Recherche

Maroc : une Française dénonce l’indiscipline de ses compatriotes

© Copyright : DR

19 avril 2020 - 13h30 - Société

Tous les camping-caristes français coincés au Maroc en raison de la fermeture des frontières aériennes et maritimes, ne brillent pas par la discipline. Nelly, confinée dans un camping près de Tiznit, raconte comment certains violent le confinement et l’état d’urgence sanitaire.

"Au début, nous pouvions sortir comme nous le voulions, munis d’une autorisation. Mais comme le Français n’est pas discipliné, naturellement, un petit nombre a passé outre. Donc, les mesures se sont resserrées et aujourd’hui, nous ne pouvons sortir qu’une fois la semaine, munis d’une autorisation et d’un masque", confie Nelly au site Le Monde du camping.

"Pour autant, nous ne manquons de rien. Un maraîcher et un poissonnier viennent deux fois par semaine. Un coursier nous apporte nos courses pour 10 dirhams de commission, soit 1€ ! Des restaurants nous livrent gratuitement, à notre demande. Nous avons beaucoup à apprendre de leur gentillesse", raconte-t-elle. Pour elle, la visite des autorités marocaines a été très positive, en ce sens qu’elles ont expliqué le renforcement du confinement avec doigté.

Seulement, Nelly regrette que cette visite n’ait pu ramener les indisciplinés sur le droit chemin. "Cela n’a pas eu beaucoup d’impact, vu que quelques heures après, les rassemblements autour du cochonnet reprenaient, ainsi que les promenades extérieures. Mais le pire, c’est la fiesta pour certains comme si de rien n’était : alcool, chants, musique de midi jusqu’à 17 h, avec une reprise le soir jusqu’à 23 h. La pire caricature des camping caristes pour nos détracteurs", déplore-t-elle.

Bien qu’elle soit déçue des comportements de ses compatriotes, Nelly les appelle tout de même au respect des coutumes du royaume. "Il serait bon de rappeler que nous sommes dans un pays musulman où chacun se devrait de respecter les coutumes. De plus, avec le ramadan qui arrive en fin de mois, mesdames, n’allez pas faire vos courses en ville en short court et débardeur. Un peu de respect et de décence pour ce pays qui nous accueille si gentiment. Cette attitude est choquante, voire provocatrice", insiste-t-elle.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact