Dans la banlieue d’Amsterdam, un maire marocain se bat pour l’homosexualité

29 juin 2009 - 12h09 - Monde - Ecrit par :

Il invite la Gay Pride et organise des débats dans une mosquée : le maire d’origine marocaine de Slotervaart, dans la banlieue d’Amsterdam, a décidé de "confronter" ses administrés, en majorité d’origine immigrée, à l’homosexualité.

"Il faut aller à la confrontation en disant ++les homosexuels sont des gens normaux, comme nous tous, et nous exigeons qu’ils soient respectés++", explique à l’AFP le travailliste Ahmed Marcouch, 41 ans, maire depuis 2006.

Un plan d’action pour la période 2009-2011 vient d’être adopté par son conseil municipal. Il prévoit notamment l’intervention d’associations homosexuelles dans les écoles, l’ouverture d’un espace culturel gay et la sensibilisation des mères de familles immigrées.

Plus de 55% des 45.000 habitants de Slotervaart sont d’origine étrangère et 22,4% sont des jeunes de moins de 17 ans. Ces deux groupes sont, selon la mairie, "peu tolérants" envers les homosexuels qui représentent 7,5% de la population d’Amsterdam.

"Pour des raisons culturelles ou religieuses, certains rejettent les homosexuels qu’ils comparent à des animaux, ils ne les considèrent pas comme des êtres humains : il peut s’agir de chrétiens orthodoxes, de musulmans ou d’immigrés", constate M. Marcouch, ancien porte-parole des mosquées d’Amsterdam.

Il a demandé à la police municipale d’être très vigilante en matière d’agressions homophobes et a participé à des dizaines de débats, notamment dans l’une des deux mosquées de Slotervaart.

"Je dis toujours : ++ta liberté d’être musulman orthodoxe est la même que celle qu’a l’homosexuel d’être homosexuel++" martèle Ahmed Marcouch : "la liberté est inscrite dans la Constitution" des Pays-Bas, premier pays au monde à avoir légalisé le mariage homosexuel en 2002.

Slotervaart devrait accueiller en août une partie de la programmation de la Gay Pride d’Amsterdam, cantonnée jusqu’ici aux canaux du centre historique.

Dans un parc de loisirs de la commune, les endroits fréquentés par les homosexuels sont désormais signalés par des panneaux, comme les aires de baignade.

"Certains habitants sont furieux et ont interpellé M. Marcouch avec véhémence", raconte Dennis Boutkan, de l’association de défense des intérêts des homosexuels COC, qui salue sa "manière de faire énergique".

L’imam Mohamed Adardour de la mosquée el-Oumma, pour qui les homosexuels sont "impurs", accuse le maire de "construire sa carrière politique" aux dépens des musulmans.

"Le résultat, répond Ahmed Marcouch, c’est qu’avant ces gens n’utilisaient le mot ++homo++ que comme une insulte, je les ai au moins amenés à en discuter". La paroisse catholique, ajoute-t-il, l’a elle informé qu’elle ne pouvait collaborer avec lui, l’homosexualité étant selon elle "contraire aux lois de la nature".

Séduit par le discours du maire, Atef Salib, qui possède un bar arabe et gay dans le centre d’Amsterdam, cherche un local à Slotervaart pour y ouvrir bar "avec de la musique, de la danse, des soirées à thème". "Ce serait un grand pas en avant", estime-t-il.

"Si un bar homo ouvre ici, on y mettrait rapidement le feu", prédit Said, un adolescent d’Overtoomse Veld, un quartier de Slotervaart habité à près de 90% par des immigrés.

Source : Alix Rijckaert è RTL info - AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pays-Bas - Amsterdam - Homosexualité Maroc - Ahmed Marcouch - Sexualité

Ces articles devraient vous intéresser :

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Les adouls marocains vont préparer les jeunes mariés à la vie sexuelle

L’Ordre National des Adouls au Maroc, l’Association marocaine de planification familiale (AMPF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) s’unissent pour préparer les jeunes marocains au mariage. Une convention dans ce cadre, a été...

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Maroc : les sites pour adultes cartonnent pendant le ramadan

Les Marocains sont friands des sites pour adultes pendant ce mois de ramadan. À quel moment visitent-ils ces sites ?

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...