Décès de Sabrina et Ouassim : des motards demandent l’inculpation des policiers (Vidéo)

20 juillet 2021 - 10h20 - Belgique - Ecrit par : G.A

Mardi 9 mai 2017, la vie de deux jeunes, Sabrina et Ouassim, bascule à jamais aux environs de 22 heures dans les tunnels de l’Avenue Louise à Bruxelles. Une course-poursuite avec la police qui finit par un drame. Des familles meurtries, des habitants qui veulent comprendre et qui réclament la juste sanction pour les policiers responsables du décès de ces deux jeunes.

Ouassim n’avait que 24 ans et Sabrina 20 ans. Dans une restitution des faits, le Parquet de Bruxelles a indiqué qu’une patrouille de la brigade canine de la police locale de Bruxelles-Capitale-Ixelles qui roulait sur la bande de droite de l’avenue Louise a entendu via la radio de la police qu’une course-poursuite était en cours sur l’avenue Louise. Le véhicule de la brigade canine a alors ralenti pour freiner le trafic, afin que la course-poursuite sur la bande de gauche puisse continuer sans mettre en danger les autres usagers. Quasi instantanément, la moto a percuté par l’arrière gauche le véhicule de la brigade canine. Suite à l’impact, le véhicule de police s’est mis en travers de la route ».

À lire : Belgique : la police accusée d’avoir tué Sabrina et Ouassim (vidéo)

Mais pour les proches et les familles des deux jeunes victimes, les policiers portent entièrement la responsabilité de ce qui s’est passé. Ils ont causé l’accident et ont également manqué de porter secours à Sabrina qui respirait encore. En juin, le parquet de Bruxelles a réclamé un non-lieu pour les policiers, tandis que l’ordonnance de la chambre du conseil sera rendue le 13 août prochain. Le Rassemblement Vérité & Justice pour Sabrina et Ouassim n’entend pas les choses de cette oreille. Pour ses membres, les policiers doivent être condamnés, rapporte bx1.

À lire : Du nouveau dans l’affaire « Ouassim et Sabrina » (vidéo)

C’est donc dans un élan de solidarité et de justice qu’un rassemblement de plusieurs dizaines de motards a eu lieu dimanche après-midi, afin de demander au tribunal de renvoyer l’affaire au Procureur du Roi pour inculper les policiers. De nombreuses personnes munies de fleurs et de ballons blancs et des pancartes sur lesquelles on peut lire «  Justice pour Sabrina et Ouassim  ».

À lire : Anderlecht : la police est-elle responsable de la mort d’Adil ?

Pour certains participants, on ne doit pas mourir dans une course-poursuite avec la police, surtout pas dans la fleur de l’âge. Les motards disent avoir accepté de participer au rassemblement afin de rendre hommage aux deux jeunes et aussi pour montrer qu’être motard ne veut dire qu’on est un délinquant qu’il faut combattre. Depuis 4 ans les familles pansent difficilement leur blessure et espèrent que justice sera rendue aux deux jeunes.

Sujets associés : Belgique - Enquête - Décès - Vidéos

Aller plus loin

Belgique : la police accusée d’avoir tué Sabrina et Ouassim (vidéo)

Deux versions s’opposent dans la mort de Ouassim et Sabrina, décédés mardi à Bruxelles après un accident de moto. La police parle d’un accident alors que les familles des...

Casablanca : un policier en prison après la mort d’un jeune

Impliqué dans une course-poursuite qui a coûté la vie dimanche au jeune Othman, le policier responsable de ce drame a été transféré lundi à la prison locale d’Ain Sebaa à...

Agadir : arrestation de 34 motards pour conduite dangereuse

Des motards parmi lesquels des mineurs, ont été arrêtés à Agadir, pour des « manifestations dangereuses », menaçant la sécurité des usagers de la route.

Belgique : l’agression islamophobe de Lierneux était une blague

L’agression islamophobe à Lierneux, en Belgique, en août dernier était un canular. C’est ce que révèle l’enquête menée sur cette affaire. Pas d’infraction, pas de poursuites...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un enfant de 4 ans meurt à la gare de Rabat-Agdal : réaction (tardive) de l’ONCF

Plusieurs semaines après la mort d’Omar, garçonnet de 4 ans, à la gare Rabat Agdal, l’ONCF a finalement décidé de réagir.

Brahim Salaki : le monde de la télévision marocaine en deuil

Le journalisme marocain est en deuil avec la perte de Brahim Salaki, figure emblématique de la télévision nationale. Âgé de 64 ans, il a perdu sa longue bataille contre la maladie et s’est éteint ce dimanche 23 avril 2023.

Amine Adli perd sa maman, la FRMF présente ses condoléances

Amine Adli est frappé par un énorme malheur. L’attaquant des Lions de l’Atlas et du Bayer Leverkusen vient de perdre sa maman.

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi en deuil

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi vient d’annoncer une triste nouvelle dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Smara : « Ces attaques ne resteront pas impunies », prévient le Maroc

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations unies a réagi à l’attaque que le Polisario a affirmé avoir mené dans la nuit du samedi à dimanche dans la ville d’Es-Semara et qui a fait un mort et trois blessés dont deux sont dans un état grave.

Le deuil persistant de Booder pour son ami Wahid Bouzidi

Près de trois mois après le décès de son ami, l’humoriste franco-marocain Booder rend un nouvel hommage au Franco-algérien Wahid Bouzidi qui lui « manque énormément ».

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double cancer. Après son décès, sa fiancée cherche désespérément à obtenir un...

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Flou autour des circonstances du décès de Cheikha Tsunami

La chanteuse Cheikha Tsunami, grande icône du Chaâbi, s’est éteinte mardi 17 octobre à l’Hôpital militaire de Rabat, à l’âge de 45 ans. Les circonstances de son décès restent floues.

Attaque de chiens au Maroc : urgence de résoudre une véritable problématique

L’attaque de chiens errants est une véritable problématique que doit résoudre le Maroc. En tout, trente personnes succombent chaque année à leurs blessures dans le pays.