France : Anasse Kazib, candidat à la présidentielle, victime d’une discrimination manifeste

26 février 2022 - 13h20 - France - Ecrit par : S.A

Alors que ses potentiels adversaires sont connus du grand public, invités sur les plateaux en cette période de campagne électorale, Anasse Kazib, militant syndicaliste, cheminot de profession, et par ailleurs candidat du mouvement Révolution Permanente à la présidentielle française, est effacé des infographies. Une discrimination qui a poussé son mouvement à saisir le Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA).

Contrairement aux autres candidats, Anasse Kazib est le seul candidat qui n’a pas été invité aux émissions télévisées comme Touche Pas à Mon Poste (TPMP) ou sur des chaînes comme BFM TV et France Info, fait savoir Le Muslim Post. On ne le voit sur aucune des infographies. Une discrimination manifeste que le mouvement Révolution Permanente n’entend pas laisser passer. Il a donc lancé une campagne de signalement, pour saisir le Conseil supérieur de l’Audiovisuel.

À lire : Airbnb : une charte de non-discrimination fait fuir plus d’un million d’utilisateurs

Dans la foulée, Anasse Kazib est convoqué pour une audition au commissariat du 5ᵉ arrondissement de Paris le 03 mars prochain. Il aurait « commis ou tenté de commettre l’infraction d’une manifestation sur la voie publique » le 09 février dernier. Alors qu’il présentait son programme aux étudiants à la Sorbonne, il a dû improviser un meeting à l’extérieur du bâtiment, place du Panthéon, parce qu’il manquait de places. De plus, il devait faire face à la menace d’un groupuscule d’extrême-droite.

À lire : France : la nouvelle plateforme de lutte contre les discriminations désormais opérationnelle

« Ce ne sont pas les groupes identitaires qui ont menacé la conférence d’un candidat à la présidentielle qui (l’a) inquiété […], non, c’est le fait qu’il y ait eu des centaines de personnes qui soient venues en soutien à cette conférence de la Sorbonne », explique Anasse Kazib. De son côté, le procureur se serait autosaisi pour faire la lumière sur cette rencontre, précise le candidat.

Sujets associés : France - Elections

Aller plus loin

France : SOS Racisme dévoile des discriminations en agence d’intérim

45 % des agences d’intérim en France acceptent de discriminer notamment les candidats d’origine étrangère à la demande de clients du BTP. C’est ce que révèle une enquête...

Présidentielle 2022 : le conseil des mosquées du Rhône appelle les musulmans à voter

Les musulmans de France sont invités à se rendre massivement aux urnes les 10 et 24 avril pour choisir le prochain président de la république afin de « faire obstacle à ceux qui...

Une ex-élue LREM condamnée pour provocation à la discrimination envers Rachida Dati

L’ex-adjointe à la mairie de Saint-Germain-en-Laye, également ex-adhérente LREM, Agnès Cerighelli, a écopé, lundi, de deux mois de prison avec sursis et de cinq ans...

France : la nouvelle plateforme de lutte contre les discriminations désormais opérationnelle

Élisabeth Moreno, ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances a lancé, vendredi...

Ces articles devraient vous intéresser :

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.