Affaire "Escobar du Désert" : lourdes accusations contre Said Naciri et Abdenbi Bioui

26 mars 2024 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

De lourdes accusations ont été retenues contre les mis en cause -Said Naciri et Abdenbi Bioui, tous deux membres du Parti Authenticité et Modernité (PAM)-, dans l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien initialement détenu à la prison d’El Jadida, avant d’être transféré à la prison locale d’Ain Sebaâ 1 puis à la prison locale Salé 2.

Les accusations retenues à l’encontre de Said Naciri, président du Wydad de Casablanca, parlementaire du Parti authenticité et modernité (PAM), et par ailleurs président du Conseil préfectoral de Casablanca, à la suite de l’instruction judiciaire sont désormais connues. Il s’agit de :
• Faux en écriture publique par la fabrication de conventions et usage de faux,
• Participation à une entente en vue de la détention, commercialisation, transport et exportation de stupéfiants,
• Escroquerie et tentative d’escroquerie,
• Trafic d’influence par une personne investie d’un mandat électif,
• Détermination d’autrui à faire des déclarations et attestations mensongères par l’usage de menaces et de pressions,
• Recel de choses obtenues à l’aide d’un délit,
• Falsification de chèques,
• Tentative d’exportation de stupéfiants sans déclaration ni autorisation,
• Exportation de stupéfiants sans déclaration ni autorisation,
• Importation de devises étrangères sans autorisation,
• Paiement direct par devise de marchandises et services à l’intérieur du territoire national,
• Participation dans le paiement direct, par devise, de marchandises ou services à l’intérieur du territoire national.

Par ailleurs, il n’est pas visé par l’accusation de « violation des règles relatives à la circulation de marchandises dans la zone des douanes ».

À lire :"Escobar du désert" : nouvelles révélations sur Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Quant à Abdenbi Bioui, membre du bureau politique du PAM, magnat des BTP, il est accusé de

• Faux en écriture publique par la fabrication de conventions et usage de faux,
• Extorsion par contrainte de deux écrits opérant une décharge et une disposition,
• Complicité dans la falsification d’un registre public,
• Complicité dans un acte arbitraire attentatoire à la liberté individuelle pour la satisfaction de passions personnelles,
• Corruption, facilitation de l’entrée et la sortie des nationaux de manière clandestine du territoire marocain, de manière habituelle et dans le cadre d’une association et entente,
• Participation à une entente en vue de la détention, le transport, l’exportation et la commercialisation de stupéfiants.
• Recel de choses obtenues à l’aide d’un délit,
• Participation à un faux témoignage en matière délictuelle en donnant des promesses,
• Usage de faux en écriture publique (deux pièces utilisées),
• Usage de véhicule sans immatriculation,
• Tentatives d’exportation de stupéfiants sans déclaration ni autorisation et complicité,
• Participation à des paiements directs par devise de marchandises et services à l’intérieur du territoire national,
• Complicité de paiements sans autorisation de l’Office des changes par des étrangers en vue de l’achat de biens immobiliers au Maroc et ce, par des moyens autres que la cession de monnaies étrangères à Bank Al Maghrib (BAM).

À lire :Maroc : ce que révèle l’affaire « Escobar du désert »

Pour l’heure, la date de la première audience n’est pas encore connue. Le dossier a été transmis au procureur général du roi près la Cour d’appel de Casablanca, fait savoir Hespress. Une étape préliminaire à l’éventuelle ouverture de la phase judiciaire devant la Chambre criminelle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - El Jadida - Salé - Saïd Naciri - Prison - Parti Authenticité et Modernité (PAM)

Aller plus loin

"Escobar du désert" : nouvelles révélations sur Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Nouveau rebondissement dans l’affaire « Escobar du désert », du surnom du trafiquant de drogue malien Mohamed Benbrahim arrêté et placé en détention au Maroc. Ce dernier aurait...

Maroc : ce que révèle l’affaire « Escobar du désert »

L’affaire « Escobar du désert », qui a conduit à l’arrestation du président de la région de l’Oriental, Abdenbi Bioui, et de Saïd Naciri, président du Wydad Casablanca, relance...

« Escobar du désert » : Saïd Naciri balance le nom d’une chanteuse

Arrêté pour son implication présumée dans l’affaire « Escobar du désert », Saïd Naciri, président du Wydad Athletic et député du Parti authenticité et modernité (PAM), a cité le...

Affaire "Escobar du Désert" : Abdenbi Bioui dans un état critique

L’état de santé du président de la région de l’Oriental Abdenbi Bioui, par ailleurs membre du Parti authenticité et modernité (PAM), poursuivi en détention dans le cadre de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.