbrahim, mais n’aurait pas effectué les formalités de transfert de propriété à son nom. De fait, ils continuent d’appartenir à la société de Benbrahim, précisent les mêmes sources, ajoutant que les camions ont été transférés de Rabat à Oujda sous la supervision de Saïd Naciri pour servir dans une carrière de pierres de la ville, jusqu’à l’obtention des certificats de conformité, selon l’accord conclu avec le trafiquant. Mais en 2016, Bioui aurait utilisé ces camions pour transporter 40 tonnes de drogues, lesquelles ont été interceptées et saisies sur l’autoroute près d’El Jadida.

À lire : Maroc : ce que révèle l’affaire « Escobar du désert »

Les agents ont découvert après enquête que les camions transportant la drogue étaient enregistrés au nom de la société du trafiquant. C’est ainsi qu’un mandat d’arrêt a été émis contre lui. Selon les mêmes sources, à sa sortie de prison en Mauritanie, le trafiquant Benbrahim aurait contacté Bioui pour lui reprocher d’avoir utilisé les camions pour transporter de la drogue. Mais ce dernier l’a rassuré que la situation était sous contrôle. Mais « Escobar du désert » a été arrêté dès son arrivée à l’aéroport Mohammed V, puis condamné à 10 ans de prison.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Drogues - Enquête - Saïd Naciri - Trafic - Escobar du désert

Aller plus loin

Affaire "Escobar du Désert" : lourdes accusations contre Said Naciri et Abdenbi Bioui

De lourdes accusations ont été retenues contre les mis en cause -Said Naciri et Abdenbi Bioui, tous deux membres du Parti Authenticité et Modernité (PAM)-, dans l’affaire Lhaj...

« Escobar du désert » : Saïd Naciri balance le nom d’une chanteuse

Arrêté pour son implication présumée dans l’affaire « Escobar du désert », Saïd Naciri, président du Wydad Athletic et député du Parti authenticité et modernité (PAM), a cité le...

Affaire "Escobar du Désert" : Abdenbi Bioui dans un état critique

L’état de santé du président de la région de l’Oriental Abdenbi Bioui, par ailleurs membre du Parti authenticité et modernité (PAM), poursuivi en détention dans le cadre de...

Un ministre marocain cité dans l’affaire "Escobar du désert"

Un membre du gouvernement d’Aziz Akhannouch serait impliqué dans l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.