Banques : Sévères mises en garde de Standard & Poor’s

20 février 2008 - 01h36 - Ecrit par : L.A

« Nous croyons que des corrections majeures des prix des actifs pourraient affecter la solvabilité du système bancaire marocain ». Le dernier rapport de Standard & Poor’s Ratings Services est pour le moins alarmiste : « Le secteur bancaire marocain a connu un développement important durant les cinq dernières années, cependant de nouveaux risques relatifs à la croissance rapide des crédits et à l’expansion géographique (ndlr : Afrique du Nord et de l’Ouest) sont apparus ».

En résumé, le système bancaire s’améliore, mais de nouveaux risques émergent. « Le système bancaire devient de plus en plus vulnérable à la croissance inédite des crédits qui dopent les prix des actifs, à l’expansion géographique par les grands acteurs et, enfin, à la cyclicité de l’économie nationale ». D’ailleurs, l’attitude ou plutôt l’inquiétude de Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib, face à la croissance exponentielle des crédits accordés par les banques, est tout à fait lucide. Il ne rate pas une occasion pour rappeler les différents intervenants à l’ordre afin d’éviter les dérives. On aurait pu éviter cette situation si les banques avaient pris les mesures nécessaires pour contrôler les flux de crédits. S&P considère que « la régulation bancaire au Maroc est adéquate. Nous estimons que l’approche sur le terrain de la Banque centrale peut aider à détecter tôt les dérapages », indique le rapport.

Par ailleurs, la profitabilité des banques leaders a connu une amélioration importante, notamment durant les deux dernières années. Ce qui a permis à S&P de placer le Maroc au 8° groupe de son « Banking Industry Country Risk Assessments » (BIRCA) qui veut dire littérallement « Evaluation risque-pays du système bancaire ». Ce classement comporte 10 groupes, du système le plus fort ou du moins risqué (groupe 1) au plus faible, voire le plus risqué (groupe 10). Autrement dit, le Maroc est très mal noté !

Comparé aux systèmes de la région, le système bancaire marocain est parmi les plus larges et les plus concentrés en Afrique du Nord, avec un total actif de 612 milliards de DH au 30 septembre 2007. Les trois premières banques, en l’occurrence Attijariwafa bank (BB+/Stable/B), Groupe Banques populaires (BB+/Stable/B) et BMCE Bank contrôlent les trois quarts des actifs de l’ensemble du secteur. Le rapport de S&P n’a pas omis le poids des banques publiques qui représentent encore 15% de l’actif total. « Le CIH a été partiellement privatisé, alors que le Crédit Agricole du Maroc a été assaini ».

Après un accroissement moyen de 6,5% durant les cinq dernières années, l’encours global des crédits bancaires a connu une croissance à deux chiffres pour s’inscrire à 17,7% en 2006 sans tenir compte des créances en souffrance. Soit un encours global de 327 milliards de DH. Pour 2007, nous connaîtrons les chiffres dans les semaines qui suivent. Cette évolution est la suite logique de la conjugaison de deux facteurs essentiels : une activité économique soutenue et des taux d’intérêt bas. Par catégorie, les prêts à l’équipement, représentant 24% du total bancaire, ont marqué une hausse de 22% au lieu de 15% un an auparavant pour atteindre 79 milliards de DH.

Source : L’Economiste - Said Mabrouk

Tags : Banques - Prêt - Etude

Nous vous recommandons

Guerre du Rif : l’Espagne appelée à indemniser le Maroc

Le parti ERC de la gauche républicaine de Catalogne a appelé l’Espagne à s’excuser auprès du Maroc pour avoir utilisé du gaz chimique lors la guerre du Rif, qui a fait des milliers de morts dans les rangs des...

L’Algérie organise des manœuvres navales près du Maroc

L’Algérie cherche à démontrer sa puissance militaire, à travers une manœuvre navale effectuée par son armée, sur sa plus grande base navale de Mers El-Kébir, non loin du Maroc.

Grosses pertes pour SDX Energy au Maroc

La société pétrolière britannique SDX a fait le bilan de ses activités en 2021 en Afrique du Nord, annonçant des pertes dans sa trésorerie, s’élevant 24 millions de dollars, en raison du fiasco de certains projets en Égypte et au...

Le Brésil, premier exportateur mondial de produits halal

Le Brésil est le plus grand exportateur mondial d’aliments halal. C’est ce qu’indique un rapport sur l’état mondial de l’économie islamique de la firme internationale Dinar Standard.

Trois orpailleurs mauritaniens tués dans une attaque marocaine au Sahara

Un bombardement aérien enregistré lundi dans le sud-est du Sahara aurait tué trois orpailleurs mauritaniens et fait quatre blessés. Certains observateurs mauritaniens soupçonnent le Maroc d’être l’auteur de cette nouvelle...

Au Maroc, la rage tue encore

La rage tue encore au Maroc. Malgré toutes les mesures prises pour éliminer le risque rabique, cette infection mortelle continue de sévir, se désolent les spécialistes qui appellent à un plan d’élimination totale d’ici...

Le dirham poursuit sa baisse face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,26 % face à l’euro et est restée quasi stable face au dollar américain, au cours de la période allant du 28 juillet au 03 août. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

Elle tue son mari, avec son amant, car il a refusé le divorce

La Chambre pénale de la cour d’appel de Rabat a condamné mardi soir, deux amants à la prison à perpétuité. L’accusée principale, après avoir essayé d’obtenir sans y parvenir le divorce, a échafaudé le meurtre de son mari, en complicité de son...

Asmae Hallaoui, une des victimes de Taoufik Bouachrine, est morte en donnant la vie

Enceinte, la journaliste marocaine Asmae Hallaoui, une des victimes de Taoufik Bouachrine, ex-directeur de la publication du quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, condamné pour « traite d’êtres humains », « abus de pouvoir et d’autorité à des fins...

EasyJet lance un nouveau vol vers le Maroc

La compagnie aérienne EasyJet compte lancer une nouvelle liaison au départ des Pays-Bas vers le Maroc à partir d’octobre prochain. Elle dessert déjà trois villes marocaines : Agadir, Essaouira et...