Les travaux du barrage d’Al Hoceima lancés à l’avance

9 juillet 2017 - 17h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Le gouvernement a décidé de mettre le paquet à Al Hoceima. Le barrage Ghiss, initialement prévu pour la période 2021-2024, sera avancé de cinq ans.

Dans une déclaration faite le samedi 7 juillet, la secrétaire d’Etat chargée de l’eau, Charafat Afailal, a affirmé que cette décision a été prise pour sécuriser l’alimentation de la région en eau potable, rappelant que celle-ci a connu une période de grande sècheresse.

Pour répondre à la problématique de l’emploi, la ministre a également fait savoir que la construction de ce barrage permettra la création de plus de 40.000 jours de travail, et à la qualification de la main d’œuvre de la province.

En tout, la contribution au projet du secrétariat d’Etat chargé de l’Eau à la réalisation du projet s’élève à 112 millions de dirhams, a indiqué la ministre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Eau - Al Hoceima - Charafat Afilal

Aller plus loin

Maroc : le roi Mohammed VI ordonne la construction de nouveaux barrages

Le roi Mohammed VI vient d’ordonner au gouvernement la construction de nouveaux barrages de différentes capacités pour anticiper les risques de pénurie d’eau.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc 2030 : le chantier des infrastructures s’accélère

Le Maroc se prépare activement pour la Coupe du monde 2030 qu’il coorganise avec l’Espagne et le Portugal. Les autorités ont annoncé, au titre de l’année 2024, une augmentation de 42 % du volume des projets d’infrastructures pour un montant total de 64...

Restrictions d’eau : voici ce qui attend les Marocains

Face à une crise hydrique majeure imminente, le gouvernement d’Aziz Akhannouch a pris des mesures strictes pour lutter efficacement contre la pénurie d’eau.

Le Maroc envisage des coupures d’eau

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.

Mémorandum d’entente entre l’ONEE et la société israélienne Mekorot

L’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE) et son homologue israélien Mekorot ont signé, jeudi à Marrakech, un mémorandum d’entente portant sur les projets de développement et d’assainissement de l’eau potable.

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Maroc : bonne nouvelle pour les amateurs de hammams

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a instruit les gouverneurs des régions et les préfets des préfectures et provinces du royaume pour que soit revue la décision de fermeture des hammams et des stations de lavage de voitures en fonction de...

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...