Une escroquerie à 350 000 dirhams à Rabat, des soucis pour un avocat et un officier

4 septembre 2022 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Impliqué dans une escroquerie, un avocat du barreau de Rabat, une femme d’affaires qui se faisait passer pour l’épouse d’un haut responsable à la cour des comptes et un ex-officier font face à la justice. Ils sont accusés d’avoir joué un rôle d’intermédiaire dans un dossier judiciaire.

Tout est parti d’une plainte que les familles de deux jeunes poursuivis et condamnés par la justice de Tanger, en 2019, à cinq ans de réclusion criminelle pour « constitution d’une bande criminelle, escroquerie et vol » ont déposée auprès du président du conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) et du bâtonnier du barreau de Rabat. Un avocat du barreau de Rabat, une femme d’affaires à Bouznika qui se faisait passer pour l’épouse d’un haut responsable à la cour des comptes et un ex-officier de la marine royale sont visés par la plainte, fait savoir le quotidien Assabah.

À lire : Casablanca : un juge corrompu devant la justice

L’enquête menée par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) sous la supervision du parquet général compétent a révélé que l’ex-officier de la Marine royale a joué le rôle d’intermédiaire dans un premier temps entre la famille de l’un des jeunes écroués à Tanger et l’avocat du barreau de Rabat et avait reçu un chèque de garantie d’une valeur de 350 000 dirhams pour une supposée intervention dans le dossier. Cet ancien de la marine royale a rencontré l’avocat à Rabat. Ce dernier était accompagné la femme d’affaires prétendue épouse d’un haut responsable à la Cour des comptes dont la mission était d’intervenir directement auprès du président du ministère public. Ces trois mis en cause devaient œuvrer ensemble pour la libération des jeunes écroués par la cour d’appel de Tanger. Mais ils ont échoué. Les deux jeunes sont toujours en prison.

À lire : Corruption : des magistrats marocains épinglés par un audio


Commencent alors les ennuis judiciaires. Après son déferrement devant le parquet général, l’avocat a été placé en détention. L’ex-officier de la Marine royale a, lui, rejeté les affirmations selon lesquelles il aurait entendu l’avocat promettre aux deux familles d’intervenir auprès du président du ministère public. Quant à la femme d’affaires, elle dit avoir découvert que l’avocat était marié et père alors qu’il lui avait promis le mariage.

Sujets associés : Droits et Justice - Rabat

Aller plus loin

Casablanca : un juge corrompu devant la justice

À Casablanca, l’affaire des juges épinglés dans le cadre d’une enquête menée sur l’implication prétendue de magistrats dans une tentative d’ingérence dans un dossier judiciaire...

Corruption présumée d’un magistrat : le parquet réagit

Le parquet a ouvert une enquête pour clarifier la situation suite à la diffusion d’une vidéo sur une présumée affaire de corruption d’un magistrat.

Maroc : un ex-parlementaire condamné pour escroquerie

Jugé devant le tribunal de première instance d’Aïn Sebaa à Casablanca pour escroquerie financière, l’ex-parlementaire Babour Sghir, membre de l’Union constitutionnelle (UC), a...

L’ex-mari d’une avocate accusée d’une vaste escroquerie en fuite au Maroc

Une avocate, gérante de King Family Lending LLC, un établissement de crédit basé à Newport Beach (Californie) est accusée d’une vaste escroquerie de 10 millions de dollars. Pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.