Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

15 août 2023 - 21h00 - Monde - Ecrit par : A.P

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

« D’aucuns n’ignorent aujourd’hui que la dangerosité de la politique hostile de l’occupant marocain ne se limite plus au soutien apporté aux bandes criminelles et au terrorisme, et va plus loin à travers des alliances suspectes scellées avec des puissances coloniales expansionnistes afin de promouvoir des agendas subversifs visant la paix et la sécurité dans toute la région », a déclaré Brahim Ghali lors de la 11ᵉ université d’été des cadres du Front Polisario et de la RASD à Boumerdes en Algérie.

Le chef du Front Polisario a appelé les peuples de la région « à se mobiliser ensemble et avec responsabilité, en vue de mettre un terme à ces plans (du Maroc) qui visent une exploitation des plus brutales de leurs richesses ». Il a rappelé la reprise de la lutte armée, « en riposte aux pratiques barbares (du Maroc) à l’encontre des civils sahraouis » et « condamné fermement le blocus exercé à l’encontre du peuple sahraoui dans les territoires occupés et dans le sud du Maroc », appelant les Nations unies à « intervenir sans délai pour mettre un terme à ces violations flagrantes des droits de l’homme ».

À lire : Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Brahim Ghali a en outre demandé à la Minurso d’assumer ses responsabilités et d’organiser le référendum d’autodétermination, « conformément au plan de règlement africain de 1991, unique accord signé par les deux parties au conflit et validé par le Conseil de sécurité ». Le chef du Polisario en a aussi appelé à une prise de responsabilité de l’Union africaine (UA) pour « mettre un terme à la violation flagrante par le Royaume du Maroc de son acte constitutif ».

« L’Union européenne (UE) est, elle aussi, dans l’obligation de se conformer aux dispositions du droit international et du droit international humanitaire au Sahara occidental, de respecter pleinement les arrêts de la Cour de justice européenne (CJUE) qui stipulent la nullité de tout accord avec le Royaume du Maroc concernant les territoires occupés du Sahara occidental, considérant qu’il s’agit de deux pays séparés et distincts », a ajouté Ghali, remerciant par ailleurs le gouvernement et le peuple algériens pour avoir accueilli cette université d’été, preuves supplémentaires de leur soutien à la cause sahraouie.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Polisario - Sahara Marocain - Brahim Ghali - République Arabe Sahraouie démocratique (RASD)

Aller plus loin

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec...

Sahara : Brahim Ghali condamne (encore) le soutien de Pedro Sanchez au Maroc

Le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, a saisi l’occasion de l’ouverture du congrès du mouvement indépendantiste pour dénoncer « une nouvelle fois la décision illégale de...

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable »...

Sahara : l’Espagne « va payer cher », selon Brahim Ghali

Le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, a déclaré que l’Espagne finira par payer cher son changement de position sur le Sahara, espérant que le chef du Parti populaire (PP),...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Le Maroc menace d’occuper le reste du Sahara

L’ambassadeur du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a laissé entendre que le Maroc pourrait récupérer la partie du Sahara située à l’est du mur de séparation.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

« La marocanité du Sahara est irréfutable »

La souveraineté du Maroc sur le Sahara est irréfutable si l’on s’en tient aux documents royaux historiques, a affirmé jeudi Bahija Simou, la directrice des Archives royales, lors d’une conférence organisée par l’Association Ribat Al Fath pour le...

Le Maroc déploie de grands moyens pour surveiller ses frontières

Le Maroc mobilise d’importantes ressources matérielles et humaines pour contrôler et surveiller ses frontières terrestres longues de 3 300 km et maritimes sur une distance de 3 500 km en plus de l’espace aérien.

Une boule de feu aperçue dans le ciel marocain

Une boule de feu a été aperçue dans une grande partie du Maroc, notamment au Sahara. L’image a été capturée en début de semaine par les caméras de Playa Blanca à Lanzarote (Canaries).

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...