Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

15 octobre 2022 - 20h30 - Monde - Ecrit par : A.P

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y aura pas de reprise des négociations si « l’impunité » ne prend pas fin.

Réagissant au dernier rapport annuel du secrétaire général de l’ONU qui passe en revue la situation dans la région au cours de l’année écoulée, Brahim Ghali a indiqué dans une lettre qu’Antonio Guterres a commis une faute « impardonnable » en omettant de condamner le Maroc qui serait responsable de « la rupture du cessez-le-feu qui a duré près de 30 ans », faisant allusion aux incidents de novembre 2020 à Guerguerat.

Depuis lors, les forces marocaines ont mené « des attaques successives et des abus dans la région », selon le leader sahraoui qui dit révéler « la pure vérité et la réalité de la situation ». « Le secrétaire général a une fois de plus choisi de garder le silence sur ce fait, bien que le rapport reconnaisse la “reprise des hostilités” », a souligné Ghali pour qui ces actes du Maroc constitueraient des crimes de guerre.

À lire : Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le chef du Polisario accuse aussi le Maroc de saper le travail de l’ONU et, en particulier, de son envoyé spécial dans la région, Staffan de Mistura, qui aurait été « empêché » par le Maroc de se rendre au Sahara. Cette attitude du Maroc « est la preuve que le pays n’a aucune volonté politique de faciliter la mission de l’envoyé spécial et de s’impliquer dans le processus de paix au Sahara Occidental », a-t-il ajouté.

Ghali a en outre réaffirmé « l’engagement » du Front Polisario à œuvrer pour une « une solution pacifique, juste et durable » du conflit, appelant à « mettre fin à l’impunité » du Maroc, qu’il accuse d’avoir « entravé le référendum d’autodétermination en cours », violé le cessez-le-feu et plongé la région dans « une spirale de violence et d’instabilité ». Le leader sahraoui a aussi demandé à la MINURSO de veiller à la situation des droits de l’homme dans la région.

Sujets associés : ONU - Polisario - Sahara Marocain - Brahim Ghali

Aller plus loin

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les...

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.

Brahim Ghali dénonce le « règne de la terreur » du Maroc

Le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, a condamné les « crimes atroces » que subiraient les militants sahraouis de la part du Maroc, et dénoncé le silence « injustifié » et...

L’Algérie réagit à la résolution de l’ONU sur le Sahara

Au lendemain de la décision prise par le Conseil de sécurité de l’ONU de proroger la mission de la Minurso (Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Smara : « Ces attaques ne resteront pas impunies », prévient le Maroc

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations unies a réagi à l’attaque que le Polisario a affirmé avoir mené dans la nuit du samedi à dimanche dans la ville d’Es-Semara et qui a fait un mort et trois blessés dont deux sont dans un état grave.

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Violences policières : la France sermonnée par l’ONU

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, l’organe affilié aux Nations unies, exprimé sa « profonde préoccupation » concernant les pratiques des forces de police en France vis-à-vis des minorités. Cette inquiétude fait suite au décès...

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Rachid M’Barki sanctionné à cause du Sahara : Lahcen Haddad crie à l’indignation

La mise en retrait par BFMTV de son journaliste franco-marocain, Rachid M’Barki, à qui la chaîne française reproche d’avoir prononcé à l’antenne l’expression « Sahara marocain » a suscité une réaction de la part du parlementaire et ancien ministre...

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...