"Carmen" de Georges Bizet au Maroc

12 avril 2007 - 11h14 - Culture - Ecrit par : L.A

Après Rigoletto en avril 2005 et « L’Enlèvement au Sérail » en avril 2006, l’Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM) présente cette année au public marocain l’Opéra « Carmen » de Georges Bizet. Un total de 130 à 140 artistes, musiciens, danseurs et solistes donneront pendant une durée de 2h30mn un spectacle de musique classique, de chant, danse et art dramatique.

Plusieurs représentations, dont deux dédiées aux enfants, se tiendront à l’Office des changes à Casablanca, au Théâtre national Mohammed-V de Rabat et au Théâtre royal de Marrakech du 14 au 21 avril.

L’Opéra est issu du travail conjoint de la compagnie nationale « Opéra Eclaté » de Dijon et de l’Orchestre Philharmonique du Maroc. Les instrumentistes et le chœur sont Marocains, les solistes et le chef, Français. Une trentaine d’hommes et de femmes du Chœur National du Maroc y prendront donc part, de même qu’une vingtaine de très jeunes enfants de 5 à 12 ans, sélectionnés par les Ecoles internationales de musique et de Danse de Casablanca et de Rabat. « Les enfants sont très excités et enthousiastes à l’idée de se produire pour la première fois sur scène devant 1.500 spectateurs », a souligné Farid Bensaïd, président de l’OPM, à l’occasion d’une conférence de presse organisée hier à Casablanca, pour présenter l’événement. L’Orchestre Philharmonique du Maroc fête cette année ses dix ans d’existence et est fier de contribuer chaque année depuis trois ans à la réalisation d’un tel événement.

D’ailleurs, il ne s’en cache pas : il s’agit de l’événement phare que ses musiciens préparent toute l’année. Maintenant, la tradition est bien installée et le Maroc aura dorénavant son opéra annuellement.
Les trois opéras déjà présentés ont été le fruit d’une collaboration avec la même compagnie de Dijon « L’Opéra Eclaté ». Il est prévu de prolonger cette collaboration au cours des prochaines années.

Une telle manifestation est rendue possible, indiquent les organisateurs, grâce au soutien financier de Wana, de la Fondation ONA, de l’ambassade de France au Maroc et des Instituts Français de Casablanca, Rabat et Marrakech. « Nous comptons continuer à soutenir les Opéras de l’OPM au cours des trois prochaines années, notre but étant de contribuer à l’enrichissement culturel et à l’ouverture d’esprit des Marocains », a souligné Karim Zaz, PDG de Wana, au cours de la conférence de presse.

Pour sa part, Jean-Jacques Beucler, directeur de l’Institut français de Casablanca et représentant l’ambassade de France au Maroc, a espéré que l’Opéra soit une révélation pour beaucoup. « Aujourd’hui, instrumentistes et Chœur sont Marocains, demain, les solistes et le chef le seront aussi. La relève est annoncée », a-t-il affirmé.

Corrida entre deux mondes

Carmen de Geogres Bizet est un opéra en quatre actes. La direction musicale du spectacle est assurée par Thierry Weber, directeur artistique de l’Orchestre Philharmonique du Maroc et la mise en scène est signée Olivier Desbordes, directeur de la Compagnie Opéra Eclaté de Dijon.

Pour l’histoire, Carmen représente la liberté de ton, d’action et de corps, dans une société figée, bourgeoise et moralisatrice. Elle rencontre Don José, le militaire et comme un Don Quichotte féminin, elle attaque la citadelle de l’ordre et le séduit. Le duel se joue entre une sorcière et une Espagne qui ressemble à un tribunal de l’Inquisition. Le spectateur assistera à une corrida entre ces deux mondes, Carmen en est le taureau libre face à l’homme lâche armé de l’armada de ses certitudes.

L’Economiste - Nadia Belkhayat

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Musique - Théâtre - Farid Bensaïd

Ces articles devraient vous intéresser :

La chanteuse Mariem Hussein au cœur d’une nouvelle polémique

Des internautes marocains se sont indignés des propos de la chanteuse et actrice marocaine Mariem Hussein sur l’éducation sexuelle.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Salma Rachid sous le feu des critiques

Salma Rachid est la cible d’attaques sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes fustigent l’arrogance de la chanteuse de la pop marocaine.

L’artiste Jaouad Alloul évoque son homosexualité et ses extravagances

Dans une interview, Jaouad Alloul, artiste pluridisciplinaire et entrepreneur créatif autodidacte d’origine marocaine, s’est livré comme jamais sur son nouvel album, sa crise conjugale et son rêve.

Festival Mawazine : Saad Lamjarred persona non grata ?

La participation de Saad Lamjarred à la 19ᵉ édition du Festival Mawazine, prévue du 21 au 29 juin prochain, semble compromise. Des sources proches des organisateurs ont révélé l’échec des négociations entre les deux parties.

Taxe musique et télévision : Les restaurateurs et cafetiers marocains se révoltent

En plein bras de fer avec le Bureau marocain du droit d’auteur (BMDA), les propriétaires de cafés et restaurants au Maroc ont décidé de porter l’affaire devant la justice. Ils réfutent les demandes de redevance émises par le BMDA, affirmant qu’elles ne...

Rap en darija : La spécificité linguistique du rap marocain

Dans un entretien à TV5 Monde, Anissa Rami, journaliste spécialiste du rap revient sur les origines du rap marocain et son évolution dans le temps.

Rym Fekri sous le feu des critiques

La chanteuse marocaine Rym Fekri essuie de nombreuses critiques de la part de ses fans. Ces derniers reprochent à la veuve notamment le non-respect de la période de deuil.

Saad Lamjarred sanctionné par Youtube ?

Le chanteur marocain Saad Lamjarred explique les raisons qui seraient derrière la baisse inquiétante du nombre de vues de ses chansons sur la plateforme YouTube.

Flou autour des circonstances du décès de Cheikha Tsunami

La chanteuse Cheikha Tsunami, grande icône du Chaâbi, s’est éteinte mardi 17 octobre à l’Hôpital militaire de Rabat, à l’âge de 45 ans. Les circonstances de son décès restent floues.