Entre béton et terre crue : défense d’un héritage marocain

21 août 2023 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’architecte Salima Naji a restauré l’utilisation de la terre crue dans la construction des bâtisses au Maroc. Cette Franco-marocaine a redonné de la valeur et du sens à ce matériau respectueux de l’environnement qui a été progressivement abandonné au profit du béton.

Née à Rabat d’un père marocain et d’une mère française, Salima Naji a grandi à Kénitra et passait souvent ses vacances dans le Tarn, chez ses grands-parents maternels. Elle découvre ces « pratiques vivantes de la terre crue » en 1995, lors d’un voyage au Mali. « J’ai séjourné au pays Dogon, à Gao, Djenné, Ségou, et j’ai réalisé qu’une tradition, même moribonde comme c’était le cas alors pour les casbahs et ksours du Drâa et du Dadès que j’étudiais, peut se réveiller à tout moment… On a voulu croire à un abandon, or dans beaucoup de pays africains, l’architecture vernaculaire reste vivace. Je pense notamment à toutes ces mosquées en terre autour de la vallée fertile du Niger », confie-t-elle à Marie Claire.

À lire : Des Sud-africains s’inspirent de l’architecture traditionnelle du Maroc

Et d’ajouter : « L’intérêt de ces régions du monde est qu’elles ne sont pas encore contaminées par la normalisation et la standardisation du BTP. Tous les pays du monde décarbonent et nous, nous voulons du béton et encore du béton. C’est plus facile de construire en ciment, n’importe quel idiot peut le faire ; en terre crue, on a besoin de maîtres-maçons qu’il faut payer. Mais si au départ la maison en béton coûte un peu moins cher, une fois ajoutées l’isolation, les finitions, l’insensée climatisation, elle est au final plus onéreuse. Aujourd’hui, on veut des architectures qui durent 60 ans, le temps d’une vie ; les architectures en terre, elles, peuvent durer des siècles si elles ont été bien construites et entretenues ».

À lire : Sims 4 : le kit « Riad de rêve » ou la découverte l’architecture marocaine

Pour la Franco-marocaine, ces méthodes traditionnelles « sont le produit de plusieurs siècles d’innovations empiriques pour surmonter, avec des moyens limités, les aléas climatiques ou épidémiologiques ». Elle préconise de chercher à « améliorer » cette « architecture millénaire » plutôt que de lui trouver des défauts.

Sujets associés : Rabat - Kenitra - Environnement - BTP

Aller plus loin

Révélations : un milliardaire français veut léguer sa fortune à un Marocain

Un proche de Nicolas Puech a fait des révélations fracassantes sur le souhait du milliardaire français de léguer sa fortune à son employé d’origine marocaine.

Un milliardaire français veut léguer sa fortune à un Marocain

Un milliardaire français a décidé de léguer sa fortune à son employé de maison d’origine marocaine. Cette volonté se heurte toutefois à une énorme difficulté.

Un concours d’architecture maroco-italien pour restaurer une place de Fès

Les Mairies des villes de Fès et de Florence en Italie ont lancé, lundi, un concours international d’architecture pour la restauration de la place historique de Florence à Fès.

Sims 4 : le kit « Riad de rêve » ou la découverte l’architecture marocaine

Intitulé « Riad de rêve », le nouveau kit de contenu pour les Sims 4 permet aux joueurs de découvrir l’architecture marocaine. Le kit sera disponible le 18 mai.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : voici les plages qu’il faut éviter cette année

Alors que les 24 plages propres (Pavillon bleu) au Maroc ont été révélées cette semaine, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable vient de publier la liste des plages où il n’est pas recommandé de se baigner cette année.

Mondial 2030 : les Marocains contraints de se mettre au tri sélectif

Le Maroc va mobiliser près de 6 milliards de dirhams pour la mise en œuvre du projet de tri des déchets dans les six villes devant accueillir les matchs de la coupe du monde 2030 qu’il co-organise avec l’Espagne et le Portugal.

Le groupe OCP vise 100 % de couverture en énergie verte

Avec 86 % de couverture en énergie propre, l’Office chérifien des phosphates (OCP) espère couvrir totalement ses besoins d’ici 2028. C’est dans ce cadre que le groupe a lancé en juillet dernier un avis d’appel d’offres pour un projet solaire de 258 MW.

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

La prolifération des méduses préoccupe le Maroc

Le Maroc va lancer des recherches pour comprendre la prolifération des méduses qui envahissent ses côtes. Une résolution a été prise dans ce sens, visant à assurer la conservation et l’utilisation durable des ressources marines en Méditerranée et en...

CAN 2025 et Mondial 2030 : les critères de qualification des stades marocains

Le ministère de l’Équipement et de l’eau a donné des précisions sur les critères de qualifications et les travaux de construction des stades qui accueilleront les matchs de la coupe d’Afrique des nations 2025 et de la coupe du monde 2030.

L’architecture traditionnelle face au béton : Quel avenir pour le Maroc post-séisme ?

Le tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc a fait environ 3 000 morts et 5 600 blessés et endommagé quelque 60 000 habitations dans près de 3 000 villages dans le Haut-Atlas et ses environs. Un mois après, comment reconstruire les...

Total annonce un projet à 10,69 milliards de dollars au Maroc

Le PDG de Total Energies, Patrick Pouyanné, a fait part lors de l’Assemblée générale mixte des actionnaires du jeudi 26 mai 2023, d’un projet ambitieux d’énergie renouvelable au Maroc.

Double certification pour Royal Air Maroc

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a récemment décerné à Royal Air Maroc les certifications IEnvA (IATA Environmental Assessment) et IWT (IATA Illegal Wildlife Trade) pour son engagement constant en faveur de l’environnement et de...

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.