Maroc : un ex-parlementaire condamné pour escroquerie

30 juillet 2023 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Jugé devant le tribunal de première instance d’Aïn Sebaa à Casablanca pour escroquerie financière, l’ex-parlementaire Babour Sghir, membre de l’Union constitutionnelle (UC), a écopé d’une peine de quatre ans de prison ferme.

Tout part d’une plainte déposée contre l’ex-parlementaire Babour Sghir, par ailleurs propriétaire et gérant de deux compagnies spécialisées dans la vente et la distribution de carburants par une filiale de la raffinerie La Samir pour « non-respect d’engagements financiers » envers celle-ci. Ses compagnies cumulent une importante dette de 247 millions DH, rapporte Hespress. Il était reproché à l’ex-élu UC d’avoir versé à la plaignante une somme de 16 625 000,00 DH sur un montant déjà fixé à 120 900 000,00 DH.

À lire : Tanger : une élue en prison pour fraude et escroquerie au visa

Au cours de l’enquête, il persistait à assurer avoir remis à la Samir comme garanties, des chèques à blanc signés, une hypothèque sur une villa lui appartenant, une traite d’un montant de 60 millions de dirhams, ainsi qu’une caution solidaire de certains notaires. Des allégations qui contrastent avec la réalité. Il sera condamné à quatre ans de prison ferme par le tribunal de première instance d’Aïn Sebaa à Casablanca.

À lire :Maroc : condamné pour tentative d’escroquerie au nom du palais royal

Les ennuis judiciaires de Babour Sghir sont loin de finir. Après ce verdict, il devra répondre d’autres faits qui lui sont reprochés devant la cour d’appel de Casablanca. Il s’agit d’une autre affaire liée à ce dossier pour laquelle il est poursuivi. Un haut responsable de BMCE Bank lui aurait facilité « l’obtention » des sommes d’argent dépassant les 30 milliards de centimes avec des documents non conformes, est-il précisé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Union Constitutionnelle - Prison - Escroquerie

Aller plus loin

Tanger : il finit séquestré par ceux qu’il a trompés

La police judiciaire de Tanger a interpellé quatre personnes accusées de kidnapping et séquestration. Ces derniers se seraient vengés, disent-ils, après avoir été victimes d’une...

Rabat : une affaire de corruption envoie une quinzaine de personnes en prison

À Rabat, plusieurs personnes dont un ancien responsable à la préfecture de Salé ont été jugées pour falsification de documents officiels et corruption. Ils ont écopé des peines...

Maroc : condamné pour tentative d’escroquerie au nom du palais royal

Le chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, a fait l’objet d’une tentative d’arnaque au nom du palais royal par le même individu qui avait tenté d’escroquer plusieurs...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Ces articles devraient vous intéresser :

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.