Casablanca : 700 nouveaux bus d’ici 2021

16 novembre 2019 - 18h30 - Maroc - Ecrit par : I.L

Le marché d’acquisition de 700 nouveaux bus a été annulé le jeudi 14 novembre 2019, en raison du coût excessif des propositions de prix. L’établissement de Coopération intercommunale (ECI) qui s’occupe désormais du dossier veut le confier à Alsa Al Baïda, filiale d’Alsa Maroc.

La présidente de l’Etablissement de coopération intercommunale "Al Baida", Imane Sabir, justifiant cette décision, a indiqué que les prix proposés par les adjudicataires dépassaient les coûts estimatifs établis par sa structure, qui sont de de 550.800.000 DH pour chacun des premier et deuxième lots, à raison de 270 bus standards pour chacun, et de 576.000.000 DH pour le troisième, composé de 160 bus articulés (bus accordéon).

Pour assurer un service de transport irréprochable à la ville de Casablanca, l’ECI a signé un nouveau contrat avec la compagnie Alsa Al Baïda, filiale d’Alsa Maroc.

Selon Médias24, ce nouveau contrat est entré en vigueur le 1er novembre 2019 et concerne une première phase dite d’initiation, qui s’étend du 1er novembre au 31 décembre, durant laquelle le nouveau délégataire opérera avec 250 bus repris de la société M’dina bus, dans un état fortement détérioré, suite à la résiliation de son contrat.

La même source rapporte qu’Alsa Al Baïda devra importer, de manière progressive, jusqu’à février 2020, 400 bus d’occasion déjà achetés, qui seront opérationnels à Casablanca vers la fin du mois en cours.

Il est également prévu dès 2021 le déploiement d’une flotte de 700 nouveaux bus, financés conjointement par l’ECI et Alsa, vu l’expérience sur le marché de cette filiale et de son groupe.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Transport en commun - Alsa - Imane Sabir

Aller plus loin

Alsa s’impose peu à peu au Maroc

L’Espagnol Alsa s’impose peu à peu au Maroc. Il contrôle aujourd’hui plusieurs grandes villes dont Casablanca et Rabat, et assure le déplacement de quelque 405 millions de...

Après Rabat, Alsa va gérer les bus de Casablanca

L’espagnol Alsa est le nouvel exploitant du réseau de bus à Casablanca. Le nouveau délégataire fera face à plusieurs défis.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 32 villes dotées de 3 500 bus flambant neufs

Le Maroc va mobiliser 10 milliards de dirhams pour l’acquisition d’une flotte de 3 500 bus de transport urbain au profit de 32 villes sur la période 2024-2029, a annoncé lundi Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur.

Taxis contre Indrive : quand la rue marocaine devient un ring

La Coordination nationale et le Bureau régional de l’Organisation nationale pour les droits humains et la défense des libertés au Maroc appellent les autorités responsables du secteur des transports à trouver des solutions efficaces pour résoudre le...

Du nouveau pour le TGV Agadir-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a confié au bureau d’études LPEE les travaux de reconnaissance géologique, hydrogéologique et géotechnique nécessaires aux études d’avant-projet sommaire (APS) de la liaison ferroviaire grande vitesse...

Maroc : Les VTC, un nouveau cauchemar pour les taxis ?

Les applications de VTC (Voiture de Transport avec Chauffeur) comme InDrive ou Yassir gagnent en popularité au Maroc, mais leur statut juridique reste flou. Des voix s’élèvent au sein de l’opposition parlementaire et de la société civile pour réclamer...

Bus électriques : Pari raté du Maroc ?

Alors que la mise en place d’un écosystème de production locale de bus électriques présente de nombreux avantages dont profitent certains pays, le Maroc est encore à la traîne.

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...

Le Maroc face à l’urgence de réglementer les VTC

La bagarre entre un chauffeur de taxi et un autre sans licence (VTC), révélée par une vidéo devenue virale sur les réseaux, a fini par dégénérer. Les deux protagonistes ont causé des dommages réciproques à leurs véhicules. De tels incidents deviennent,...